Écouter
Pochette Blonde on Blonde

Blonde on Blonde

(1966)
12345678910
Quand ?
7.9
  1. 7
  2. 4
  3. 12
  4. 20
  5. 45
  6. 98
  7. 375
  8. 757
  9. 556
  10. 278
  • 2.2K
  • 158
  • 317
  • 9

Liste de morceauxBlonde on Blonde

1.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:35)
2.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:50)
3.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(7:33)
4.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:54)
5.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:06)
6.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(7:04)
7.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:58)
8.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:51)
1.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:26)
2.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(5:02)

PostsBlonde on Blonde

Vous avez une anecdote, une vidéo/photo ou une simple question sur cet album ?
Critiques : avis d'internautes (11)
Blonde on Blonde
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
And these visions of Johanna ...

Un putain d'harmonica qui te déchire les tympans, un souffle malhabile qui expulse les plus belles fausses notes que tu aies jamais entendues. Une voix nasillarde d'adolescent enrhumé. Un rythme, un chant comme un tour de "Grand huit", où tu valdingues dans ton wagon, te cognant un peu partout à chaque accélération, à chaque virage. En 1965 Dylan décide de se libérer du carcan trop étroit de...

46 9
Avatar Ze Big Nowhere
10
·
Oh, comment ont-ils jamais pu te persuader?

Vous êtes droles quand même, sur à peine un demi-millier d'entre vous qui ont écouté cet album, environ 1/4 à mis une note en dessous de 8 (Déjà que 8...). Ensuite je constate qu'il figure à peine dans le Top 50 des albums Sens Critique. Sérieusement, plus je découvre de la bonne musique, moins je vous comprends. Amis, camarades, oserais-je dire, collègues! (Oui, il l'a dit!) ! Que vous arrive... Lire l'avis à propos de Blonde on Blonde

20 6
Avatar Théo Altman
10
Théo Altman ·
She knows where I'd like to be, but it doesn't matter.

Le septième album de Bob Dylan ferme la marche d’une trilogie de classiques, d’œuvres majeures sorties sur quelques mois à peine avec Bringing it all Back Home et Highway 61 Revisited tous deux sortis en 1965. Celui qui n’est pas un chanteur folk a la bonne idée de garder le meilleur pour la fin... Lire la critique de Blonde on Blonde

12 2
Avatar Red in the Grey
9
Red in the Grey ·
Le Graal

Et Dieu vit que c'était bon. Je me lance corps et âme dans la tâche presque impossible de chroniquer Blonde On Blonde. Impossible, parce qu'il s'agit de Dylan, est qu'il est très difficile d'écrire sur l'homme, tant il a fait, tant il y a dire. On aimerait à chaque musique souligner les anecdotes, les petites mélodies perdues dans un coin, relever les paroles si écrites et poétiques. L'homme... Lire l'avis à propos de Blonde on Blonde

5 1
Avatar Chlorine Z
10
Chlorine Z ·
Découverte
Blonde on Blonde

Il est quasiment impossible de dire quel album de Dylan est le plus réussi, le plus abouti, car tous (ou presque) sont d'une extreme justesse. Ici, Blonde on Blonde, remet Dylan dans le chemin du folk avec sa guitare acoustique après avoir travailler (un peu) l'électrique sur les précédents. L'album a cette chance, unique chance, de contenir le "Just Like a Woman" (10 fois mieux dans les... Lire la critique de Blonde on Blonde

7
Avatar mtf
8
mtf ·
Toutes les critiques de l'album Blonde on Blonde (11)
Vous pourriez également aimer...