Avatar Aurea

Critiques de Aurea

Versus
  Suivre
6.7

A Reliable Wife

« On peut supporter le désespoir tant que l’on n’est pas, de fait, désespéré. Ralph avait cinquante-quatre ans, et le désespoir l’avait gagné comme une infection, sans qu’il s’en fût aperçu. Il aurait été incapable de distinguer à quel instant précis l’espoir avait déserté son cœur. » Et il était là, maintenant, en cette journée d’octobre 1907,... Lire la critique de Une femme simple et honnête

21 45
Avatar Aurea
8
Aurea ·
7.5

Le "bonheur dans le pessimisme"

« La Joie de vivre » : comment aurais-je pu deviner, ne connaissant pas le roman, que ce titre innocent et léger, porteur de vie et d’espoir, désignait le douzième tome des Rougon Macquart? Comment expliquer chez Zola, ce titre presque incongru, sinon par son envie de créer, face au vice incarné par Nana, une... Lire la critique de La Joie de vivre

72 138
Avatar Aurea
8
Aurea ·
Bande-annonce
6.9

La Chrysalide

Dans la pénombre d’une chambre, la caméra s’attarde longuement sur un jeune visage endormi, caresse délicate et précise qui se substitue à notre regard, puis effleure les formes juvéniles, sous la nuisette qui laisse à découvert les longues jambes nues de l’adolescente. En proie à une agitation de plus en plus fébrile, la jeune fille se tourne et se retourne, émergeant peu à peu de... Lire l'avis à propos de Les Adolescentes

66 86
Avatar Aurea
7
Aurea ·
Bande-annonce
6.9

Nichi nichi kore kōnichi

« Entrons dans le jardin, dans le jardin sauvage et foisonnant Avant que je L’avale L’eau de la source a bruissé Sur mes dents » Visage rond, œil pétillant de malice derrière ses petites lunettes, la vieille dame au chapeau s’appelait Tokue : j’ai découvert Kirin Kiki dans Les Délices de Tokyo, et n’ai plus jamais oublié son... Lire l'avis à propos de Dans un jardin qu'on dirait éternel

100 72
Avatar Aurea
8
Aurea ·
6.5

Deux amies

« Mais sois ingénu Comme cette brise Qui souffle et te grise D’un philtre inconnu. » Lycée de banlieue parisienne : une grande jeune femme brune, l’air sérieux, tailleur pantalon, cheveux courts et allure décidée, se hâte vers sa voiture, dans le brouhaha d’un vendredi soir, précédée par le flot des élèves qui affluent vers la sortie. À travers les vitres du véhicule, le... Lire la critique de Conte de printemps

63 92
Avatar Aurea
8
Aurea ·
Bande-annonce
6.4

Laura nuda

« Si on ne se sent pas libre, à quoi ça sert de vivre ? » C’est sur cette notion de liberté que se fonde le film, au titre évocateur pour certains, un peu racoleur pour d’autres, si tant est qu’un corps nu exposé aux regards ne laisse pas d’interpeller. Toutefois, plus qu’un sujet d’érotisme, la mise à nu de Laura est... Lire la critique de Laura nue

59 58
Avatar Aurea
7
Aurea ·
8.2

Le Désir de l'Impossible

« La beauté ne peut rien contre les convenances, l’amour ne peut rien contre la société, l’énergie ne peut rien contre le système, c’est le destin des meilleurs d’être vaincus. » 1912 : le Japon isolationniste dans la grande tradition des samouraïs, qui avait fait les beaux jours de l’ère Meiji, s’achève, on est à l’aube d’une époque tournée vers... Lire l'avis à propos de Neige de printemps

72 74
Avatar Aurea
8
Aurea ·
7.7

Sôshun

Le cinéma d’Ozu c’est peut-être, ainsi que le déclarait l’un de ses assistants, Kiju Yoshida, «poursuivre un mirage dans un pré au printemps», à moins que ce ne soit, comme pour Wenders, « le paradis perdu du 7ème art »… Le réalisateur allemand, en effet, a toujours professé une vive admiration envers le cinéaste japonais et... Lire l'avis à propos de Printemps précoce

74 90
Avatar Aurea
8
Aurea ·
7.4

La Curée

Mais ce qui, de tous les détours des allées, frappait les regards, c’était le grand Hibiscus de la Chine, dont l’immense nappe de verdure et de fleurs couvrait tout le flanc de l’hôtel, auquel la terre était scellée. Les larges fleurs pourpres de cette mauve gigantesque, sans cesse renaissantes, ne vivent que quelques heures. On eût dit des bouches sensuelles de femmes qui... Lire l'avis à propos de La Curée

80 94
Avatar Aurea
9
Aurea ·
Bande-annonce
7.3

"L'enfer c'est moi-même"

Et non plus les autres, pourrait nous dire Lumet, prenant à contrepied la célèbre formule de Sartre dans Huis-clos, pour filmer un homme confronté à ses démons, à ses peurs et ses angoisses, un homme qui va entrer en collision avec sa part d’ombre, fatale ambivalence de la nature humaine, que le cinéaste explore dans ce film d’une noirceur absolue... Lire la critique de The Offence

73 110
Avatar Aurea
8
Aurea ·