Bastian Meiresonne

Homme, 45 ans
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
Asian Cinema Lover

Répartition des notes

  1. 178
  2. 358
  3. 710
  4. 1079
  5. 1162
  6. 1062
  7. 677
  8. 270
  9. 41
  10. 0

Comparez votre collection avec Bastian Meiresonne

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Critiques de Bastian Meiresonne

Dernières critiques

Bande-annonce
7.2
L'espion qui aimait

Fiction basée sur des faits réels assez hallucinants, extrêmement intéressant à découvrir dans la situation politique actuelle des choses - et d'ailleurs à se demander pourquoi le lancement d'une telle production par les temps qui courent... En revanche, la première heure ressemble davantage à une immense bande-annonce avec mise en place poussive des lieux, noms, personnages et mises en... Lire la critique de The Spy Gone North

2
Avatar Bastian Meiresonne
5
Bastian Meiresonne ·
Bande-annonce
6.8
L’origine du Monde

Merci John Musker et Ron Clements (et les 5 autres scénaristes, soit…) de ne pas prendre vos spectateurs (petits ET grands) pour des imbéciles et soigner forme ET fond contrairement à vos collègues (PIXAR) / concurrents (MINIONS, TROLLS, COMME DES BETES…). Merci d’aller même contre le discours propagandiste de votre employeur, Disney, qui aime récemment se servir de ses grosses productions... Lire l'avis à propos de Vaiana, la légende du bout du monde

3
Avatar Bastian Meiresonne
7
Bastian Meiresonne ·

Activité récente

Statuts d'humeurs

Canola (2016) Film anti-thèse des magnifiques films d'enfants de Yoon Ga-eun avec nécessité de souligner la moindre émotion de gros coups de violons, CANOLA est uniquement fait pour ratisser le public le plus large
Burning Birds (2016) Formellement un chef d'oeuvre, le contenu est hyper fort - mais bonnes intentions gâchées (comme dans son premier) par des procédés inutilement démonstratifs. Chef-d'oeuvre en puissance, sinon...
Flying Fish (2011) Une première partie à tomber de beauté et de maîtrise formelle, puis des longueurs et un dénouement trop lourdement démonstratif... Même défaut que sur BURNING BIRDS. Un vrai auteur tout de même.
Damager Totalement idiot et fauché, mais la base du projet est proprement hallucinant (et Yu Kazawa prêt à investir pour financer une séquelle !!).