Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Timidité stochastique

Avis sur Mark Hollis

Avatar Boris Minéral
Critique publiée par le

La discographie de Talk Talk est l'une des plus fascinantes qu'il m'ait été donné d'écouter.
Vous avez tout d'abord The Party's Over, pur album de synth pop 100% kitsch. Puis It's My Life toujours dans le même style mais en plus travaillé, de plus la voix de Mark Hollis commence à se libérer. Puis vous avez The Colour of Spring au son moins synthétique et dont les morceaux "April 5th" et "Chameleon Day" annoncent la rupture à venir. En effet Spirit of Eden est une scission fondamentale entraînant la création d'une musique jamais entendue auparavant, une musique discrète, élégante et assurément brillante. L'album suivant, Laughing Stock, à la structure identique mais plus jazz et expérimental, confirme ce qu'on savait déjà: Talk Talk s'est enfoncé dans le silence.

On écoute souvent des groupes sans se préoccuper de l'évolution du son qui s'opère au fil des années. On le constate au mieux, sans que cela nous bouleverse.
Chez Talk Talk il s'agit d'une facette fondamentale car Mark Hollis ne s'est pas arrêté d'entraîner la formation de plus en plus profondément vers le calme plat par une procédure d'épuration entraînant le suicide commercial du groupe, mais également sa consécration. Qui aurait cru que les responsables d'un disque aussi commercial que It's My Life soient les premiers à jouer ce qu'on appelle le post-rock ?

En tout cas sept ans plus tard Mark Hollis achève son oeuvre avec la sortie de ce disque curieux. 40 minutes d'une musique encore plus épurée que Laughing Stock, et à ce niveau je pensais écouter du 4'33" avec quelques murmures d'Hollis de temps en temps...
A dire vrai sur certains morceaux c'est presque ça. On entre ici dans une forme d'art encore plus contemplative que n'importe quel disque d'ambient pop. Un petit piano, une guitare des plus minimalistes, quelques discrets aérophones, parfois une cymbale, voire des toms, et bien sûr l'inoubliable voix unique de Mark Hollis, instrument qui intervient le plus dans cet album. Tout cela enregistré à la perfection.

A me lire vous devez vous dire que tous les éléments sont là pour terminer de la meilleure manière la trilogie entamée par Spirit of Eden. Et pourtant jamais au cours des huit morceaux de l'album je n'ai retenu la moindre mélodie. La voix d'Hollis est si effacée qu'elle ne consiste qu'en une diction de paroles accompagnée, dirait-on, de mélodies vocales aléatoires. En fait c'est tout l'album qui semble être stochastique tant les notes ne semblent servir qu'à l'enregistrement d'une trame sonore globale.

Cependant je reprochais déjà cela à Laughing Stock, et aujourd'hui je lui voue un grand respect. Mais si Mark Hollis est fort agréable, il semble être le pas de trop vers l'accalmie, conduisant à une musique trop abstraite pour être pleinement appréciée.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 928 fois
8 apprécient · 2 n'apprécient pas

Boris Minéral a ajouté cet album à 2 listes Mark Hollis

Autres actions de Boris Minéral Mark Hollis