Pochette iridescence

iridescence

(2018)
12345678910
Quand ?
7.3
  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 4
  5. 14
  6. 43
  7. 118
  8. 128
  9. 30
  10. 6
  • 346
  • 62
  • 80
  • 4

Liste de morceauxiridescence

1.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:03)
2.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(2:02)
3.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:19)
4.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(1:33)
5.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(1:54)
6.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:20)
7.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:31)
8.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(0:53)
9.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:29)
10.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:54)

Postsiridescence

Vous avez une anecdote, une vidéo/photo ou une simple question sur cet album ?

Critiques : avis d'internautes (1)

iridescence
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
I'm livin' in my prime man, what can i say?

Il faut bien admettre qu'iridescence est nettement moins fun que la trilogie qui le précédait, mais d'une certaine façon, il n'aurait pas pu en être autrement. L'esthétique est globalement plus crade, il y a moins de couplets marrants, mais on reste sur la recette classique qui a fait le succès des SATURATION I, II et III : une...

5 2
Avatar Raspaillac
7
·
Toutes les critiques de l'album iridescence (1)
Vous pourriez également aimer...