Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

L'imposture

Avis sur Feu

Avatar elchapo
Critique publiée par le

On verra bien ce que l’album nous réserve… allez viens on y pense pas. Il vaut mieux pas y penser. Feu premier album solo du quasi-éponyme Nekfeu, divise les foules. Succès instantané dans les cours des collèges (aucune source comme preuve), le projet est nettement plus contesté chez un public averti (toujours aucune preuve). Bref, voilà pourquoi Feu est un album franchement dispensable.

La tracklist

18 titres (+1 une hidden track), moyenne de durée d’un titre : 4 minutes. Premier constat l’album est trop long ou en tout cas trop inégal pour pouvoir prétendre à contenir autant de titres. Les sons s’enchainent et ne se ressemblent pas. L’auditeur passe de Martin Eden, introduction rythmée, à Mon Ame morceau très lent qui vient immédiatement stopper les intentions du premier son. C’est une des erreurs récurrentes de l’album (Tempête qui précède Egérie…). A l’écoute, l’album souffre d’un manque de cohésion évident. Pas de fil conducteur, les thèmes propres à Nekfeu s’éparpillent un peu dans chaque texte, le format ne pousse pas l’auditeur à écouter l’album d’une traite mais plutôt à choisir ses morceaux. Plus un défaut qu’un avantage pour un album, celui-ci témoigne aussi de la qualité plus qu’irrégulière des sons.

Les prods

Le niveau de prods est loin d’être exceptionnel, mais globalement ça va. La ou ça pêche, c’est surtout sur le manque d’originalité des intrus. L’inspiration Drake est clairement présente (Tempête, Elle en avait envie…), c’est pas forcement un reproche vu que Hugz signe avec Tempête une des meilleures production de l’album. Richie Beats confirme sa position de très bon beatmaker avec Laisse Aller. Egérie est surement le son le plus ambitieux de l’album, Nekfeu s’approche ainsi de nouvelles sonorités, c’est réussi et c’est ce qui manque dans le reste de l’album. Pour le reste, rien de marquant, rien de non plus vraiment mauvais (si ce n’est l’instru guitare ultra-cliché du dernier son Etre Humain).

Les featurings

9 featurings sur l’album, 1 appréciable. La ou le choix d’inviter un tas de monde sur album de 18 pistes semble assez justifié, la qualité des collaborations laisse franchement à désirer. Sneazzy sort les 12 mesures les plus pétées de l’album sur Mon Ame (qui est le titre le plus mauvais de l’album avec Jeux d’Ombres) :

On m'a dit : Pour gagner des trophées, reufré, fais d'abord d'la pop
J'saute souvent dans la foule, pourtant j'suis agoraphobe

Ed Sheeran (pourquoi l’inviter ?) fait le refrain et des backs ignobles sur Reuf, c’est raté. L’album est une série de featurings inintéressants au plus possible (Némir, Doum’s,Amber Simone…). Le S du S-Crew ne se transformera jamais en S-Dollar vu la prestation chaotique du collectif sur La Moue Des Morts. En gros Nekfeu out-rap tout le monde quand il s’agit de rap. Les autres collaborations concernent des refrains franchement peu marquants. L’unique exception, c’est Alpha Wann, sur l’avant dernière track qui lâche un bon texte, il est même meilleur que Nekfeu sur le son.

Nekfeu : le dernier maillon

Techniquement, Nekfeu est (très) au point sur ses rimes. Nique Les Clones, Tempête, Martin Eden en sont de belles démonstrations. Les autres titres sont en général bien réussis sur la forme même si cette obsession pour les rimes riches et autres multi-syllabiques peut devenir assez lourde au fil de l’album. Surtout quand celle-ci déteint sur le fond. Mêlant égo-trip à ses thèmes (Meuf,Mode,Potes,Famille en gros), le rappeur manque cruellement de profondeur.

Les références littéraires qui donnent leurs titres à deux morceaux (Martin Eden, Le Horla) sont très mal utilisées (seulement une phase à chaque fois). Nekfeu passe totalement à coté des thèmes abordés dans Le Horla(le livre), la ou il aurait été souhaitable de voir un parallèle sur tout un son avec le jnoun à Maupassant.

Le story-telling dans Elle En Avait Envie c’est sans plus. La graduation des événements n’a pas l’effet désiré même si l’idée de base pouvait donner quelque chose de bon.

Egérie qui est un son plus original,un peu Pound Cake de Drake sur l’instru, mélange un bon flow et un texte structuré qui décrit son ascension. Un air lancinant, parfaite symbiose avec l’instrumentale. C’est la meilleur track de l’album sans hésiter.

Nique Les Clones associe aussi bien fond et forme, le discours de l’Abbé Pierre en trop.

On Verra, c’est mauvais mais bon à l’écoute ça passe. Ma Dope c’est un peu le On Verra Part II. Rien de très intéressant sur ce coté si ce n’est que que ces titres sont franchement dispensables (musicalement parlant) et témoigne bien de la volonté de faire un album destiné à un public assez (trop) large.

Pour prendre exemple avec la concurrence’zer, Nekfeu est incapable de faire des sons à thèmes comme Guizmo, Princesse et Elle En Avait Envie n’ont rien à envier au Café et au Bus. Du coté des sons introspectif, C’est Tout ou André sont largement au-dessus de Etre Humain par exemple. La ou Guizmo arrive à inculquer chez l’auditeur son univers, Nekfeu n’y arrive pas du tout. Les raisons de ce default sont multiples : instru lisse, abus de la technique sur les rimes, incohérences… Même si la comparaison est un peu forcée ça montre bien que Feu c’est pas toujours top top comme on pourrait l’entendre.

Certains sons sont passés à la trappe parce qu’au final ça se ressemble beaucoup, les phases sont interchangeables de morceau en morceau et il n’a y pas de fulgurances. J’ai aussi l’impression que les phases visent plus à se contredire qu’à s’associer. Je maudis le jour où j'ai commencé le shit dans Reve d’avoir des rêves s’oppose à Ma Dope, pseudo hymne à la drogue douce. On constate pas d’évolution dans l’album seulement des contradictions. Concernant son ascension, seul Egérie relate bien son parcours sinon on a l’impression qu’il oscille entre des milieux sociaux et se contredit lui-même.

Les 5 phases de trop

Pour appuyer mon propos, j’ai fais une sélection minutieuse de quelques phases un peu faciles, surtout mauvaises qui sont souvent le fruit du gout trop prononcé en rime ( qui aurait cru dire ça ) de Nekfeu. 5 phases c’est léger mais j’avais la flemme d’en trouver plus, il y en a d’autres je vous laisse les trouver tout seul.

Egerie : Mais c'est toujours la même, elle a tenu mes mains Elle m'a
dit : "Tu m'aimes ?", j'ai dit : "Non, tu m’émeus."

On verra : Nos corps fonctionnent à l'envers, on marche avec des têtes

Jeux d’ombres : Une partie de poker, du pain sur la planche à billets
Non, strip poker : OK, je ne veux plus voir de blanche habillée

Elles me font des avances, je prends du recul

Elle en avait envie : À la ceinture et sur la table, il a le Magnum Il
disait s'appeler Malcolm Il était dans le X

Conclusion

Au final, l’album s’en tire avec quelques sons potables qui méritent un détour pour les amateurs des thèmes type Nekfeu. Loin d’être l’album de 2015, Feu s’en tire ici avec la moyenne. Parce que ça s’écoute mais sans plus, l’album ne décolle jamais, il prend parfois de la hauteur mais c’est vite stoppé par le chaos qui règne autour de cet album. Pourtant on ressent bien cette volonté de montrer chaque facette de sa personnalité dans les titres des tracks, mais l’écriture ne permet pas d’avoir ce ressenti à l’écoute. Surement pas assez spontané, trop concentré sur les mêmes techniques qui s’usent, pas assez sur le fond. On en sait pas plus sur Nekfeu, il frappe la ou on l’attendait, l’album n’est qu’une demi-surprise. Bref, ça plaira à ceux qui appréciaient tous les 5 Majeur, S-Crew et autre Entourage sinon passez votre chemin.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2130 fois
9 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de elchapo Feu