Avatar Paul Clerivet

Critiques de Paul Clerivet

Versus
  Suivre
  • 1
  • 2
Bande-annonce
6.7

On ne vit que deux fois

Après un imposant et charismatique "Gran torino", l'engouement de retrouver Clint Eastwood devant et derrière l'objectif efface aisément la crainte de le voir s'embourber dans le marasme d'une hypothétique sénilité naissante. Sans décevoir totalement, difficile de sortir convaincu de cette mule, qui, comme son protagoniste, a du mal à faire face aux enjeux sociétaux de l'époque. On... Lire la critique de La Mule

Avatar Paul Clerivet
6
Paul Clerivet ·
Bande-annonce
6.5

"Wong Kar Wai ?" "Non, c'est à côté"

Après un « Moonlight » entier et prometteur, Barry Jenkins se vautre lourdement dans le cinéma aseptisé pour oscar conformiste. Dans la check list du film à trophées, « if Beale street could talk » vise clairement le high score : Adaptation d’un roman salué par la critique, abordant sans aucun risque un sujet historico-politique auquel tout le monde ne peut qu’adhérer. Un formatage pour... Lire la critique de Si Beale Street pouvait parler

Avatar Paul Clerivet
3
Paul Clerivet ·
Bande-annonce
6.8

A horse with no name

J’aurais volontiers troqué la reconnaissance critique de Blackkklansman de Spike Lee avec celle de Sorry to bother you. Ici on se prend beaucoup moins au sérieux, on ne glisse pas vers le manichéisme trivial et on confie le double rôle à un personnage unique, ce qui est à la fois bien plus intéressant sur le fond et beaucoup plus justifié sur la forme. Inutile de s’aventurer dans la... Lire l'avis à propos de Sorry to Bother You

Avatar Paul Clerivet
8
Paul Clerivet ·
Bande-annonce
6.6

L’entre-soi des nantis ineptes

Christophe Lambert est meilleur dans Highlander. Vanessa Paradis est plus sulfureuse en auteur de films porno. Émile a visiblement réglé son problème d’haleine, plus besoin de chewing gum pour emballer tout ce qui bouge.Plus sérieusement, ce qui est bien chez Marivaux, c’est que la futilité mondaine des jeux de l’amour est scruté à la lumière des codes sociaux d’une époque, celle du... Lire l'avis à propos de Pauline à la plage

1 3
Avatar Paul Clerivet
1
Paul Clerivet ·
Bande-annonce
5.3

« Bouge pas, je vais chercher le poney »

Exquise pâtée pour chat pour critique parisienne snobinarde. Entre Cédric Anger et le « Boogie nights » de Paul thomas Anderson, il n’y a qu’un pas : celui du nanard. L’amour est une fête est un modèle de ridicule 100 % français. Bien plus réac’ que le propos de Jack Lang ouvrant le film, jamais juste dans son ton qui oscille entre premier degré et dérision sans jamais savoir... Lire l'avis à propos de L'amour est une fête

3
Avatar Paul Clerivet
2
Paul Clerivet ·
Bande-annonce
5.7

Ardisson, emblème d'une génération

Nouveau Bacri-Jaoui, nouvelle attente d'un film simple, croustillant et sans prétention. Le duo ne se risque pas à l'inconnu avec cette critique sociale, légère et caustique, des mondes que tout oppose : les nantis et les prolétaires, les idéaux de gauche et les cyniques de droite, les jeunes et les vieux... Zone de confort également dans le cadre narratif. Des parisiens friqués à la... Lire la critique de Place publique

4
Avatar Paul Clerivet
5
Paul Clerivet ·
Bande-annonce
6.1

Comment passer à côté de son sujet : méthode parisienne

Quel gâchis. Marketé comme un film de Rémi Bezançon, simple, léger, concentré sur les relations humaines franco-françaises. Le genre de métrage dont le trailer affirme son envie de bien faire au cours d’une période où les sorties ciné regorgent de thématiques rigides (l’insulte, la douleur, jusqu’à la garde…), qui fait passer un bon moment de détente, sans autre prétention. Il ne faut pas... Lire l'avis à propos de Gaspard va au mariage

12
Avatar Paul Clerivet
3
Paul Clerivet ·
Bande-annonce
6.3

Kurger dans un scénario TF1

Une bonne actrice ne fait pas un bon film. La principale faiblesse d'"In the Fade", c'est son écriture. Clichés, facilités scénaristiques, linéarité, métaphore putassière, toute la panoplie de l'absence de finesse s'y retrouve. Découpé en trois parties, le film progresse vers une inexorable absence d'intérêt. Comme toujours, la mise en scène de l'attentat... Lire l'avis à propos de In the Fade

2
Avatar Paul Clerivet
3
Paul Clerivet ·
Bande-annonce
7.6

A pleins poumons !

Martin McDomagh aura mis une décennie pour réaliser 3 films. Son troisième long métrage « 3 billboards outside Ebbing » est sans aucun doute son plus aboutit et mérite amplement les louages reçues aux golden globes 2018. Une fois passée la barrière d’un titre français aussi grossier qu’inepte et une affiche principale légèrement kitch, on se laisse immédiatement happer par un film débordant... Lire la critique de 3 Billboards, les panneaux de la vengeance

Avatar Paul Clerivet
7
Paul Clerivet ·
Bande-annonce
5.1

Grande idée, petit film

Non pas que le cinéma soit en manque de films sur la miniaturisation, A. Payne a réussi à proposer une approche renouvelant le genre en inscrivant son scénario au sein des enjeux environnementaux et sociaux actuels. Suffisant pour faire le chemin des salles obscur enthousiaste, malgré une durée de 2h15... effrayante pour une comédie. Downsizing aurait fait un court métrage intéressant... Lire la critique de Downsizing

1 2
Avatar Paul Clerivet
4
Paul Clerivet ·
  • 1
  • 2