Créer une liste "Albums de 2018" - a.k.a Comment perdre son temps sur SC

Avril
12 : Karenn - Kind of Green (Pariah & Blawan project) / Kinlaw & Franco Franco - Mezzi Umani Mezze Macchine (cyber indus rap) /
26 : Otoboke Beaver - Itekoma Hits (japanese female punk band) / Minimal Violence - InDreams (early industrial and ...

Afficher plus

Liste de

704 albums

créee il y a plus de 4 ans

 · 

modifiée il y a plus de 3 ans

Let Night Come on Bells End the Day
7

Let Night Come on Bells End the Day (2018)

Sortie : 13 avril 2018 (France).

album de Sarah Davachi

Gargantues a mis 9/10 et a écrit une critique.

Annotation :

-Drone-

Let Night Come on Bells End the Day propose cinq compositions reposant sur des motifs simples, mais dont le d√©veloppement aboutit √† chaque fois en une apoth√©ose d√©chirante. La musicienne espace chacun de ses morceaux par un intervalle de silence, long parfois d'une dizaine de secondes, un choix qui rend d'autant plus intense l'attente du morceau suivant. Un sentiment de manque m'envahit lorsque ces instruments s'affaissent dans un soupir, lorsque l'espace sonore se d√©semplit. Ce ne sont pourtant qu'une poign√©e de note pos√©es sur un clavier, quelques nappes brumeuses de vents ou de cordes. Et pourtant, je m'y attache. Un morceau sera toujours quelque chose d'inerte. Il pourra se mat√©rialiser par le biais d'un musicien jouant en temps r√©el face √† un spectateur, certes, mais ce ne sera pas pour autant un concept palpable. La musique n'est qu'ondes. Pourtant Sarah Davachi insuffle une √Ęme dans ses accords et dans ses drones. Elle les rend vivant car elle les fait mourir en les taisant.

Double Negative
7.3

Double Negative (2018)

Sortie : 13 septembre 2018 (France). Ambient Pop

album de Low

Gargantues a mis 9/10.

Annotation :

-Slowcore-

Double Negative est un blizzard maximaliste qui enveloppe les oreilles de nappes r√™ches et distantes, donnant une impression de rugosit√© dans ses arrangements et sa production, mais promulguant toutefois par de multiples artifices une source de chaleur pour gu√©rir des ger√ßures que lui m√™me nous inflige. Une note r√©p√©t√©e de fl√Ľte basse, un clavecin cristallin noy√© sous les textures bruitistes, la voix de Mimi Parker ; que d'onguents salvateurs pour se soigner de l'√©trange froideur que d√©gage cet album. Le d√©luge sonore, on le doit probablement √† BJ Burton qui s'est affair√© au mixing de Double Negative. Mais la voix d'Alan Sparkhawk agit telle un po√™lon ou une loupiote dans ce brouillard d√©chirant. Une source de chaleur bien maigre, mais amplement suffisante pour que l'on en per√ßoive et ressente ce sentiment de s√©curit√© au beau milieu de la temp√™te. C'est magnifique ces albums qui instaurent une atmosph√®re unique, aggressive en l'occurrence, pour ensuite en effacer le sentiment d'aggression au profit d'un je-ne-sais-quoi qui nous fait nous sentir prot√©g√©. Et puis ces textes qui semblent planer, en suspension au dessus d'une terre ravag√©e par une poudreuse glaciale ... Ils ont quelque chose d'impalpable, pas tant dans leur caract√®re √©sot√©rique, mais surtout dans la mani√®re avec laquelle ils parviennent √† vaincre le flot imp√©tueux de textures √©lectroniques ... A se demander comment ils arrivent √† √©merger, meurtris par la d√©solation environnante desquels ils s'√©l√®vent.

EL MAL QUERER
7.4

EL MAL QUERER (2018)

Sortie : 2 novembre 2018 (France).

album de ROSAL√ćA

Gargantues a mis 9/10 et l'a mis dans ses coups de cŇďur.

Annotation :

-Flamenco nuevo-

Dans l'attente de la voir dominer les charts internationaux dans des featurings avec Dua Lipa et Cardi B, deux √©coutes me suffisent √† penser que l'on tient l√† le meilleur album pop de la d√©cennie. Aussi je redoutais un tournant 180¬į lorsque j'ai entendu "Malamente", mais la chanteuse catalane sait faire la part des choses et r√©galer son public avide de flamenco de morceaux nous donnant un aper√ßu de l'avenir de ce style, exit donc trente minutes de hits taill√©s pour la radio. El mal querer est ph√©nom√©nal, le falsetto de Rosal√≠a me s√©duit du d√©but √† la fin. Dans sa gestuelle et son style, elle emprunte au hip-hop ; dans les claps et les rythmiques qui accompagnent sa voix, c'est le sens de la f√™te propre au peuple gitan que l'on per√ßoit ; son approche pop de la flamenco ne s'√©gare pas non plus d'une envie d'exp√©rimenter, avec des productions qui balayent la tradition espagnole, riches de de dissonances vocales velout√©es, d'envol√©es m√©lodiques aphrodisiaques, de rythmes sournois et minimalistes qu'on envisagerait presque avoir √©t√© vol√©s au reggaeton et au kuduro ib√©rique, d'arrangements baroques sublimant la tension sexuelle qui transparait sans mal des refrains soupir√©s de l'espagnole.

Les choix de productions sont dus en partie √† un certain El Guincho, mais je ne doute pas que Rosal√≠a ait dirig√© enti√®rement le processus cr√©atif qui a aboutit √† ce El mal querer. Non pas qu'elle n'ait pas d√©l√©gu√© des fioritures √† ses co-producteurs, mais le simple fait d'avoir approuv√© ce sample d'Arthur Russel sur "Maldici√≥n" t√©moigne de cette volont√© propre √† elle de retourner les codes et les traditions, lui qui √©tait le fleuron de l'avant-garde disco-exp√©rimentale new-yorkaise queer de la fin du si√®cle, de la m√™me mani√®re qu'elle est l'incarnation la plus parfaite du renouveau d'un flamenco qui reste encore prisonnier d'une horde de puristes aux conceptions ant√©diluviennes, pr√™te √† d√©fendre corps et √Ęmes une fa√ßon de faire surann√©e qui ne ferait que ralentir l'essor de la pop latino de notre temps.

Hundreds of Days
7.8

Hundreds of Days (2018)

Sortie : 18 mai 2018 (France).

album de Mary Lattimore

Gargantues a mis 9/10.

Annotation :

-New age, ambient, free folk-

Dès le morceau d'introduction "It Feels Like Floating", Mary Lattimore dévoile l'arsenal d'outils solide dont elle s'est équipée pour achever Hundreds of Days. Au delà de l'évidente harpe, c'est avec des synthétiseurs modulaires, un theramin, quelques couches de voix réverbées, une guitare électrique timide et de multiples claviers qu'elle élève ses motifs mélodiques vers des degrés transcendants. Et ça flotte bien, diable ! La palette d'instruments ne change pas d'un poil d'ailleurs, tout au long de l'album, lui donnant un rendu sonique constant, intangible, sans être lassant toutefois. S'il fallait lui dénicher un défaut, ce serait au niveau de l'enregistrement et du mixage sonore : les cordes cristallines frappent parfaitement dans les aigus, mais les notes graves me font tiquer et feraient presque perdre à Hundreds of Days son atmosphère angélique. Quand la voix de la demoiselle entre en jeu, également, la prise de son semble incorrecte ; les nappes vocales grésillent légèrement, et par la même occasion, empiètent sur les mélodies célestes qui proviennent de ses doigts. Enfin bon, ce ne sont que deux défauts mineurs qui salissent avec pudeur un disque autrement parfait et immaculé.

Les semaines passent et je suis toujours aussi hypnotis√© par les m√©lodies qui s'√©chappent de la harpe de la demoiselle. Elles sont enrob√©es de r√™ve et de coton, me semblent presque √™tre des pi√®ges dont je devrais me d√©fendre √† l'instar d'un Ulysse face aux terribles sir√®nes. Ca ne m'√©tonnerai pas qu'on reproche √† Hundreds of Days de tomber dans le domaine de la musique de spa √† la digestion facile (par rapport √† ses anciens albums se r√©v√©lants moins rapidement). J'en ai rien √† carrer, je me jette la t√™te la premi√®re dans cette friandise qui ne parviendra jamais √† me rassasier. Hundreds of Days n'est pas une odyss√©e exp√©rimentale qui fera fr√©mir les musicophiles t√©m√©raires, il est plut√īt une ode r√©confortante √† la simplicit√© et aux plaisirs coupables.

Bon Voyage
7

Bon Voyage (2018)

Sortie : 15 juin 2018 (France). Indie Rock, Shoegaze

album de Melody’s Echo Chamber

Gargantues a mis 9/10.

Annotation :

-Art pop, neo-psychedelia-

Melody Prochet ... Enfin une frenchie qui fait pas de la merde. Et c'est un euph√©misme bien √©videmment. Bon Voyage atteint des niveaux de gr√Ęce et de puret√© encore jamais √©gal√© (bon √ßa c'est peut √™tre une hyperbole). La prot√©g√©e de Kevin Parker (Tame Impala, vous voyez) qui s'est tout juste remise d'un myst√©rieux incident qui a failli lui couter la vie nous gratifie d'une collection de chansons qui puise son inspiration dans la musique arabe, les langages nordiques, Milton Nascimento, √Ėzdemir Erdońüan, Trish Keenan, L√¶titia Sadier, Wayne Coyne, Jaki Liebezeit ... Au total, trente deux minutes de psych√©d√©lisme d√©licat aux instrumentations m√©ticuleuses, aux m√©lodies sucr√©es et √† la production stellaire. Bon Voyage est un souffle continu qui enveloppe l'auditeur dans un fin voile de douceur infinie.

A Heart From Your Shadow
7.5

A Heart From Your Shadow (2018)

Sortie : 6 juillet 2018 (France).

album de Michael Beharie et Teddy Rankin-Parker

Gargantues a mis 9/10.

Annotation :

-Experimental-

Ils ont √©t√© demand√© par Steve Reich et Pauline Oliveros, Primus et Laurel Halo, Zs et Nicole Mitchell, et mettent de c√īt√© √† pr√©sent leur r√īle de musicien de session pour celui de compositeur avec ce premier album, A Heart From Your Shadow. Mais je desservirais l'album si je tentais de le d√©crire ou de l'encenser, les spasmes electro-magn√©tiques qui s'emparent de mon corps et me parcourent de haut en bas sont trop indescriptibles pour √™tre explicit√©s par des mots. A Heart From Your Shadow est l'un des ces trop rares albums dont l'√©coute me plonge dans un √©tat de b√©atitude total, tant les compositions que l'enregistrement m'enchantent (√† la mani√®re d'un disque de Jan Jelinek ou de Tim Hecker). Le mastering est d'ailleurs du √† Jim O'Rourke, comme si ce mec n'en avait pas d√©j√† trop fait pour la musique. Oh et "Roses", climax m√©lodique de l'album, est le morceau de l'ann√©e, cherchez pas.

The Sciences
7.3

The Sciences (2018)

Sortie : 20 avril 2018 (France). Stoner Rock, Doom metal

album de Sleep

Gargantues a mis 9/10 et a écrit une critique.

Annotation :

-Sleep-

Il n'y a pas de mot pour d√©crire le degr√© de classitude et de badasserie de cette sortie. The Sciences est l'album le plus √©vident que Sleep pouvait sortir apr√®s quinze ann√©es de silence. Evident car il est d'une simplicit√© presque consternante, Sleep n'a pas chang√© d'un iota depuis sa Montagne Magique. Les riffs ont une fois de plus l'√©paisseur d'un smog jaun√Ętre suintant l'herbe m√©dicinale, les lignes de basse volatiles planent encore sur cette atmosph√®re naus√©abonde et √©touffante, la voix nasillarde d'Al Cisneros d√©livre avec conviction des r√©cits savoureux sur des explorations spatiales. The Sciences est de surcroit bien sup√©rieur a tout ce que le trio de San Jos√© a pu faire √† mon sens, y compris par rapports √† ses offshots (Om et High on Fire). Ils ont toujours cette verve nonchalante, ils annihilent sans pression la concurrence avec un tempo mod√©r√© qui, contradictoirement, est une rafale emportant tout sur son chemin. Sleep n'a pas invent√© le doom ni le stoner, mais les a perfectionn√© coup par coup depuis maintenant trois d√©cennies. Avec cette sortie, c'est du fun pur jus. Les californiens font savoir qu'ils restent les ma√ģtres de cette sc√®ne. Une guitare, une basse, une batterie, la recette para√ģt tellement simple. Que quelqu'un appelle la NASA pour qu'on diffuse cet album sur toutes les sondes intergalactiques, "The Botanist" envoie suffisamment de patate pour conqu√©rir √† lui seul la galaxie Alpha Centauri.

Nothing 2 Loose
8

Nothing 2 Loose (2018)

Sortie : 1 avril 2018 (France).

album de DJ Healer

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Deep house-

Emouvant comme pas poss', les samples font mouche √† chaque coup. On tient l√† la meilleure release du monsieur depuis le monumental 8 de Prince of Denmark. Il n'y a pas une minute o√Ļ l'on s'emb√™te, o√Ļ l'on penserait switcher sur un autre son. Nothing 2 Loose est sublime, poss√®de des textures d'une fragilit√© attendrissante, des kicks d'une l√©g√®ret√© incomparable, un groove qui ne manque jamais de faire tressaillir mon petit coeur √† chacune de mes √©coutes, et accessoirement, il poss√®de une v√©ritable √Ęme. On voit que DJ Healer y a insuffl√© toute sa passion.

Electronic Music From the Eighties and Nineties
7.4

Electronic Music From the Eighties and Nineties (2018)

Sortie : 22 juin 2018 (France).

album de Carl Stone

Gargantues a mis 8/10 et l'a mis dans ses coups de cŇďur.

Annotation :

-Electroacoustic-

"Electronic Music from the Eighties and Nineties presents the soothing, hallucinatory side of Stone‚Äôs slow-evolving, time-bending composition. While we can‚Äôt always identify the source, we can hear that his sounds come from somewhere, and that there is a ‚Äúcorrect‚ÄĚ or ‚Äúcomplete‚ÄĚ version of them in theory; and so we can hear when they are being changed. What drives Stone‚Äôs music is the flow that he draws out of those differences: the way an Indonesian gamelan morphs into a chorus built from one female vocalist over the course of ‚ÄúMae Yao‚ÄĚ‚Äôs twenty-three minutes, the surprise emergence of a Mozart chorus out of the synths and skip-glitches of ‚ÄúSonali,‚ÄĚ or the slow, ambient evolution of ‚ÄúBanteay Srey‚ÄĚ. ‚ÄúWoo Lae Oak,‚ÄĚ issued in a single side edit for the first time, is an exception. Its samples ‚Äď a tremolo string and a bottle being blown across the top like a flute - are simple in the extreme. Yet the Stone hallmark is clearly present, he locates the inherent emotional properties of the sounds ‚Äď the tingling anticipation of the string and the calm nobility of the wind ‚Äď and takes them into unexpected expressive territory."

Compilation exceptionnelle, pas besoin de plus d'explications que celle fournie par le label l'hébergeant, Unseen Worlds.

Brace Up!
7.8

Brace Up! (2018)

Sortie : 2 novembre 2018 (France).

album de Chris Corsano et Bill Orcutt

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Free improvisation-

Premier contact avec Chris Corsano (dont le jeu m'√©blouit), et premi√®re fois que je me surprends √† appr√©cier les galipettes improvis√©es de Bill Orcutt. L'alchimie entre les deux joueurs est √©patante tout simplement, ils sont dans des d√©lires diff√©rents, mais se complimentent l'un l'autre. Le set de la batterie est orient√© vers des sons clairs et √©touff√©s qui apportent une dynamique particuli√®re, la guitare peut alors de son c√īt√© √©lectriser l'ambiance. Bref, ce duo fonctionne du tonnerre, grosse reco'.

Communion
7.4

Communion (2016)

Sortie : 2016 (France).

album de Park Jiha

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Post minimalism, korean folk music-

Park Jiha communique sous forme de musique. Elle parle avec ses instruments, chacun d'eux repr√©sente un langage diff√©rent √† ses yeux. Et il ne fait aucun doute que la demoiselle est polyglotte. Elle manie principalement le piri (sorte de fl√Ľte en bambou), mais s'essaie √† l'orgue saenghwang ou au yanggeum (dulcimer martel√©). Le percussionniste Kang Tekhyun accompagne Park Jiha d'une rythmique hypnotique. Ces instruments issus de la tradition folk cor√©enne se fondent dans un ensemble jazz occidental, port√© par le vibraphone de John Bell, la clarinette basse et le saxophone t√©nor de Kim Oki.
Communion est composé de sept morceaux minimalistes envoutants qui se construisent autour du souffle nasillard de Park Jiha. L'ensemble de musicien se perd au gré des harmonies, parfois dans une cacophonie enivrante, un chaos impétueux qui vous chamboule de la tête aux pieds (les mélodies sont vraiment vibrantes, diantre). Deux ans après sa sortie initiale, Communion bénéficie finalement d'une distribution internationale. C'aurait été dommage de confiner une telle virtuose à sa péninsule coréenne natale.

Compro
7.7

Compro (2018)

Sortie : 15 mai 2018 (France).

album de Skee Mask

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Breakbeat, ambient techno, idm-

L'√©nigmatique prot√©g√© des Zenker Brothers renouvelle son abonnement dans la prestigieuse maison bavaroise Illian Tape en signant un second album o√Ļ plages atmosph√©riques ambient et techno break√©e √† 150bpm se c√ītoient paisiblement. Le jeune prodige Skee Mask, Bryan M√ľller de son vrai nom, d√©voile ici une habilit√© stup√©fiante √† jongler avec les racines de la techno allemande, le breakbeat old-school ou la drum'n'bass subaquatique, sans perdre de vue un sens de la m√©lodie calibr√©e pour les dancefloors. Ecouter Compro est semblable √† assister √† une le√ßon de ma√ģtre : l'aisance du gar√ßon pour nous sortir des polyrythmies impr√©visibles est √† la limite de l'absurde. Le producteur installe chaudement des drones ou des samples vocaux qui semblent imm√©diatement √† leur place, entre une poign√©e de lignes de basse vrombissantes et une panoplie de motifs de percussions machinales qui ne d√©voilent jamais une once de faiblesse. Enfin, 'machinales' n'est pas vraiment appropri√©, car Skee Mask arrive toujours √† caler des effets sonores, des loops ou des notes de synth√©tiseurs qui rendent les rythmiques plus humaines qu'elles ne devraient l'√™tre. Compro ne tombe pas dans une techno √† la m√©canique robotis√©e, il para√ģt plut√īt √™tre un album conscient et logique qui s'exprimerait √† travers des patterns et des m√©lodies dont seul Bryan M√ľller d√©tiendrait le secret. Compro juxtapose des images et des √©motions √† coup de breaks soigneusement pens√©s qui lorgnent tant vers la techno que la jungle ou l'idm, ressuscitant par la m√™me occasion ce sentiment qui survient lorsqu'on se tape un maxi de ce bon vieux Richard D. James.

Named

Named (2018)

Sortie : 13 juillet 2018 (France).

album de EOD

Gargantues a mis 7/10 et l'a mis dans ses coups de cŇďur.

Annotation :

-Breaks-

Apr√®s moult productions d√©livr√©es au compte-gouttes sur son Bandcamp et la validation par le ma√ģtre de l'idm Richard D. James himself, on √©tait en droit d'avoir des grandes attentes de la part du premier long-play de Stian Gjevik, alias EOD. Et avant m√™me de poser les oreilles sur le bazar, on a un petit indice de sa valeur : Bjarki a s√©lectionn√© Named pour inaugurer une s√©rie sur son propre label, bbbbbb Records. L'acid techno et l'idm sont pas loin, mais c'est l'art du break qui domine le spectre de l'album. Jungle, drill, breakcore, le producteur norv√©gien nous fait part d'une cr√©ativit√© sans bornes au cours de ces quinze morceaux savamment mix√©s. Alors que Skee Mask nous √©tonnait d√©but d'ann√©e par ses breakbeats m√©ditatifs et une propension √† l'ambiant techno m√©lancolique, EOD tranche dans le lard et ne laisse souffler l'auditeur que deux fois en tout et pour tout (lors de la premi√®re minute de l'album, et sur une interlude ambient de cinq minutes plac√©e en fin d'album et nomm√©e "Lavinia"). En dehors de ces courts moments d'apaisement, pas l'temps de niaiser : les bpm sont fr√©n√©tiques et les motifs m√©lodiques virevoltent dans l'espace comme emport√©s par des tourbillons in√©puisables.

A tout le moins, Named serait constitu√© de quinze dj tools imparables, et tout au mieux, il est un album coh√©sif dont l'√©coute est un r√©gal de a √† z, et ce m√™me en d√©pit de sa dur√©e un chou√Įa trop longue (55 minutes de jungle, c'est pas le truc le plus all√©chant du monde me tromp√©-je ? Et bien Stian Gjevik a rendu chacune de ces minutes palpitante).

Portrait With Firewood
7.4

Portrait With Firewood (2018)

Sortie : 17 ao√Ľt 2018 (France).

album de Djrum

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-UK Bass, broken beat, ambient techno-

Dire que pendant dix minutes j'ai cru avoir téléchargé (oupsy doopsy) le mauvais album, il aura fallu les breakbeats de "Creatures Pt. 2" pour me rassurer que j'avais bel et bien le nouveau Djrum qui tournait dans mon casque. Moi qui m'attendais à une techno hardcore, style rave anglaise décimée, je me contente au final de ces textures classiques réalisées au violoncelle ou au piano, je m'en régale même. Les percussions ont une rondeur appétissantes, les basses sont des bulles ouatées, des samples viennent apporter une dose d'émotion viscérale qui complète les tracks sans en altérer leur agressivité sous-jacente. La rythmique tribale de "Sex" vient s'emboiter dans les vocalises vulnérables de Lola Empire et les accords mélodieux de piano/violon. Il n'y a pas de dualité qui tienne, le rythme broken-beat s'unit en harmonie totale avec les motifs empruntés aux codes de la musique classique moderne.

Portrait With Firewood est tout à fait recommandé si Skee Mask - Compro est votre album de chevet. "Waters Rising", "Sex" et "Blue Violet" sont trois raisons suffisantes pour essayer l'album (et essayer, c'est l'adopter).

The Invisible Comes to Us
7.3

The Invisible Comes to Us (2018)

Sortie : 30 mars 2018 (France).

album de Anna & Elizabeth

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Avant-folk, progressive folk-

Anna Roberts-Gevalt et Elizabeth Laprelle entrent dans la cour des grands, et profitent pour la r√©nover de fond en comble. Des fondations √† la toiture, tout y passe, en prenant grand soin de respecter la structure originelle ! Ces deux demoiselles s'arment de saxophones, s√©quenceurs, violons et synth√©tiseurs pour rafraichir le paysage de la folk contemporaine et pr√©senter leur propre vision de cette musique, avec un charme in√©dit et une verve unique semblable √† un Jim O'Rourke (√©poque Bad Timing) ou une Joanna Newsom (avant qu'elle n'attrape des foutus nodules √† la glande thyro√Įdienne). De douces harmonies s'√©chappent des voix nasillardes du duo, elles supportent des contes inspir√©s de leur terroir appalachien sur fond de drones discrets et d'exp√©rimentations instrumentales. "By the Shore" constitue le point central de l'album : au placard les belles m√©lodies, on peut par contre se d√©lecter d'un spoken-word √©trangement captivant, ponctu√© d'arrangements qui surgissent et repartent, et surgissent et repartent ... Ce po√®me a (quasi) capella est lui m√™me entrecoup√© par des collages, poursuivant ainsi d'instaurer une aura fantastique et inqui√©tante au morceau (je pense au passage "i did not desire his gold so ..Tell him! So .. Tell him! tell.. Tell Him.. so te", un grand moment).

Bref The Invisible Comes to Us est ancr√© dans les structures archa√Įques de la folk traditionnelle, √† en juger les progressions m√©lodiques et les harmonies vocales, et propose par ailleurs des compositions aux structures d√©routantes, des arrangements audacieux, et plus que tout une identit√© qui est propre aux deux demoiselles, Anna et Elizabeth.

Live 2002 (Live)
7.8

Live 2002 (Live) (2018)

Sortie : 19 janvier 2018 (France).

album de Mika Vainio, Ryoji Ikeda et Alva Noto

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Glitch, microsound, drone-

L'histoire se passe à Newcastle en septembre 2002. Trois bonshommes nommés Mika, Ryoji et Carsten décident de mettre en commun leur savoir-faire pour une représentation d'anthologie. Le moment est unique, et diable que suis-je content qu'il ait été capturé. Un magnétisme invincible se dégage du trio, les onze mouvements me happent tel un Narcisse attiré par son propre reflet. Cette oeuvre est conçue comme un rapport sensoriel, les trois musiciens expérimentent en temps réel leurs machines pour titiller le psyché de son public avec des fréquences, bruits, palpitations et drones. Et une écoute de ce live m'aura suffi à désirer une machine à remonter dans le temps pour être témoin de ce spectacle.

Nordic Flora Series Pt. 5: Crush
7.5

Nordic Flora Series Pt. 5: Crush (2018)

Sortie : 22 juin 2018 (France).

album de Varg¬≤‚ĄĘ

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Ambient techno-

Majestueux et √©loquent, Nordic Flora Series Pt. 5 : Crush est tout aussi abouti que son grand fr√®re Pt. 3 : Gore-Tex City, peut-√™tre pas aussi insolent dans ses rythmiques, mais brillant plut√īt par sa propension √† faire parvenir √† mes oreilles des textures enivrantes comme qui endorment mes sens, √† la mani√®re d'un col√©opt√®re confin√© dans un bocal contenant de l'ouate tremp√©e dans de l'√©ther. Cet opus me donne l'envie de rapprocher Varg, a.k.a Jonas R√∂nnberg, de Andy Stott, en raison de cette sensibilit√© commune pour le splendide. Leur techno est taill√©e de mani√®re immacul√©e, tel un marbre, √† la diff√©rence que l'un travaille avec une perspective ax√©e ambient, l'autre avec un attrait plus prononc√© pour la dub. Et les deux font fr√©mir mes √©coutilles. Nordic Flora Series Pt. 5 : Crush se r√©v√®le d√©finitivement comme l'une des meilleures release de la carri√®re du producteur su√©dois.

Dies Iræ Xerox
7.4

Dies Iræ Xerox (2018)

Sortie : 15 juin 2018 (France).

album de DJ Richard

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Techno-

Et c'est dans le plus petit √©tat des U.S.A., Rhode Island, que naquit le deejay et producteur le plus indispensable du game, DJ Richard. Au travers de ses mix et de son premier LP 'Grind' sorti en 2015, l'am√©ricain a t√īt fait de convaincre la sc√®ne avec sa techno √† la fois dense et l√©g√®re, r√©galant son public au gr√© des circonvolutions acides qui sortent de ses machines. Dies Irae Xerox est un deuxi√®me album faisant honneur au nom du monsieur, se partageant entre pistes a√©r√©es et atmosph√®res accablantes. Des parties ambient all√®gent le tempo (on pensera aux doux bruissements des arbres entendus sur "Dissovling World"), mais un sale kick parviendra toujours √† nous faire remettre les pieds sur terre, pour qu'on appr√©cie ce Dies Irae Xerox plus en tant qu'exutoire d√©chain√© qu'en tant que techno de routine plate et sereine.

(f)lute songs
7.9

(f)lute songs (2018)

Sortie : 10 octobre 2018 (France).

album de Mary Jane Leach

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Minimalism-

Pas encore eu le temps de le ré-écouter attentivement, but goddamn, ce (f)lute songs m'a donné les larmes aux oreilles tellement y'était jouissif. J'ai remarqué avec tristesse que la dame n'a pas beaucoup de faits d'arme à son actif, si ce n'est qu'elle a prêté main forte à l'élaboration de l'album posthume Unjust Malaise de Julius Eastman. Bref, mon seul souhait pour le futur, désormais, est qu'elle remplisse un peu sa trop courte discographie !

ye
6.6

ye (2018)

Sortie : 1 juin 2018 (France). Hip Hop, Pop Rap

album de Kanye West

Gargantues a mis 8/10 et a écrit une critique.

Annotation :

-Pop rap-

Ce n'est pas tant la musique que j'aime, c'est Kanye West lui même. Chris Rock le rappelait lors de l'ouverture de la session d'écoute, Kanye West est l'homme le plus libre de la communauté hip-hop. Son authenticité en fait le personnage le plus attachant du monde, et ye renforce une fois de plus ce caractère d'homme sans limites. ye ne sera pas une révolution du niveau de My Beautiful Dark Twisted Fantasy, Yeezus ou The Life of Pablo. Mais ye leur est égal en son terrifiant pouvoir d'introspection. ye est une nouvelle ouverture qui invite l'auditeur à lire dans l'esprit de Kanye, à comprendre sa logique.

Learned Ethics / Imposed Ethics
7.6

Learned Ethics / Imposed Ethics (2018)

Sortie : 16 mars 2018 (France).

album de Kohl

Gargantues a mis 8/10 et l'a mis dans ses coups de cŇďur.

Annotation :

-Dub techno-

Learned Ethics / Imposed Ethics sonne comme une √©vidence √† mes oreilles ; cinq tracks de dub techno, une simple rythmique "boom clac boom clac", des synth√©tiseurs √©touff√©s par le reverb, des hi-hats qui r√©sonnent selon une profondeur inhabituelle, il n'en faut pas plus pour moi de ranger Kohl dans la cat√©gorie des producteurs √† suivre. Umor Rex encha√ģne les succ√®s pardi, j'ai pas encore d√©pos√© mes oreilles sur les deux autres tapes du lot (par Byron Westbrook et LogarDecay), mais croyez moi que l'envie est plus que pressante.

Sirimiri
6.9

Sirimiri (2018)

Sortie : 16 mars 2018 (France).

album de Rafael Anton Irisarri

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Ambient-

Second album cette année de la part de Rafael Anton Irisarri qui retourne sur le label mexicain Umor Rex (qui avait accueilli The Shameless Years en 2017). Rafael Anton Irisarri propose une approche bien différente de sa musique par rapport à ses précédents albums, chose que l'on remarque tout particulièrement sur la troisième piste nommée "Vasastan". Ce morceau possède un grain propre que je n'avais jamais rencontré dans le catalogue du musicien, il semble composé de petites bulles sonores qui se propage dans l'atmosphère, éclatent et se renouvellent. Le morceau suivant "Mountain Steam" nous offre également une sonorité des plus charmantes à travers son synthétiseur qui imite les tintinnabulement d'un xylophone, fermant ainsi Sirimiri sur une berceuse soyeuse comme la plume. C'est probablement mon album préféré du catalogue de Rafael Anton Irisarri désormais.

Gave in Rest
6.9

Gave in Rest (2018)

Sortie : 14 septembre 2018 (France).

album de Sarah Davachi

Gargantues l'écoute actuellement.

Annotation :

-Ambient-

Sarah Davachi plus épatante que jamais en deux mille dix-huit, Gave In Rest est la seconde sortie qu'elle présente cette année, et également le second coup de coeur me faisant chavirer en l'espace d'une demie-douzaine de mois seulement. La canadienne originaire de Calgary poursuit ses études sur le traitement du son et de l'acoustique, s'amusant à manipuler, moduler et triturer les notes qui sortent de sa palette habituelle d'instruments (piano, orgue et violons). Son précédent album Let Night Come on Bells End the Day accordait encore au silence et au calme une place proéminente ; Gave In Rest quant à lui révèle un volume sonore beaucoup plus conséquent. Si ce n'est la pause brutale lors de la première minute du premier morceau, l'album prend plaisir à jouer sur un son à la dimension beaucoup plus grandiose, à l'image des cathédrales, basiliques et églises que la compositrice canadienne s'amuse à visiter lors de ses tournées en Europe. J'ai une préférence tout de même pour Let Night Come on Bells End the Day, Gave In Rest s'appuie trop sur des tonalités lugubres, trop sobres pour être baroques, et joue sur des basses fréquences, des notes moins lumineuses. Il n'empêche que Gave In Rest confirme plus amplement mon amour pour la demoiselle, sa musique agissant tel un baume sur mes fêlures et mes faiblesses (si faiblesses et fêlures il y a).

"Cerulean Salvation" (EP)
7.5

"Cerulean Salvation" (EP) (2018)

Sortie : 25 septembre 2018 (France).

album de Tomb Mold

Gargantues a mis 8/10 et l'a mis dans ses coups de cŇďur.

Annotation :

-Death metal-

Mazette, Cerulean Salvation me ferait presque h√©siter √† baisser la note de Manor of Infinite Forms sorti plus t√īt dans l'ann√©e. Sur cet EP, Tomb Mold se dessine une identit√© plus d√©marqu√©e et incroyablement plus palpitante que sur leur deuxi√®me album. Les rythmiques sont tight de ouf, le growl est magnifique, le riffing gagn√© par l'urgence ... Putain ces cymbales sur ce premier morceau ...

Manor of Infinite Forms
7.4

Manor of Infinite Forms (2018)

Sortie : 2 juin 2018 (France). Death Metal

album de Tomb Mold

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-Death metal-

L'ouragan est canadien et s'abat en ce moment même sur l'entièreté de la scène death metal, de la Californie à la Scandinavie. Personne n'en sort indemne. Son nom ? Tomb Mold. Une déferlante orangée, toisant de son growl la populace qui essaiera de résister à cette bourrasque inhumaine.

Je l'attendais pas de si t√īt ce Manor of Infinite Forms pour √™tre franc. Il y a un an √† peine, Tomb Mold commen√ßait son ascension avec Primordial Malignity, un premier album de death moderne bien juteux qui avait d√©ferl√© sur mes tympans. Il me fallait confirmation, et Manor of Infinite Forms est arriv√© sans que je puisse crier gare. Mais j'ai pas rechign√© √† l'√©couter, bien au contraire. Ce second album cristallise le groupe comme une nouvelle valeur s√Ľre de la sc√®ne de death contemporain. Les guitares sont furax, la batterie para√ģt constamment s'entred√©chirer avec la basse, le chant provient des tripes et sublime l'atmosph√®re infernale que d√©gage la section instrumentale. All in all, Tomb Mold r√©alise un merveilleux travail. Le groupe canadien n'est pas fort √©loign√© du son nineties, mais parvient √† r√©v√©ler une identit√© propre qui distingue le distingue de ses paires, et fera ainsi, je l'esp√®re, avancer la sc√®ne. Une merveille ce Manor of Infinite Forms !

Sissel

Sissel (2018)

Sortie : 25 mai 2018 (France).

album de John Tilbury, Keith Rowe et Kjell Bj√łrgeengen

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-EAI-

Sissel est une improvisation, inqui√©tante mais passion√©e, r√©unissant les ex-membres du l√©gendaire AMM, John Tilbury (piano) et Keith Rowe (guitare et autres), ainsi que le vid√©aste norv√©gien Kjell Bj√łrgeengen. La pi√®ce est d√©di√©e √† la m√©moire de la femme de ce dernier, d√©c√©d√©e quelques semaines avant la performance de cette improvisation. Sissel joue ainsi sur une tension sp√©ciale qui √©voque l'indiff√©rence de la mort, le r√©confort dans le silence. Keith Rowe vient sans cesse perturber le calme apparent avec des sonorit√©s mena√ßantes, pour combler le vide que John Tilbury devrait remplir avec l'√©b√®ne et l'ivoir. Pendant ce temps, on peut entendre le doux vrombissement d'une cam√©ra en marche, Kjell Bj√łrgeengen n'est jamais tr√®s loin. Il y a cette impression permanente qu'un fant√īme pl√Ęne au dessus de ce trio, qui les enjoint √† jouer pour sa m√©moire. Les trois s'ex√©cutent, et cela donne quarante hui minutes d'electroacoustic dont l'intensit√© est pr√©sente dans chaque fr√©missement perceptible par notre ou√Įe.

Good to Feel
7.4

Good to Feel (2018)

Sortie : 28 septembre 2018 (France).

album de Candy

Gargantues a mis 8/10 et l'a mis dans ses coups de cŇďur.

Annotation :

-Hardcore punk-

J'ai eu des doutes pendant deux minutes et des poussi√®res, puis les blast beats m'ont pris par surprise sur "Lust for Destruction", et j'ai d√®s lors confi√© mon enti√®re attention aux hurlements primitifs de ce trio de Richmond. Et par "hurlements", je ne vise pas seulement ceux produits par les cordes vocales de Zak Quinram, mais aussi le bruit assourdissant, que dis-je, abasourdissant qui sort des instruments du reste du trio. Une fois la machine enclench√©e, il est difficile de se retenir de faire p√©ter les d√©cibels. J'en viens √† un volume tel qu'il m'est impossible de distinguer la basse de la batterie √† vrai dire. Allez, je vois la tinnitus se rapprocher au fur et √† mesure que les morceaux de l'album se succ√®dent ! Outre le vacarme jouissif dont je pourrais continuer √† faire l'√©loge au sein de ce court paragraphe, Good to Feel ne tarde pas non plus √† donner un ressenti d'in√©dit, d'originalit√© : l'album pioche avec respect dans divers sc√®nes existantes (le hardcore new-yorkais, le d-beat, des effluves de crust) et l'arrange en 17 minutes de dinguerie sans nom qui en fin de compte fait sens dans le chaos qu'il arrange. M√™me la r√©f√©rence plus heavy metal donn√©e par "Distorted Dreams" ne parait pas d√©plac√©e au sein de ce foutoir passionn√©. M√™me "Bigger Than Yours" para√ģt √™tre une √©vidence en d√©pit de ce wall-of-sound tir√© tout droit d'un groupe g√©n√©rique de shoegaze britannique. L'album se cl√īt sur de la noise qui envenime l'oreille gauche, parfait, on pouvait pas r√™ver mieux pour se d√©crasser le tympan.

Sort\Lave
7.3

Sort\Lave (2018)

Sortie : 2 novembre 2018 (France).

album de Richard Devine

Gargantues a mis 8/10.

Annotation :

-IDM-

Venetian Snares s'est trouv√©e une nouvelle recrue - et pas des moindres - en la personne de Richard Devine pour son label Timesig, lequel a forg√© et imagin√© Sort/Lave des ann√©es durant. Cinq pour √™tre pr√©cis. Je parle de forgeage, d'√©laboration, de construction, car c'est pr√©cis√©ment ces noms qui qualifieraient le mieux ce travail d'orf√®vre que constitue l'assemblage des synth√©tiseurs modulaires que Richard Devine utilise sur cet album. Ce qui est int√©ressant, plus que le hardware du bonhomme, est le processus cr√©atif qui a aboutit aux douze tracks qui figurent sur Sort/Lave ; plut√īt que d'√™tre des compositions sciemment dessin√©es, elles r√©sultent en fait d'heureux accidents s'√©tant produits lors de ces interminables sessions d'exp√©rimentations o√Ļ le producteur am√©ricain s'amuser √† tester les possibilit√©s musicales que ses couteux jouets lui offraient.

Et à l'écoute de Sort/Lave, on saisit pourquoi ses travaux en tant que sound designer ait été plébiscités à maintes reprises par de marques de l'acabit de Google ou Apple.

Les septante minutes de musique que compte l'album sont peu digestes, encore moins que les pires (ou meilleurs) albums d'Autechre, mais l'on ne peut s'empêcher de s'accrocher à ces symphonie impersonnelle couleur gris chrome, à l'image de l'artwork. Car en dépit de son allure froide, on décèle ça et là, de manière très sporadique, des bribes de mélodies qui nous rassurent quant à l'humanité de Richard Devine. Ces bribes se terrent au creux de morceaux tels que "Astra", "Anemap", "Opaque Ke" ou "Takara". Bonne merde aux courageux voulant tenter l'expérience, Sort/Lave ne se laisse pas apprivoiser en une écoute malheureusement. Je ne peux m'empêcher de le rapprocher d'ailleurs du Syro d'Aphex Twin paru en 2014, les deux albums partageant une tonalité naturelle très similaire qui élague l'aspect robotique de ce qu'il est commun d'appeler l'"intelligent dance music".

Stadium
7.5

Stadium (2018)

Sortie : 12 octobre 2018 (France).

album de Eli Keszler

Gargantues a mis 8/10 et l'a mis dans ses coups de cŇďur.

Annotation :

-Electroacoustic-

Neuvième album studio du compositeur et percussionniste Eli Ksezler, un talent certain qui est de plus en plus sollicité par la sphère électronique expérimentale (on le retrouve sur les récents albums de Oneohtrix Point Never, Oren Ambarchi et Laurel Halo pour ne citer que les plus connus).

Je ne rentrerai pas dans les détails de l'album, la présentation faite par le label Shelter Press sur bandcamp ne mérite aucunement de résumé grossier ou de traduction boiteuse de ma part. Imaginez simplement être dans un hangar, entendre les fuites d'eau percuter le sol d'un bruit métallique, percevoir avec attention un brouhaha lointain venant de la ville, un hangar au milieu duquel un quartet de jazz ché-per accorde ses instruments. La trompette et la batterie ont été troqué pour un hautbois fracturé ou des casseroles en cuivre, et, étonnamment, mellotrons et vibraphones se paradent au milieu de cette cacophonie. La palette mélodique est pléthorique, mais elle n'agit qu'au second plan car c'est bel et bien le travail sur les percussions qui mène la danse. Eli Keszler a un don assez fantastique pour dégoter des textures uniques, pour façonner des rythmiques d'une légèreté ahurissante, semblant presque nous rapprocher d'une drum'n'bass atmosphérique qui aurait contaminé l'apparence jazzy de l'album.

Daniel Lopatin (OPN) décrit le jeu de ce monsieur comme "bactérien". Je ne sais pas comment l'expliquer, mais ce qualificatif lui sied à merveille. Le morceau qui ressort le plus est surement ce "Simple Act of Inverting The Episode", commençant par un 'drum roll' juvénile qui sert de base à une rythmique devenant de plus en plus complexe au fil des minutes. Lien bandcamp >>>
https://shelterpress.bandcamp.com/album/stadium

13th Month
7.8

13th Month (2018)

Sortie : 27 novembre 2018 (France).

album de Kelman Duran

Gargantues a mis 8/10 et l'a mis dans ses coups de cŇďur.

Annotation :

-Reggaeton-

Second album Kelman Duran pour Apocalipsis, label friand d'innovations √©lectroniques dans le domaine du clubbing latin et du reggaeton. Et une fois 13th Month dans les oreilles, on les comprend sans √©tonnement de s'√™tre port√©s volontaires pour h√©berger et distribuer ce producteur dominicain (venant de R√©publique dominicaine donc, je ne le traite aucunement de producteur du dimanche). Et ce n'est pas tant la moiteur carib√©enne ni les d√©mentielles avanc√©es dans le monde du digital cumbia qui ont inspir√© le monsieur √† r√©aliser cet album, mais plut√īt la tribu am√©rindienne des Lakotas, peuplade ancestrale du Dakota du Sud qu'a pu rencontrer Kelman Duran lors d'un s√©jour dans la r√©serve naturelle Pine Ridge. Et c'est d'ailleurs une sp√©cificit√© de leur calendrier lunaire, comptant treize mois au total, qui donne son nom √† l'album.

Bookmat présente l'album comme la "reggaeton's answer to Burial". Et diantre qu'ils ont raison. On ne se situe aucunement dans le registre du 2-step, pourtant l'habilité du bonhomme à manipuler les samples vocaux et à créer des textures fantomatiques à partir de petits riens, comme le fait Burial, est certaine. Kelman Duran crée un sentiment de réconfort et d'humanité au moyen de ses compositions. Elles paraissent familières. Pourtant elles s'appuient sur des effets sonores froids et urbains ; mais il parvient en dépit de cela à créer une atmosphère réconfortante, qui suscite un bien-être euphorique. L'album est évidemment ancré dans l'héritage reggaeton plus que tout, il ne faut pas s'arrêter à la comparaison à Burial car les percussions métalliques, propres à ce style caribéen, dominent l'album du début jusqu'à la fin.

Grosse recommandation aux fans des labels Príncipe Discos, Salviatek et Apocalipsis, ainsi qu'aux curieux qui seraient tentés de savoir à quoi pourrait ressembler une rencontre entre Burial et Elysia Crampton.