Avatar Aurea

Critiques de Aurea

Versus
  Suivre
Bande-annonce
7.5

L'homme, ce superbe objet de désir

Il aura fallu le décès d'Elizabeth Taylor pour que je voie cette oeuvre absolument magnifique dans laquelle on retrouve cette subtile cruauté qui caractérise les pièces de Tennessee Williams : un film porté par le couple Newman/Taylor mais aussi par l'interprétation magistrale de Burl Ives, le père chéri... Lire l'avis à propos de La Chatte sur un toit brûlant

121 56
Avatar Aurea
10
Aurea ·
7.4

L'Institutrice

4 avril 1928, c'est la rentrée des classes quand Hisako Oishi, lumineuse Hideko Takamine, jeune institutrice fraîchement nommée, débarque sur cette petite île du Japon intérieur. Dans ce village de pêcheurs on regarde d'abord d'un mauvais oeil cette modern girl en jupe et à bicyclette, avant de l'adopter. A l'école 24... Lire l'avis à propos de Les Vingt-quatre prunelles

45 44
Avatar Aurea
8
Aurea ·
Bande-annonce
7.0

La vérité d'un homme

Je l'attendais, je l'ai vu : non seulement je n'ai pas été déçue, mais j'en suis sortie émue, interpellée, admirative quant à la réussite d'une biographie partielle tout à fait originale, tournée à la façon d'un documentaire, où les images d'archives, subtilement insérées, confèrent au film une intensité particulière. Harvey Bernard Milk né le 22 mai 1930 à... Lire l'avis à propos de Harvey Milk

141 69
Avatar Aurea
8
Aurea ·
Bande-annonce
8.1

Le Passage

Vivre, un mot qui résume à lui seul notre condition de mortels, ce passage sur terre qui mène inéluctablement à la mort. Cette mort, on l'oublie, on l'occulte, mais elle est là, et nul ne décide de sa venue. Pour Watanabe, fonctionnaire en fin de carrière qui hante de sa petite silhouette courbée et vacillante les couloirs de son administration, bureaucrate humble et... Lire l'avis à propos de Vivre

140 117
Avatar Aurea
10
Aurea ·
Bande-annonce
7.4

La Femme-enfant

Je n'avais encore jamais vu ce film de 1956 qui vaut surtout par la présence de Carroll Baker, visage enfantin et courbes prometteuses, mariée à un exploitant de coton au bord de la faillite. L'époux, plein de frustration et de colère rentrée, attend, en rongeant son frein, les 20 ans de sa toute jeune femme, lié par la promesse à son futur... Lire l'avis à propos de La Poupée de chair

31 11
Avatar Aurea
7
Aurea ·
Bande-annonce
7.2

De chair et de sang

Peu importe que le film regorge d'excès en tous genres, qu'il mélange conte, thriller fantastique et drame psychologique : c'est un grand film et la vision inspirée du monde ô combien noir de la danse, de ses rivalités, de sa recherche effrénée de perfection , celle qui épuise les corps et les met en sang à l'image de son cygne blanc Natalie Portman,... Lire la critique de Black Swan

250 98
Avatar Aurea
8
Aurea ·
Bande-annonce
6.4

Trois Femmes

Trois belles figures de femmes, trois destins croisés dont l'enfant constituera le lien, même si les coïncidences, et c'est sans doute le principal reproche que l'on peut adresser à ce film, semblent par trop convenues. Voici ce qu'en dit le réalisateur en personne, ses indications fournissant des pistes qui peuvent éclairer son propos, répondant notamment à la fameuse question de... Lire la critique de Mother and Child

25 5
Avatar Aurea
7
Aurea ·
Bande-annonce
7.4

Un western à part

Je l'avais vu il y a longtemps, gardant en mémoire le visage unique, voire impressionnant de Joan Crawford, dans le rôle de l'aventurière, l'étrangère qui fascine : Vienna, tenancière d'un saloon isolé dans la montagne. J'ai retrouvé ce même sentiment à la deuxième vision, la même impression de tension extrême, y compris... Lire la critique de Johnny Guitare

78 41
Avatar Aurea
8
Aurea ·
8.2

Le Désir de peindre

Lire Baudelaire c'est pour moi ouvrir la boîte de Pandore : libérer l'univers des rêves, des fantasmes les plus fous, s'immerger dans un voyage des sens où "Tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté", où dans une "Vie antérieure", mollement assoupis dans leur chaude langueur, de bruns éphèbes vous rafraîchissent le front avec... Lire l'avis à propos de Le Spleen de Paris

121 66
Avatar Aurea
10
Aurea ·
Bande-annonce
6.6

Désespérance

"Innamoramento" ou amour naissant : c'est sur les images d'un bonheur idyllique que s'ouvre ce film de Lafosse, réalisateur dont je n'avais encore rien vu. Il est Marocain, elle est Belge et ils s'aiment, ne se rassasiant pas l'un de l'autre, couvés semble-t-il par le regard bienveillant du père adoptif de Mounir, le Docteur... Lire la critique de À perdre la raison

45 46
Avatar Aurea
4
Aurea ·