Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

La mélancolie et la tristesse infinie ne font pas tout...

Bien sûr que les Smashing Pumpkins sont un des plus grands groupes rock des 90s. Évidemment que Billy Corgan fut un compositeur de génie avant d’être un chauve imbuvable dans les années 2000. Bien entendu que Mellon Collie est parfait et mérite son titre de plus grand double album des 90s ainsi que… HIN HIN. Oups, désolé, mais cette dernière affirmation est fausse.


S’attaquer à Mellon Collie and the Infinite Sadness c’est se préparer à dézinguer le The Wall des 90s. Une comparaison qui n’est même pas de moi (car de Billy Corgan), mais Dieu merci, ce disque n’a absolument rien à voir avec le double indigeste de Pink Floyd. Mellon Collie est déjà un album de chansons et pas une suite de bruitages entrecoupés de quelques morceaux. L’autre grande différence, c’est qu’on a ici un chanteur original au lieu d’un geignard bâtissant un disque sur une histoire absurde de mur et d'une autre brique s’imbriquant dans le mur, mais qui finit par s’écrouler. Non il n’y a aucun rapport avec le mur de Berlin, le disque étant sorti bien trop tôt bande de nullards en histoire !


Si Mellon Collie est bon contrairement à la purée de The Wall, il est malheureusement terriblement frustrant, car souffrant du classique syndrome du double album. Il aurait été réduit à un seul disque, on aurait eu droit à un chef d’œuvre. Mieux que cela, Billy Corgan aurait viré les chansons les plus faibles pour les remplacer par les meilleures face-B de cette période (toutes regroupées sur The Aeroplane Flies High), on serait devant un double album génial (chose plus rare).


Tout cela ne restera qu’un fantasme. Car si les citrouilles écrasées s’en sortent à merveille dans un rock puissant lorgnant sur le metal (« Zero ») ou le noise rock (« Tales Of A Scorched Earth »), ils ont nettement plus de mal à mettre en avant leur facette mélancolique sur les titres dream pop et folk (« Take Me Down », « Thirty-three » et « Lily » pour ne citer que les pires). Si certaines réussites surnagent, elles sont malheureusement en minorité par rapport aux titres les plus rock ou progressif (« 1979 » et « By Starlight », pour n’évoquer que les meilleures).


Mais attention hein, les Smashing Pumpkins sont quand même grandioses. Il est juste bien plus évident de le constater sur les deux albums entourant ce chouette double aussi surestimé qu'apprécié.


Chronique consultable sur Forces Parallèles.

Seijitsu
7
Écrit par

Créée

le 17 nov. 2015

Critique lue 1.1K fois

7 j'aime

3 commentaires

Seijitsu

Écrit par

Critique lue 1.1K fois

7
3

D'autres avis sur Mellon Collie and the Infinite Sadness

Mellon Collie and the Infinite Sadness
Samu-L
9

Smells Like Teen Spirit

Chaque fois que j'entends par hasard une chanson de cet album qui passe, que ce soit dans un bar, à la radio, ou venant de la chambre de quelqu'un alors que je passe dans la rue, ça me fait toujours...

le 16 juin 2021

30 j'aime

30

Mellon Collie and the Infinite Sadness
Albatar
10

Un indispensable chef d'œuvre du rock

Avec "Mellon Collie and the Infinite Sadness", le groupe de Chicago nous envoie tout simplement l'un des albums rock les plus riches et les plus réussis de tous les temps. Sans compter la performance...

le 12 févr. 2012

21 j'aime

5

Mellon Collie and the Infinite Sadness
dagrey
8

Despite all my rage, I'm still like a rat in a cage

Mellon Collie and the infinite sadness est le troisième album des Smashing pumpkins sorti en 1995. Il succède au très bon - et très grunge - Siamese dream. Billy Corgan avait cette fois décidé...

le 22 avr. 2016

20 j'aime

6

Du même critique

Split
Seijitsu
9

Chef d’œuvre sous-estimé

Dès les premières notes de "Light From a Dead Star", on sent que quelque chose a changée. Fini la reverb maousse de Robin Guthrie, le son de Lush s'est grandement aéré et les chansons en deviennent...

le 22 juil. 2015

16 j'aime

Badmotorfinger
Seijitsu
10

Enfin maître du grunge

1991: The Year Punk Broke. Il serait surtout plus juste d’affirmer qu’il s’agit de l’explosion médiatique du rock alternatif Américain, voire du rock alternatif tout court. L’année de la découverte...

le 2 mars 2016

16 j'aime

1

Giant Steps
Seijitsu
9

Kaléidoscope musical

Qu'est-ce qui sauve un disque de l'oubli ? Sa qualité intrinsèque ou la progéniture qu'il engendrera ? S'il y avait une justice en ce bas monde, c'est la première caractéristique qu'on retiendrait en...

le 15 août 2015

14 j'aime