Buffalo Biel

Avis sur The Secret

Avatar Mike Öpuvty
Critique publiée par le (modifiée le )

Il y a deux types de films foireux. Ceux qui partent d'intentions louables, mais qui quelque part sur le chemin se vautrent ( que ce soit par maladresse, ou conflit dans l'équipe, etc... ) et ceux qui sont bien fabriqués, mais d'intentions malsaines.
Et aujourd'hui Pascal Laugier, grand gymnaste qu'il est, a réussi à faire le grand écart facial entre les deux !
The Tall Man est un film aux intentions dégueulasses, qui en plus est tellement pas écrit que ça en devient horrible.

Pour commencer les effets d'annonce du premier acte sont tellement rabâchés que j'ai pu déterminer en une dizaine de minutes que la voix off est celle de la pseudo-muette et que le mari de Jessica Biel n'est pas mort.
Voilà qui est adroit. Merci, les gars.

Ensuite, survient la meilleure scène du film : une figure encagoulée dérobe le petit enfant sous les yeux de Jessica Biel après avoir estourbi et bâillonné la baby-sitter. Jessica Biel se lance à sa poursuite, elle rivalise avec Indiana Jones en attrapant le fourgon menaçant qui file à vive allure, se bat contre un chien vorace, le terrasse à coup de pierre et s'éloigne alors qu'il la regarde, assis, complètement ahuri. Le conducteur du fourgon intervient enfin, et voilà Jessica assommée et laissée avec le cabot en colère à l'arrière du camion. Sans qu'on sache comment elle a réussi à contourner le chien en rogne, elle attrape le conducteur-cagoule par derrière et provoque un accident, mais il reprend l'enfant et s'en va à pied....
Plus tard, pour perpétuer sa filiation avec Indiana Jones, Jessica tombe dans des sables mouvants mais s'en sort seule, puis elle se prend un coup de pelle surprise dans la tête... Rien ne l'arrête !

Et là... Twist ! En fait, Jessica Biel, elle kidnappait les enfants du comté pour en faire Dieu sait quoi, et la figure encagoulée était la véritable mère de l'enfant venue reprendre son rejeton...

Ok. Admettons. Influence du giallo, art de tourner les tables, tout ça...
Mais revoyons la scène en épousant le point de vue de maman : elle apprend en se baladant dans les bois que son fils est retenu prisonnier au manoir Biel. Premier réflexe ? Vite ! Qu'est-ce qu'elle peut faire ?
- Y aller sans plus attendre ?
- Non.
- Appeler la police ?
- Non.
- Attendre un jour, se mettre une cagoule pour qu'on la reconnaisse pas et aller chercher l'enfant à la nuit tombée ?
- Voilà qui me parait plus raisonnable...

Donc elle se prépare, son chien, sa cagoule et hop ! Elle pète la gueule à la baby-sitter, prend soin de mettre la radio à donf' et attend patiemment que Jessica Biel se réveille, descende à la cuisine, éteigne la radio, découvre la baby-sitter, remonte constater la disparition, redescend voir la baby-sitter et SEULEMENT LA elle prend la poudre d'escampette ! Ensuite, constatant que Jessica Biel l'a suivie, elle laisse le chien se charger d'elle et quand il se mange une pierre elle attend une trentaine de secondes avant de surgir pour l'assommer ! Et elle la met à l'arrière de la camionnette avec le chien. Pourquoi foutre ?? Hein, sans déconner, qu'est-ce qu'elle pensait obtenir à ce moment là ? Si elle voulait se venger, pourquoi ne pas l'avoir fait quand Jessica était en train de cuver son cocktail au manoir ? Et si elle voulait s'éloigner le plus possible de ce monstre, pourquoi l'emmener ?
Bref, Jessica se rebiffe, et parvient péniblement à provoquer l'accident, tant et si bien que maman doit finir à pied, son garçon dans les bras. Notez qu'elle a gardé la cagoule tout le long... Même quand elle ne savait pas que Jessica était sur ses traces. Même pour prendre son enfant dans ses bras.
Et du pauvre chien n'en sera plus nouvelle !

Plus tard, Jessica la retrouve dans un immeuble glauque, et survit à un coup de pelle dans la tête ( mais nom de Dieu qu'elle est tenace, cette salope ! ) et la maman lui dit : " Vous avez lavé le cerveau de mon fils, il a mis dix minutes à me reconnaitre..." BAH EVIDEMMENT CONNASSE ! Tu te présentes à lui avec une putain de cagoule où on voit pas ta tête... Abrutie !

Mais ne nous arrêtons pas là en si bon chemin, reconsidérons maintenant ce segment du film du point de vue de Jessica maintenant qu'on connait la vérité sur elle...

Donc Jessica Biel, jeune infirmière sympathique, appartient à un groupuscule secret, que Pascal semble affectionner au plus haut point. Son défunt mari n'a de défunt que le certificat de décès, et se charge de prendre les enfants en faisant croire dans tout le comté qu'une figure mystique attrape les chères têtes blondes au hasard. Mais de hasard, point : il kidnappe les enfants pauvres pour les donner aux riches... Parce que dans ces conditions précaires, impossible d'être heureux, vous comprenez... Il faut aller en ville, pour connaître le bonheur. Ce groupuscule dispose de moyens financiers colossaux, mais il ne lui est pas venu à l'idée d'améliorer les conditions de ces enfants là où ils vivent... Passons.

Le rôle de Jessica au sein de son groupuscule, est de garder les enfants cachés dans son manoir une semaine ou deux, pour les accoutumer à une vie de plénitude. C'est pas un peu dangereux que de les conserver si près de la communauté ? Quoi qu'il en soit, elle est aidée dans sa tâche par une fidèle baby-sitter de l'extrême. Seule à connaitre ce secret.

Voilà pourquoi au début, elles se parlent du défunt mari comme s'il était vraiment mort, en insistant bien sur le fait que sa disparition a laissé un vide dans la ville, et des turpitudes de l'élevage d'enfants qui veulent regarder la télé... En fait le secret est si bien gardé que même les participantes n'ont pas le droit d'en parler entre elles ! Mais un soir, c'est le drame... Une figure encagoulée pète la gueule à la baby-sitter, attrape le gamin dont elles avaient la charge et s'enfuit à bord d'un fourgon. Ni une, ni deux, Jessica se lance à sa poursuite ! Indiana Jones trainé par un camion, chien, coup de pierre, assommée, mise à l'arrière, accident... Pourquoi se donner autant de mal ? C'est même pas son enfant. A la limite, si le secret vient à être éventé, elle peut fuir et prendre une nouvelle identité, mais non ! Il faut qu'elle retrouve le gamin, c'est mieux pour lui ! Alors elle le retrouve et le confie à son défunt mari avant de jouer les boucs émissaires au yeux de la ville. C'était la réponse la plus appropriée, avec le suicide...

Quand une idée de twist est sympa en théorie, il faut impérativement qu'elle survive à la pratique, sinon à quoi bon ? Parce que si je souscris à l'idée de créer la surprise en métamorphosant l'héroïne type de ce genre de productions en vile kidnappeuse, faisant ainsi du boogeyman un être enviable, je ne tolère pas que la psychologie des personnages soit aussi peu fouillée, voire antinomique ! Parce que c'est ce qui sépare le dramaturge d'un simple tricheur.

Et je me fous de savoir qu'un tel objet filmique cherche avant tout le sensationnel et l'étrange. Si la base même de la narration est aussi flinguée, c'est peine perdue.

Et non content de ça, le film passe ses dernières minutes à se demander si c'est pas effectivement mieux de vivre confortablement en ville plutôt que dans l'arrière pays... Si par hasard ce groupuscule zélé n'avait pas mis le doigt sur la clef du bonheur en ce bas monde... C'était donc ça son intention de base ? Faire un film à twist pour promouvoir le rapt d'enfants, hein ? N'est-il pas préférable d'être soustrait à ses parents pauvres qui ne vont jamais s'en remettre, pour vivre une vie de bourgeois ? Oh, il ne dit pas que c'est le cas, il pose la question.
Quelle attitude déplorable que de se cacher derrière le paravent de la question. Est-ce que votre mère se prostitue ? Non, je n'insinue pas que vous êtes un fils-de-pute, je POSE LA QUESTION !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2447 fois
87 apprécient · 19 n'apprécient pas

Mike Öpuvty a ajouté ce film à 1 liste The Secret

  • Illustration 2012 - FLOP 5

    2012 - FLOP 5

    Avec : De rouille et d'os, The Secret, Take Shelter, Prometheus, Eva

Autres actions de Mike Öpuvty The Secret