Tu ne trouves pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Tu peux écrire à feedback@senscritique.com pour signaler une fiche manquante.

La bien nommée

Avis sur Belladonna of Sadness

Avatar Manu-D
Critique publiée par le

Assez rare que des albums continuent de susciter ma curiosité après plusieurs dizaines d'écoutes et quelques semaines à le faire tourner à l'excès. Tout ici est fait subtilement, tout est dosé. Seule la voix pourrait sembler un peu redondante dans sa tendance à se faire systématiquement trainante, mais elle coïncide tout à fait à l'atmosphère très mélancolique qui tient tout l'album. Sur ce point et sur d'autres, la filiation avec Lana del Rey est assez nette - en plus intéressant, en plus profond peut-être.

On associe aussi très vite ces compositions à celles d'Alex Turner, qui a justement participé à l'album : même goût pour la lenteur du tempo, mêmes lignes de basse à la fois très sobres et très mélodiques, même facilité à composer des morceaux intelligents en préservant une apparence de grande simplicité. Même son de guitare parfois. De la pop au sens le plus noble. Et des textes très sensibles, quoique jamais géniaux, qui laissent encore la patte d'Alex Turner se faire sentir, avec ces images assez improbables mais percutantes ("Staring through the window of a wig store / Crying through the credits of a show / That you've seen a bunch of times before").

On peut peut-être regretter que cette collaboration se fasse à ce point ressentir, mais il faut juger ces morceaux avec l'indulgence qu'un premier album impose. Et Alexandra Savior a de toute évidence trouvé un style, elle a quelque chose à dire de singulier, ce qui est déjà beaucoup. Proposer une telle cohérence, une telle finesse et en même temps éviter le piège de l'album répétitif n'est pas si commun. La saveur des premières écoutes ne s'envole donc pas après qu'on a saisi l'artiste et sa recette, et c'est normalement là la marque des grands. Reste à espérer qu'une fois venu le moment de s'émanciper de son mentor, qui viendra nécessairement, elle ne perdra rien du grand talent qu'on découvre ici.

https://youtu.be/uLDCO_r7wxg
https://youtu.be/9a65ZcLM_1E
https://youtu.be/13982XZKxE8

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 83 fois
1 apprécie

Manu-D a ajouté cet album à 1 liste Belladonna of Sadness

  • Albums
    Pochette Horses

    Albums 2020

    + ceux qui sont pas sur SensCritique : Between Friend - we just need some time together = 5 Dwight Sykes - On the Rocks =...

Autres actions de Manu-D Belladonna of Sadness