On imagine difficilement un nom de groupe plus décalé, plus inapproprié que ce "The Zombies" en écoutant de délicieux coulis de mélodies raffinées, voire éthérées qui compose "Odessey (sic) & Oracle"... Encore un disque sinon obscur, du moins bien oublié, de l'incroyable période créative des années 67-68 : le manque de succès remporté par cet album - devenu avec le temps une sorte de "diviseur des eaux", séparant "ceux qui savent" des autres -, est d'ailleurs complètement incompréhensible, tant tout ici est magnifique, parfaitement évident, des mélodies qui font fondre le cœur dès la première écoute aux arrangements précieux. "Odessey & Oracle" sonne, avec le recul, comme la célébration éperdue d'un âge d'espoirs et d'innocence, et nous laisse, auditeurs du XXIème siècle, comme hébétés devant la perfection - apparemment toute simple - d'un art, la "pop music", auquel rien ne paraissait alors impossible. Hymne à la joie traversée d'éclairs d'angoisse poignante, voire vertigineuse ("A Rose for Emily", "Butcher's Tale") , "Odessey & Oracle" tient encore magnifiquement debout un demi siècle plus tard, ruine majestueuse marquant dans notre imagination la fin de toutes nos illusions. [Critique écrite en 2008, retouchée en 2015]

Créée

le 19 déc. 2015

Critique lue 952 fois

21 j'aime

Eric BBYoda

Écrit par

Critique lue 952 fois

21

D'autres avis sur Odessey and Oracle

Odessey and Oracle
EricDebarnot
9

Une ruine majestueuse

On imagine difficilement un nom de groupe plus décalé, plus inapproprié que ce "The Zombies" en écoutant de délicieux coulis de mélodies raffinées, voire éthérées qui compose "Odessey (sic) &...

le 19 déc. 2015

21 j'aime

Odessey and Oracle
alextwist
10

Critique de Odessey and Oracle par alextwist

Un des plus grands albums de tous les temps, faut-il en dire plus? des Zombies qui ne sont plus que l'ombre d'eux même au succès maintenant lointain louent un studio à Abbey Road et dans un dernier...

le 20 déc. 2011

11 j'aime

Odessey and Oracle
QueenyHarvey
9

Une des perles de 1968.

Les Zombies ont pas vraiment de chance. Ils ont eu le malheur de vouloir faire leur propre style de pop bien fin et bien léché aux accents symphoniques, à grand coup de demi-ton et parsemé...

le 18 mars 2012

9 j'aime

Du même critique

Les Misérables
EricDebarnot
7

Lâcheté et mensonges

Ce commentaire n'a pas pour ambition de juger des qualités cinématographiques du film de Ladj Ly, qui sont loin d'être négligeables : même si l'on peut tiquer devant un certain goût pour le...

le 29 nov. 2019

205 j'aime

152

1917
EricDebarnot
5

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

le 15 janv. 2020

190 j'aime

105

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

le 15 sept. 2020

188 j'aime

25