Avatar Zaul

Critiques de Zaul

Versus
  Suivre
7.4

Méandres adolescents

Le cadre et l'esthétique ne dérouteront pas ici les lecteurs familiers de l'univers de Burns : celui d'une adolescence en déroute dans un monde glauque et intriguant, ciselé, électrisant et gluant, rappelant la noirceur de Black Hole mais aussi les côtés lumineux de la trilogie de La ruche. Un jeune dessinateur fait la rencontre d'une jeune fille ; tous deux sont en perte de repères... Lire la critique de Dédales

3
Avatar Zaul
8
Zaul ·
Bande-annonce
7.6

Hameçonner le réel

Dans ce film documentaire, Kazuhiro Soda suit un groupe de petits vieux qui vivotent dans un village qui s'accroche à eux, rescapés une autre époque et trésors fragiles d'un autre temps. Il s'attarde surtout sur deux d'entre eux : Wai-chan, un très vieux pêcheur de 86 ans qui porte en lui tout un monde, tout un savoir faire, et Kumi, une vieille radoteuse un peu folle et peut-être plus... Lire la critique de Inland Sea

2 3
Avatar Zaul
10
Zaul ·
8.4

Tome Crouze n'a qu'à bien se tenir

Un merveilleux quatrième tome. À revenir un peu sur les toutes premières pages pour sonder le chemin parcouru, on se dit que plus le propos de Riad Sattouf gagne en gravité plus son dessin gagne en simplicité et en pureté. Quelques lignes, quelques traits fluides, quelques points suffisent à dire l'étonnement, la sidération du garçon face à la figure changeante de son père.... Lire l'avis à propos de Une jeunesse au Moyen-Orient (1987-1992) – L’Arabe du futur, tome 4

16 1
Avatar Zaul
9
Zaul ·
7.6

L'huile de Cloud, ça ne suffit pas

Ce récit très travaillé donne une impression de structure mais se révèle vite décousu, tape-à-l’œil et creux. Tous les efforts d'un chapitrage en trompe-l’œil n'y font rien : Le Sculpteur, malgré toute l'ingéniosité et le luxe d'effets graphiques dont il fait presque l'étalage, n'évite pas les écueils d'un cruel manque d'unité et surtout de l'insipide vacuité de son propos. Cela mène à un... Lire l'avis à propos de Le Sculpteur

37 2
Avatar Zaul
5
Zaul ·
8.1

Space opera de l'intime

Une SF décomplexée, aussi résolument nouvelle qu'elle emprunte tout à ce qui lui a précédé. En grand fan de ses pairs (Moebius le premier) Peeters semble ici s'amuser à mettre volontairement le genre en porte-à-faux, à chercher l'opposition, le nouveau, l'ailleurs, dans une sorte de contre-courant étrange, assez gluant parfois, organique et enchanteur. Loin d'être uniquement un cadre symbolique... Lire la critique de Lupus

19 1
Avatar Zaul
9
Zaul ·
-

Gare au Burns-out

Drôle d'objet que cette fausse version pirate de Toxic - fausse parce que totalement prise en charge par l'auteur lui-même - où toutes les planches ont été montées dans un désordre à la William Burroughs. La couleur vive et puissante à la Hergé, et qui faisait la nouveauté (et l'une des grandes réussites) de cette série, laisse ici place à un noir et blanc rappelant Black-Hole. De nouvelles... Lire l'avis à propos de Johnny 23

5 1
Avatar Zaul
8
Zaul ·
6.8

Critique de Claire Dolan par Zaul

Un portrait réaliste, chirurgical et froid d'une call-girl. Claire Dolan ouvre les portes intimes de la vie d'une femme sans pour autant jamais porter sur elle le moindre jugement, mais aussi sans vraiment en donner les clefs. Ce film a donc quelque chose d'assez scientifique sur le plan formel, et relève plus de l'observation que de la démonstration. Le réel, c'est le ballet des corps, la... Lire l'avis à propos de Claire Dolan

11 6
Avatar Zaul
8
Zaul ·
Bande-annonce
8.3

Esthétique de la fenêtre

La caméra de Béla Tarr survole, glisse, se faufile, suit des lignes avec une fluidité incroyable qui fait véritablement planer... Et vraiment les quelques sept heures de la fresque que constitue Sátántangó ne pèsent pas, à proprement parler. Ce qui aurait pu donner, derrière la caméra d'un autre réalisateur, une pâte indigeste, donne ici une sorte de grand poème (ou roman) mis en image, saturé... Lire l'avis à propos de Le Tango de Satan

28 6
Avatar Zaul
10
Zaul ·
7.7

... bleues, je sais.

Queneau se fout de nous ; mais avec intelligence. On aime le Duc d'Auge s'adressant au Duc d'Auge dans les méandres de l'histoire universelle en général, ou générale en particulier. On aime Mouscaillot roulant penaud dans la poussière. On aime le brave Démo trottant fièrement vers la ville capitale, minutieusement, inexorablement, précautionneusement. On aime aussi tous les dîners foutus. Les... Lire l'avis à propos de Les Fleurs bleues

28 4
Avatar Zaul
10
Zaul ·
8.0

Rien, cette écume, vierge vers...

Cela fait des années que je lis Mallarmé sans vraiment avoir compris le bonhomme, mais il m'a toujours fasciné. En terme d'accroche un peu facile peut-être, que dire sinon que si l'on aime Baudelaire, il faut lire Mallarmé? Car avant d'être celui qu'on dépeint trop souvent, ce poète obscur, incompréhensible, qui se tourne vers la vie de Mallarmé fait vite l'expérience d'un tout autre point de... Lire la critique de Poésies

36 4
Avatar Zaul
10
Zaul ·