Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

''Nous, on y aurait cru...''

Avis sur La vie est belle (Single)

Avatar KINOEIL
Critique publiée par le

Indochine revient pour son treizième album studio, au nom encore inconnu il y a encore quelques jours - mystère oblige, véritable marque de fabrique du groupe porté par Nicola Sirkis - avant de s'intituler officiellement 13. Dévoilé sur le plateau de Quotidien le 7 juin 2017, pour une mise en vente le soir même à minuit précise sur les différentes plateformes de téléchargement, La Vie est Belle a jeté un froid glacial.

Il est important de resituer la promotion et la communication autour de ce nouveau morceau (et par extension du nouvel album), Indochine surprend en diffusant cinq teasers sur les réseaux sociaux, dès le premier un fond noir, une forme rectangulaire surgit pour former le chiffre "13", celui-ci se décompose pour former le nouvel emblème. Au cours des semaines, rien ne change, un son commence à émerger, des notes de synthé agréables à l'écoute. Nicola Sirkis réussit une fois de plus à éveiller la curiosité de ses fans avec une tonalité sombre, très sombre, lugubre, seul l'aspect "néon" amène un minimum de luminosité. 13 semble tout droit poursuivre le chemin initié par Black City Parade et le public ne demande pas mieux. Ajouté à cela le tout premier visuel officiel du groupe : habillés de noir, dans des positions équivoques à une tuerie barbare au sein d'un décor alternant des bandes verticles blanches et rouges sang (rappelant au passage le design de la croix Paradize), l'affiche intrigue et provoque un sentiment de malaise, Indochine gagne des points supplémentaires.

Jusqu'à l'émission Quotidien.

Une pochette écarlate, colorée, pétillante malgré la présence de deux missiles ou encore de crânes pour remplacer les étoiles du drapeau américain, et surtout un titre : La Vie est Belle. L'univers atypique et "joliment trash" semble entrer en corrélation avec l'esprit du groupe pourtant impossible d'oublier l'iconographie des teasers. La chanson va confirmer l'incompréhension.

On y a cru ! Et la déception est encore plus grande ! La Vie est Belle débute par ces fameuses petites notes de synthé d'Oli de Sat, des notes rassurantes et qui résonnent comme le tic-tac intérieur traduisant l'impatience pour le retour du groupe phare. La guitare (plutôt timide) de Boris Jardel s'immisce dans le morceau, puis plus tard la basse de Marc Éliard, Ludwig s'illustre enfin et de manière officieuse et au centre de tout ceci, la voix de Nicola. Point noir. La Vie est Belle souffre d'une pauvreté accablante dans les paroles, à vrai dire Indochine (ou plutôt Nicola) n'a jamais été reconnu pour ses textes. Le parolier a toujours subi de nombreuses critiques quant à ses écrits pourtant force est de constater que cela fait partie intégrant du charme Indochinois. La différence avec ce nouveau titre réside dans la fainéantise et la niaiserie du contenu :

"Moi je suis né ici pour n'être qu'avec toi
La vie est belle et cruelle à la fois
Elle nous ressemble parfois
Moi je suis né ici pour n'être qu'avec toi"

De plus, le morceau ne décolle jamais : c'est lent, c'est monotone, c'est ennuyeux. Seules les quelques notes d'Oli permettent de rester éveillé de cette chanson aux allures de pseudo-hymne fraternel. Car ne l'oublions pas, cet album semble se positionner ni plus ni moins comme une réponse à l'actualité politique et sociale de ces derniers temps : les attentats en France (qui ont poussé Nicola et son groupe à programmer plusieurs dates estivales tel un ''devoir de résistance''), les élections nationales et internationales, Donald Trump, le Front National, l'homophobie, l'intolérance, bref on connaît la chanson, et c'est justement le problème. À l'image de la forme circulaire présente sur le nouvel emblème, Indochine démontre avec La Vie est Belle que le groupe a fait le tour et s'embourbe dans l'auto-recyclage. Dès lors, une seule et unique question est à se poser jusqu'à la sortie de cet album prévue pour le 8 septembre 2017 :

Où se rend le groupe ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 488 fois
10 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de KINOEIL La vie est belle (Single)