Avatar Aurea

Critiques de Aurea

Versus
  Suivre
Bande-annonce
8.1

Dans la tourmente

Regard clair et sourire candide, la pureté se lit sur le visage du jeune Lem envoyé par son père à Chicago vendre à bon prix, espère le patriarche, le blé de la ferme. Et c'est dans cette ville en pleine effervescence, bruissant de toutes parts en cette année 1929, période de la Grande Dépression, que le jeune homme, perdu et rêveur, va croiser le... Lire la critique de L'Intruse

83 49
Avatar Aurea
9
Aurea ·
7.4

Concubine à la vie, Impératrice à la mort

Tableaux vivants, camaïeu de bleu, de rose et d'or, c'est un régal des yeux dès la séquence d'ouverture de ce premier film couleurs de Mizoguchi : la Chine au 8ème siècle où la dynastie Tang connaît à la fois son apogée et son déclin. Un vieil empereur voûté, à la démarche hésitante, dispense ses dernières forces à résister aux sbires de... Lire l'avis à propos de L'Impératrice Yang Kwei-Fei

102 75
Avatar Aurea
8
Aurea ·
7.8

Perle rare

Ce film c'est la beauté d'un titre, la splendeur des images, saisissantes dès la séquence d'ouverture : chef-d'oeuvre ultime de Murnau, lui aussi victime, qui sait, de la malédiction du "Tabou". Bora-Bora, île de douceur et de volupté où tout n'est qu'innocence dans cette première partie qui s'intitule à juste titre : " Le Paradis".... Lire l'avis à propos de Tabou

100 66
Avatar Aurea
9
Aurea ·
Bande-annonce
-

"Quand je veux l'attraper, il disparaît"

A quoi retourne-t-on quand tout a changé ? Mon pays existe-t-il encore? Quand je veux l'attraper il disparaît. Récurrents, lancinants, ces mots résonneront en nous comme un leitmotiv : la voix de ces Libanais revenus au pays après l'avoir fui, exilés et désormais étrangers sur la terre qui les vit naître, tentant vainement d'exorciser le fantôme... Lire l'avis à propos de Pays rêvé

42 43
Avatar Aurea
9
Aurea ·
7.8

Motus et bouche cousue

Comment oublier la bouille ronde de Isamu, ses mimiques tordantes de petit bonhomme haut comme trois pommes, grave et frondeur à la fois, accroché aux basques de son grand frère, et qui ponctue toutes ses phrases d'un "I love you" incongru en quittant la maison ? Minoru l'aîné, mène la danse, sérieux comme un pape, tenant la dragée haute à des parents dépassés par... Lire l'avis à propos de Bonjour

124 71
Avatar Aurea
8
Aurea ·
7.8

L' Amoureuse

Je ne l'ai pas connu, lui cet acteur mythique, ce comédien passionné qui déclenchait l'enthousiasme par sa seule présence et son jeu uniques, et sa voix mon dieu, oh sa voix ! J'étais encore très jeune quand ma mère me fit écouter celui qu'elle adorait, disparu en 1959 et qui avait pour nom Gérard Philipe. Je découvris alors , sur un vinyle 33 tours,... Lire l'avis à propos de Capitale de la douleur

109 62
Avatar Aurea
9
Aurea ·
Bande-annonce
5.6

Etre Libre...

50 ans après Franju, Claude Miller s'empare du grand classique de Mauriac pour brosser à son tour le portrait subtil et vénéneux d'une femme à la recherche d'elle-même, une femme travaillée par sa condition, enfermée qu'elle est dans le carcan d'une époque et d'une caste : la bourgeoisie provinciale de la fin des années 1920. La jeune... Lire l'avis à propos de Thérèse Desqueyroux

79 61
Avatar Aurea
8
Aurea ·
Bande-annonce
7.3

La vengeance dans la peau

Premiére image, première fulgurance : une femme entravée, telle un animal pris au piège, rampe et se débat dans la pièce nue et sombre qui lui sert de prison. Dans ce clair obscur la caméra révèle peu à peu le jais d'une chevelure, la blancheur d'une peau : visage de porcelaine qu'illuminent deux grands yeux noirs apeurés et une bouche cerise qui... Lire la critique de Tatouage

57 43
Avatar Aurea
7
Aurea ·
Bande-annonce
8.4

La bonne étoile

Borzage : un nom magique, qui pour moi évoque depuis L'Heure suprême la quintessence même du mélodrame, ces histoires fortes et naïves à la fois où le bien triomphe du mal, où le bonheur se fait jour sous le drame annoncé, où l'amour enfin, est toujours le plus fort devant la maladie ou la mort. Alors comment ne pas aimer... Lire l'avis à propos de L'Isolé

102 77
Avatar Aurea
10
Aurea ·
7.5

L' Absence, le plus doux des supplices...

Petite merveille que ce recueil de poèmes paru en 1912, découvert tout récemment, et qui évoque, en termes simples et sans emphase le couple et l'amour, nec plus ultra d'un quotidien doré sur tranche. Il émane de ces textes que d'aucuns ont pu trouver "sensibles et désuets" un charme et une grâce intemporels sur des mots de tous les jours, des mots qui... Lire la critique de Toi et Moi

48 46
Avatar Aurea
8
Aurea ·