Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Avis sur

Leverage par Nolwenn-Allison

Avatar Nolwenn-Allison
Critique publiée par le

Premier album sorti chez AFM Records, Leverage surprend l'amateur du groupe allemand qui nous avait habitué à de douces mélodies folk. Est-ce que les éléments plus métal ont mis à mal leur musique ? Rassurez-vous, ce n'est pas le cas !

A bilan positif, premier argument négatif : l'intro. A la première écoute, elle déstabilise. A un volume tout à fait raisonnable, l'absence de musique donne l'impression d'un mauvais réglage de son. En fait, le morceau se résume à un décompte en allemand. Mais le temps que l'on s'en rende compte, on passe au titre éponyme et si vous avez trop monté le son, vous verrez nettement la différence. C'est l'une des rares déceptions de l'album mais qui donne un a priori assez négatif dès le départ. A l'heure où l'intro devient de plus en plus de rigueur dans les albums de métal mélodique, c'est un peu dommage qu'un album de telle qualité se voit si mal desservi.

L'ensemble de l'album met en avant des morceaux puissants, courts mais entraînants et entêtants. Les guitares sont beaucoup plus présentes qu'elles ne l'ont jamais été dans les autres productions de Lyriel, les refrains restent ancrés dans les esprits pendant un bon bout de temps. Alors bien sûr, ce n'est pas du grand métal à pogo et headbang, mais le tout est fort sympathique, voire même festif et des titres comme Leverage, White Lily ou encore Voices in my Head, qui pourraient être des morceaux tout à fait banals, marchent vraiment bien.

Plus de métal, moins de folk ? Pour être franche, c'est un peu ce qui se passe ici. Le violon et le violoncelle sont bien plus en retrait que dans les albums précédents et servent plus de support qui participent au côté mélodique des compositions. Mais les morceaux purement folk sont toujours présents, même s'ils se font un peu plus rares, et c'est un plaisir d'entendre les "soli" de violon et violoncelle sur des morceaux comme Parting ou Aus der Tiefe qui donnent envie de s'embarquer dans une ébauche de gigue ou de danse bretonne.

Si la partie énergique est vraiment réussie, les quelques ballades présentes sur Leverage ne se révèlent pas à la hauteur du reste. The Road Not Taken commence bien, les guitares acoustiques tout comme le violoncelle souligne parfaitement la douce voix de Jessica Thierjun. Mais la montée en puissance à la fin du morceau est assez maladroite et conventionnelle, écueil que le groupe avait réussi à éviter dans d'autres morceaux. Il en va de même pour Wenn die Engel fallen où l'addition de la voix masculine n'apporte finalement pas grand-chose. Une fois de plus, ce sont les refrains qui plombent un peu le tout, le reste du morceau bénéficiant d'une jolie petite ritournelle au piano. C'est bel et bien le mélange ballade/metal midtempo qui pose ici problème. Pourtant, Repentance arrive à bien mêler les deux, même si sa position dans la tracklist reste discutable, mais elle reste la meilleure ballade présente sur l'album, peut-être parce qu'elle est tout de même plus orientée metal et qu'elle ne présente donc pas un fossé trop immense entre les deux dimensions.

Le changement d'orientation musical de Lyriel est plutôt bien réussi ici. Les morceaux ne sont certes pas révolutionnaires mais ils sont on ne peut plus efficace et c'est cette énergie qui fait de cet album une réussite. On ne peut seulement que regretter que les éléments folk soient aussi effacés alors qu'ils avaient fait jusqu'à présent leur plus grand atout. Gageons que le prochain album pourra mieux les intégrer tout en gardant cette pêche qui fait de Leverage l'une des sorties les plus agréables de ce mois de février !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 79 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Nolwenn-Allison Leverage