👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Demandez pas ce qu’il fait dans la vie

Moins d’un an après son album « Batterie Faible » qui lui a assuré le succès Damso revient avec son nouvel album « Ipseité », et il est difficilement comparable avec le premier et ce pour plusieurs raisons.

On retrouve le personnage de Damso, sombre, solitaire, ses gimmicks (#Vie) et ses prods habituelles, cependant l’angle d’approche est totalement différent.

Tout d’abord dans l’évolution du rappeur, sur « Batterie Faible » Dams’ se donnait une image de gangster agressif et sûr de lui comme dans « Periscope », « Débrouillard » ou « QueDeLaVie », avec quelques sons le rendant plus humain notamment « Amnésie » et « Graine de sablier ».

Ici Damso parait beaucoup moins confiant et mis à part « Noob Saibot » aucun son ne ressemble à ce qu’il a pu faire sur l’album précédent. On découvre un Damso éternel insatisfait et dégoûté du monde tel qu’il est, pensant trouver refuge dans la drogue, l’alcool et les femmes, quitte à faire du mal.

Comment parler de l’album sans aborder le thème des femmes, présent dans quasi tous les sons. Et il n’est pas tendre avec, les présentant comme des profiteuses, soutien éphémère qui disparaît aussi vite qu’il est apparu. Cependant il reconnait à demi-mot ses erreurs et que lui non plus n’est pas tout à fait innocent, le morceau « Macarena » en est un bon exemple.

Beaucoup plus de références à Dieu aussi, et tout comme les femmes sa position est ambigüe, croyant mais se sachant corrompu Damso semble tout aussi incertain dans le domaine spirituel que dans les autres domaines.

Quelques sons sortent quand même des principaux thèmes de l’album.
« Kin la belle » est un bel hommage à sa ville d’origine de Kinshasa mais l’instru afro-trap tranche peut-être trop avec le reste de l’album.
« Une âme pour deux » est plus dans l’expérimental que dans le vrai rap, il faudra surement plusieurs écoutes pour déterminer la vraie valeur de ce son.
Petite déception pour « Peur d’être père » qui fait référence à la naissance de la fille de Damso née en Janvier. Comme le rappeur le dit lui-même : « Première fois que je parlerai d'amour. En chanson pour faire court », peut-être n’aurait-il pas dû car c’est le seul morceau que je trouve « faible » de l’album, pourtant l’écriture est assez réussie.

En philosophie le mot « Ipséité » renvoie à l’ensemble des éléments qui font d’une personne ce qu’elle est. Et c’est précisément ce que vient de faire Damso avec ce nouvel album, une confession de qui il est, lui et tous ses défauts et contradictions propre à chaque être humain.

Sysdown
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Les meilleurs albums de 2017

il y a 5 ans

17 j'aime

6 commentaires

Ipséité
KdeVos
8
Ipséité

"Ipséité" album de la temporalité.

Depuis la sortie de l’album, le titre n’est plus à définir. Une personnalité évolue dans le temps et semble donc insaisissable. A l’image de cette quête, ce qui caractérise la musique de "Ipséité"...

Lire la critique

il y a 4 ans

15 j'aime

Ipséité
Sullyv4ռ
7
Ipséité

Critique écrite sans autotune sur une prod' de Twinsmatic

Ça fait longtemps que j'ai pas fait une critique d'album, c'est pas ce que je préfère faire en même temps mais j'avais envie de parler du nouvel album de Damso. Je dois d'abord resituer les faits:...

Lire la critique

il y a 4 ans

15 j'aime

7

Ipséité
WalterBenyamin
8
Ipséité

La musique, j'l'aimais jusqu'à c'que j'sois dedans

J'avais apprécié l'album précédent de Damso, mais face à sa manière de composer ses sons et de poser assez variable, cela demandait un certain effort pour réellement hocher la tête comme 2Pac...

Lire la critique

il y a 5 ans

12 j'aime

Okou Gnakouri
Sysdown
3

Pourquoi tant de haine ?

A l’heure où cette critique est écrite, jour de sortie de l’album, le nouveau disque de Kaaris récolte déjà une majorité de notes négatives avec une moyenne de 4,4 pour 51 notes. Il semblerait que...

Lire la critique

il y a 5 ans

10 j'aime

Lithopédion
Sysdown
7
Lithopédion

Prisonnier de lui-même

Je n’aime pas entendre d’un artiste, notamment d’un chanteur ou d’un groupe que « c’est toujours la même », pour la simple raison que c’est justement ce « même » qui a poussé la personne à apprécier...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime

7

GANTZ O
Sysdown
9
GANTZ O

Combinaisons moulantes VS Yokai

Troisième film adapté du manga du même nom et le seul en image de synthèse (ou CGI) Gantz O adapte l'arc que je considère comme le plus violent et impressionnant de la saga : l'arc d'Osaka. Dans ce...

Lire la critique

il y a 5 ans

6 j'aime

3