Écouter
Pochette Closer

Closer

(1980)
12345678910
Quand ?
8.0
  1. 10
  2. 8
  3. 13
  4. 42
  5. 102
  6. 234
  7. 724
  8. 1392
  9. 969
  10. 606
  • 4.1K
  • 356
  • 658
  • 20

Liste de morceauxCloser

1.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(6:05)
2.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(2:54)
3.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:44)
4.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:55)
5.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:07)
6.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(5:51)
7.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:26)
8.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(6:07)
9.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(6:13)
Match des critiques
les meilleurs avis
Closer
VS
“La vie a une fin, le chagrin n'en a pas.” Baudelaire

Closer, dernier disque de Joy Division est certainement le disque le plus abouti du groupe mais aussi le moins facile d'accès. Le groupe qui avait déjà amené les influences punk à un niveau supérieur avec Unknown Pleasures, s'inscrit cette fois avec cet album dans une perspective encore plus froide grâce notamment aux synthétiseurs (sans doute l'un des plus belles utilisations des synthétiseurs pour un album des années 80) Si vous n'avez pas aimé...

14 3
La cold : c'est froid !

Critique cold d'un disque cold du cold Joy Division : Ian "cold" Curtis disait : I'm living in the ice age ! Atrocity exhibition : Oh là mais qu'est-ce ? Le chant mais c'est pas possible ! Et cette percu atroce qui saoûle. Le gratteux va devoir revoir son set de pédales. Isolation : synthés awful. Voix ouah, aïe, dur ! Le son de la basse bien mais le riff répétitif est trop mal entouré... So cold. Passover : synthés pas beau. Voix j'my fais pas ! Enfin un peu de mélodie mais ça... Lire l'avis à propos de Closer

2
Critiques : avis d'internautes (23)
Closer
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Critique de Closer par Alessandro

L'histoire est connue de tous: le 18 mai 1980, Ian Curtis, le chanteur épileptique de Joy Division, se suicide. A l'aube d'une tournée aux Etats-Unis et après seulement deux albums studios, Joy Division n'est déjà plus que du passé. Deux mois plus tard, en juillet 1980, sort Closer, album d'une rare beauté (enregistré en 12 jours) qui est leur second et ultime album. Celui-ci pourrait constituer... Lire la critique de Closer

46 7
Avatar Alessandro
10
Alessandro ·
Éloge funèbre

Difficile de mettre des mots sur un album aussi viscéral. Le premier morceau "atrocity exhibition" donne le ton: sombre, étouffant, sans espoir. La suite ne sera qu'une longue progression vers la mort, portée par une voix de plus en plus lointaine et désincarnée. On finit ces quarante minutes lessivés et peut être changé par cette plongée introspective dans nos peurs existentielles. Les... Lire l'avis à propos de Closer

4
Avatar Phoebe_Caulfield
9
Phoebe_Caulfield ·
Découverte
Tel un livre ouvert...

Ce disque n’est pas un disque comme les autres, non, il est de Manchester, il est noir comme son charbon, il est sinistre comme ses usines, sombre comme la fumée produite par les machines, on n’y file plus le lin, ni le coton, mais le chômage et le désespoir. La suie colle aux murs, la sueur colle au corps, heureusement il y a le rock… Manchester c’est une scène, comme Londres ou New-York:... Lire l'avis à propos de Closer

12 7
Avatar xeres
10
xeres ·
A crisis I knew had to come

"L'existence... quelle importance ça a ? J'aborde la vie du mieux que je peux. La passé fait désormais partie de mon futur. Le présent est hors de contrôle" C'est sur ces paroles extraites du morceau "Heart and Soul" que s'ouvre Control, film biographique sur Ian Curtis. Ces quatre phrases résument parfaitement l'état d'esprit du chanteur de Joy Division, et celui de la... Lire l'avis à propos de Closer

4
Avatar toothless
9
toothless ·
L'inexprimable

Si le flirt avec la mort (et surtout la tension grisante qui lui est faussement associée) est un sujet fétiche, voire un cliché de l'expression rock'n'rollienne, il est rare que la Mort elle-même soit acceptée comme le suprême sujet de l'artiste. Pourtant, ici, Ian Curtis, qui ne pouvait se savoir si proche de sa propre mort, nous dévoile l'un après l'autre tous les atours,... Lire la critique de Closer

6
Avatar Eric Pokespagne
10
Eric Pokespagne ·
Toutes les critiques de l'album Closer (23)