Avatar Pedro_Kantor

Critiques de Pedro_Kantor

Versus
  Suivre
Bande-annonce
7.1

Clap your hands, bang your head

Un film fort sympathique, en forme de faux documentaire ("rockumentary"), sur le milieu du rock, et plus particulièrement, du hard-rock, du heavy-metal au hard-FM. Le plus hallucinant dans la pellicule, reste la quantité tout simplement monstrueuse de références à des groupes plus ou moins connus : le guitariste a de faux airs de Johnny Ramone, le bassiste est un sosie raté de Lemmy, on retrouve... Lire la critique de Spinal Tap

6 2
Avatar Pedro_Kantor
8
Pedro_Kantor ·
Bande-annonce
6.3

Sicilia du silence

Dans un petit village sicilien côtier, Assunta, pulpeuse et innocente beauté, est "abusée" par Vicenzo, bellâtre mufle ettestotéroné, pratiquement à l'insu de son plein de gré, dans une bergerie désaffectée. Déshonorée, elle doit venger le sang par le sang, et assassiner le don Juan, émigré en Angleterre. Cette sympathique comédie de mœurs est un divertissement agréable, mais assez inégal. Le... Lire l'avis à propos de La Fille au pistolet

6 3
Avatar Pedro_Kantor
7
Pedro_Kantor ·
7.3

C'est un Rokk, que dis-je ...

On vocifère à longueur de gazettes, et à grand renfort de publicité, sur ces auteurs, qui, en guise de cache-misère pour leur plume défaillante, se "créent un monde bien à eux". L'expression, employée à tort et à travers, et qui heurte les yeux dans nombre de critiques, semble être le sésame d'un bon ton littéraire. On se demande quel superlatif l'on devrait inventer, en suivant cette politique,... Lire l'avis à propos de Les Oeufs fatidiques

6 9
Avatar Pedro_Kantor
8
Pedro_Kantor ·
6.4

Les purs de Berne

[Il n'y a aucun rapport entre le titre de cet avis, et le contenu de la nouvelle de Boulgakov. Je me trouvais juste à court de mauvais jeux de mots. Et quand je suis sec, je contrepète.] "Endiablade", fait partie d'un cycle de trois récits, écrits au tout début du régime communiste, entre 1924 et 1926. Satires du système, elles affermirent la réputation de leur auteur, en même temps qu'elles... Lire l'avis à propos de Endiablade

4 3
Avatar Pedro_Kantor
7
Pedro_Kantor ·
7.0

Balai fondamental

Ce livre est un premier roman, il mérite donc un peu d'indulgence. Écrit par une étudiante en lettres qui plus est, il mérite donc encore un petit peu plus d'indulgence. On lui accordera donc beaucoup d'indulgence. Émilie Desvaux, au fil des presque deux cents pages de son ouvrage, nous narre le désarroi sentimental d'une bourgeoise coincée, dans son éducation de caste, et son immense propriété... Lire la critique de A l'attention de la femme de ménage

3 21
Avatar Pedro_Kantor
5
Pedro_Kantor ·
Bande-annonce
7.0

Australie de l'humanité

"C'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mère qui prend l'eau" chantonnait (presque) Renaud. Et en effet, quand sa génitrice coule, torpillée par une overdose d'héroïne, Josh "J" Cody se voit contraint de quémander l'hospitalité de sa grand mère, entourée d'une sacré bande de psychopathes testotéronés. Pour son premier film, David Michôd plonge sa caméra dans l'envers du décor de la ville... Lire l'avis à propos de Animal Kingdom

7 4
Avatar Pedro_Kantor
7
Pedro_Kantor ·
Bande-annonce
7.4

Jerzyterais pas à le revoir

Alors que la projection de son "Haut les mains" venait tout juste d'être autorisée, après plus de dix ans de censure prohibitive, et consécutivement au succès critique du somptueux "Cri du Sorcier" (Grand Prix du Jury à Cannes en 1978), Skolimowski, le plus britannique des réalisateurs polonais, réalisait un double film, politique et social. Et voilà donc que débarquent à l'aéroport d'Heathrow... Lire la critique de Travail au noir

7
Avatar Pedro_Kantor
9
Pedro_Kantor ·
7.9

Axe désordonné

Céline, les années ont passé, il est revenu de tout : des pamphlets antisémites, des années quarante, de la collaboration, de l'indignité nationale, de Sigmaringen, des prisons danoises, de la misère meudonnaise ... Mais sa réputation elle, a quelque peu pâti de ses errances durant la seconde Guerre Mondiale dans laquelle il se retrouve emporté. Lors, rebondissant sur l'échec de "Féérie pour une... Lire la critique de Entretiens avec le professeur Y

19 1
Avatar Pedro_Kantor
9
Pedro_Kantor ·
7.0

Ukraine les représailles

Si, dans le receuil des Récits d'un jeune médecin, Boulgakov faisait la part belle à ses propres réminiscences, ce corpus-ci est marqué par le fer de l'imagination, et même parfois, du fantastique. Le ton en de même moins gai, plus ironique. Plus de chaudes touloupes, de profondes troïkas, plus d'anecdotes délectables. La détresse n'est plus uniquement celle d'un jeune médecin, bien sous tous... Lire l'avis à propos de J'ai tué

5 5
Avatar Pedro_Kantor
8
Pedro_Kantor ·
8.0

Syphillis très vite

Ces récits portent bien sûr le sceau de l'autobiographie. Tout frais émoulu de la faculté de médecine de Moscou, l'auteur fût en effet muté au beau milieu de la campagne russe, c'est à dire de nulle part. Hivers interminables et solitaires, lampes à pétrole crachouilleuses, tempête de neige furieuses, loups hurlants, routes embourbées par la Raspoutitsa, tout un folklore, pour ce citadin habitué... Lire l'avis à propos de Récits d'un jeune médecin

9
Avatar Pedro_Kantor
9
Pedro_Kantor ·