Le flim

Avis sur Le Film

Avatar Strangeman57
Critique publiée par le

Ça y'est ! Cette fois-ci, il a été trop loin... Je ne supporte plus Philippe Katerine ! Ma maturité grandissante faisant défaut à son immaturité constante. Ça pouvait encore passer sur son album éponyme, potache et entraînant, où chaque chansonnette se vivait avec le sourire. Ça le faisait aussi sur « Magnum » où l'on pouvait prendre les paroles comme une critique conduite contre l'inconsistance de celles de la Dance Music, accompagné en plus de cela par des prods de folie signées SebastiAn. Mais là, « Le Film »...

J'en vois pourtant défiler des critiques élogieuses ! Déroutant, intimiste, profond... Déroutant, certes, c'est une prise de risque de faire caca dans les oreilles des gens mais Katerine est un artiste bien installé, ayant déjà tout l’intelligentsia des critiques musicales parisiennes mariée à sa cause, donc on ne peut pas vraiment parler de « prise de risque ». Intimiste, certes, mais cela n'empêchait pas à Kurt Cobain par exemple de garder ses idées les plus honteuses et navrantes dans son dictaphone. Profond... Profond ?

Revenons un instant sur les paroles. On m'a reproché d'être virulent envers celles de Booba mais là on est encore en dessous, le rappeur est un esthète à côté. Comme lui, Katerine passe du coq à l'âne, sans que ça ne fasse forcément sens. L'intelligentsia nous parlera sans doute d’œuvres dadaïstes, puisqu'écrites comme des auto-cadavres exquis... quoi que beaucoup de cadavres exquis sont plus consistants que ce que nous livre le bonhomme. Il faut quand même que je cite quelques passages pour que l'on se rende compte du niveau :

"Et dire qu'on était qu'une goutte de sperme plus fort que les autres gouttes de sperme" (dans « Compliqué ») Cette phrase est scientifiquement fausse puisqu'une goutte de sperme contient des millions de spermatozoïdes, il aurait été plus juste de dire "Et dire qu'on était qu'un spermatozoïde, plus fort que les autres spermatozoïdes".

"Ils disent que c'est beau une bouteille en plastique. C'est vrai que c'est beau une bouteille en plastique" (dans « 3 ans ») . Voilà une figure que l’hurluberlu utilise souvent ; la répétition pour appuyer les propos de la phrase précédente, répétant la même chose à quelques termes prêts. Mais quand on appuie une absence de propos, ça tend vers le ridicule...

http://strangears.tumblr.com/

"Tout ça n'est rien, si on compare à d'autres choses, tout ça n'est rien du tout" (dans « Danse Traditionnelle ») Katerine est tout de même malin, il reste souvent vague dans ce qu'il chante pour donner une impression de profondeur, pour laisser l'auditoire réfléchir à sa place. Si un bachelier écrivait comme lui dans sa copie de philo, je ne suis pas sûr qu'il obtiendrait la moyenne.

"Et pourtant Dieu sait qu'il y a des doudous dans ce monde". Bon là, j'abandonne. Je ne suis pas prof de français et je ne vais pas m'amuser non plus à énumérer toutes les incohérences, inepties et autres problèmes dans l'écriture de Philippe, mais si l'on donnait ses textes à étudier à des élèves, sans doute qu'ils n'en retireraient pas grand chose :

« Alors ! Est-ce que quelqu'un peut me dire ce qu'essaye de nous dire Philippe Katerine dans sa chanson « Les Automobiles » ? Oui Kévin ?
-Ben qu'il y a beaucoup de voitures et que du coup, ça fait du bien de voir un vélo !
-Oui, oui... Quelqu'un peut-il aller plus loin que ça ? Mélanie ?
-De préférer l'écologie au capitalisme effréné ? 
-Oui, oui... Bordel, que c'est bateau ! Et certains osent appeler ça de la poésie? Saloperie de réforme scolaire ! »

(Je m'emballe sûrement, ce n'est pas parce que je n'ai pas été touché que ça n'a pas été votre cas. Dans ce cas, je m'excuse d'avoir offensé votre âme).

Encore, si il avait avoué avoir écrit cet album pour les enfants, j'aurais pu y trouver une sorte de légitimité : un grand enfant qui écrit pour les plus petits, pourquoi pas ! Mais non, il y a tout ce côté faussement subversif qui contredit cette analyse, ce ton faussement caustique ; Monsieur a des envies de meurtre, Monsieur ose parler de sperme dans ses chansons, dire « Fuck You »... Oh mais qu'il est impertinent ! Qu'il est courageux ! Quel poète et quel génie incompris... Enfin non ! Même pas incompris puisqu'il est invité aussi bien à Radio Nova que chez Hanouna !

Il y a ces chœurs d'enfants, cet usage abusif de banques de sons (oiseaux, jardins, rue...) qui aurait pu laisser transparaître un imaginaire de la trompe du « plus beau film du monde » qu'il nous vend dès son titre d'ouverture. On va me dire que j'ai perdu mon « âme d'enfant », mais dois-je rappeler que j'ai déjà défendu ici-même Chantal Goya. Retournez voir l'article sur « Le Soulier qui Vole » et vous verrez que Jean-Jacques Debout est bien plus poétique que n'importe quel texte écrit par Katerine. Ce dernier montre malgré tout un bel Amour des enfants et de l'enfance... Il serait temps qu'il se reconvertisse, non ?

Sinon, musicalement, que dire ? Que ses compositions (sûrement improvisées ) au piano m'ont laissé froid, si ce n'est qu'elle m'ont même agacé ? Car notre cher Philippe prend toujours les mêmes intonations de voix niaises et nasillardes qui donnent envie de lui foutre des tartes (ah merde, c'est vrai, on n'a plus le droit de gifler les gosses...) et toutes ses mélodies jouent là-dessus, si on peut appeler ça des mélodies. Sur seize pistes en plus... Argh ! On est dans de l'art contemporain à ce stade et logiquement, la performance scénique devrait prévaloir sur l'album. L'émotion ne passe pas par pistes numériques.

Bref, « Le film » n'est ni drôle, ni fin et j'en arrive à la conclusion que Philippe Katerine est un mauvais chansonnier, glorifié par les Inrocks et compagnie, qui voudrait être Trénet mais qui n'en a pas le moindre soupçon d'âme. J'ai apprécié le bonhomme fût un temps, car il arrivait à me faire sourire par ses manières puériles de nous faire danser et chanter avec lui, mais ici, même la musicalité a disparu. Il ne me reste plus que la sale sensation d'avoir été pris pour un con quarante minutes durant. Je le place donc à côté de Booba pour représenter cette ère du vide.

http://strangears.tumblr.com/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 267 fois
1 apprécie · 3 n'apprécient pas

Autres actions de Strangeman57 Le Film