Avatar CorentinPtrs

Critiques de Corentin

@CorentinPtrs
Versus
  Suivre
Bande-annonce
7.4

Talion aiguille

C’est une histoire de vengeance. Et oui, encore. Vous en avez vu des films sur le sujet, forcément, un paquet même, probablement, une des marottes préférées du cinéma, assurément. Après tout on dit bien « œil pour œil » avant de lâcher « dent pour dent » et qui mieux que le septième art pour rendre les regards immédiatement ou pas, et dans ce dernier cas mettre en images le fameux : « la... Lire l'avis à propos de Flag in the Mist

4
Avatar CorentinPtrs
8
CorentinPtrs ·
Bande-annonce
7.5

Les contes de la lune vague après la cuite

Irasshaimase, bienvenue ! Accueil chaleureux ; clac clac clac clac, troupeaux de sandales dont on se déchausse ; sssssssshlac sssssshlac ssssssshlac, cascades de cloisons coulissantes ; cling cling cling, bousculades de sake ; zuip zuiiip zuiip, de longs kimonos pressés s'entrecroisent ; doing zdoing zdoing,... Lire la critique de Chronique du soleil à la fin de l'ère Edo

4 2
Avatar CorentinPtrs
10
CorentinPtrs ·
Bande-annonce
7.1

The truie of life

Mazette ! Le temps passe à une vitesse… Voilà bientôt onze ans que la grosse bébête de The Host a émergé de la rivière Han. Onze bougies ce n’est pas rien, on devient le grand parmi les petits et l’événement mérite un présent à sa hauteur, Bong Joon-ho, le papa de la bestiole, en a bien conscience. Et quoi de mieux pour marquer le coup qu’une naissance ? Paf ! Sans... Lire l'avis à propos de Okja

16 2
Avatar CorentinPtrs
7
CorentinPtrs ·
Bande-annonce
6.6

« Je ne suis pas infâme. Je suis une femme. »

Kô Nakahira… Les sirupeuses sonorités qui bourdonnent l’identité du bonhomme dans vos cages à miel vous sont familières… et pour cause, fidèle lecteur de Plan Tatami, nous l’évoquions au creux de nos récentes divagations passionnées dédiées au Thirst for Love de Koreyoshi Kurahara. Il faut dire qu’on aurait bien du mal, qui... Lire la critique de Les Lundis de Yuka

1
Avatar CorentinPtrs
8
CorentinPtrs ·
Bande-annonce
7.6

Cet obscur objet du désir

En 1955, au Japon, alors que Kenji Mizoguchi se met à la couleur avec l’Impératrice Yang Kwei-Fei et que le Kinema Junpo a le bon goût de décerner aux Nuages flottants de Mikio Naruse le titre de meilleur film, Shintaro Ishihara, alors âgé de vingt-trois ans, signe son premier roman : La saison du soleil. L’auteur y croque la jeunesse nippone d’après-guerre, alors surnommée « taiyozoku »... Lire l'avis à propos de Thirst for Love

3
Avatar CorentinPtrs
9
CorentinPtrs ·
Bande-annonce
7.9

Corée âme

Trois ans après Stoker, son excursion en soute hollywoodienne, mais aussi et surtout après La Servante (1960) de Kim Ki-Young, ses versions Femme de Feu de 1971 et 1982, ainsi que le remake de 2010 signé par Im Sang-soo, Park Chan-wook avec sa Mademoiselle sans quitter le thriller qu’il affectionne tant s’en va lorgner du côté de l’érotisme en partant du Du Bout des Doigts (2002), le... Lire l'avis à propos de Mademoiselle

8
Avatar CorentinPtrs
8
CorentinPtrs ·
Bande-annonce
6.5

Rose des vents

N’en déplaise aux sélections cannoises et trop rares sorties nationales, Naomi Kawase, Hirokazu Kore-eda et Kiyoshi Kurosawa, aussi doués soient-ils, sont bien loin d’être les seuls réalisateurs a avoir officié ces dernières années dans le cadre du cinéma d’auteur japonais. Hiroshi Ishikawa, cinéaste discret s’il en est, s’y est illustré à plusieurs reprises à défaut d’avoir ne serait-ce... Lire la critique de Petal Dance

3
Avatar CorentinPtrs
7
CorentinPtrs ·
Bande-annonce
6.8

Poupée de Sion

Pour Antiporno, pour sa contribution au Roman Porno Reboot de la Nikkatsu, pour son second long-métrage de 2016 et pour notre plus grand plaisir, Sono Sion reprend les couleurs de son Keiko desu kedo (1997), ainsi que le rose à ses origines « grand public », soit en 1964 avec le fantasmatique Daydream de Takechi Tetsuji. Reprend, ensuite, Ami Tomite ( ex-idol du groupe AKB48,... Lire la critique de Antiporno

7
Avatar CorentinPtrs
9
CorentinPtrs ·
Bande-annonce
6.7

Les Hommes qui marchèrent sur la queue du tigre

Après Dororo en 2007 et I just wanna hug you sept ans plus tard, nous nous étonnions de la trajectoire empruntée par la filmographie d'Akihiko Shiota, cap mis vers une production plus "conventionnelle" sur un macadam bien lisse, glissant, voie rapide rythmée par les adaptations douteuses de mangas à succès. Inquiétant itinéraire qui prend aujourd'hui une tournure autrement plus réjouissante à... Lire la critique de Wet Woman in the Wind

7
Avatar CorentinPtrs
9
CorentinPtrs ·
7.7

Les enfants de l'autruche

Cent soixante. Si l’on se réfère à la filmographie glissée dans les pages du 698ème Kinema Junpo, il s’agit du nombre de films réalisés entre 1924 et 1959 par Hiroshi Shimizu, cinéaste prolifique s’il en est, capable de tourner une dizaine de métrages par an. Dix sont d’ailleurs signés en 1925, douze deux ans plus tard et treize, son record, en 1929. Sa vingtaine Shimizu l’a ainsi passée... Lire l'avis à propos de Ornamental Hairpin

6 2
Avatar CorentinPtrs
9
CorentinPtrs ·