CableHogue

Homme, 27 ans | Site personnel
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
" Et la fin de toute notre exploration
Sera d’arriver là d’où nous sommes partis
Et de connaître le lieu pour la première fois "

T.S. Eliot, "Quatre quatuors"

Répartition des notes

  1. 20
  2. 25
  3. 48
  4. 119
  5. 277
  6. 424
  7. 553
  8. 458
  9. 212
  10. 65

Comparez votre collection avec CableHogue

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de CableHogue
Sondages de CableHogue
Critiques de CableHogue

Dernières critiques

Bande-annonce
8.0
Lumineux crépuscule

C’est l’histoire d’un vieil homme qui, le temps d’un trajet en voiture, voyage en lui-même. C’est aussi l’histoire d’un film de Bergman qui, par le principe de mouvement qui le régit, s’éprend d’une lumineuse légèreté, d’une souplesse élancée et limpide qui tempère la noirceur potentielle du sujet et des humeurs habituelles du cinéaste. Les Fraises Sauvages, pièce maîtresse... Lire la critique de Les Fraises sauvages

8 6
Avatar CableHogue
9
CableHogue ·
Bande-annonce
6.5
L'étrangère

Il est des œuvres qui, par le suprême degré de fascination qu’elles exercent, tempèrent jusqu’aux plus évidentes maladresses. Ainsi de Sayonara. Au cœur même de son humeur contemplative, le film accuse indéniablement une forme de saturation – profusion de thèmes toujours plus actuels, manque de concision dans l’épure – ; pour autant, nombre de visions qui le traversent... Lire l'avis à propos de Sayonara

13 1
Avatar CableHogue
8
CableHogue ·
Mentions J'aime de CableHogue

Activité récente

Statuts d'humeurs

Le Rebelle (1949) Poussant l'Hollywood classique à un degré de radicalité inégalé, une oeuvre passionnante : extrémiste donc clivante, fascinante ET répulsive, éreintante mais sublime, d'une vigueur électrisante.
Eau argentée (2014) Récit déchirant d'un exil, d'un peuple aux prises avec l'Histoire, d'un film en train de se faire. Comment tenter de conjurer la distance et la mort ? "Eau argentée" répond: par le cinéma.
Pasolini (2014) Elégie en clair-obscur, Pasolini de Ferrara esquive le biopic pour des sentiers moins rebattus. Une oeuvre étrangement désincarnée, presque spectrale, comme mort-née, mais envoûtante.