The Doors
8.3
The Doors

Album de The Doors (1967)

D'abord, il marche.

Un maniérisme chaloupé qui l'oblige à poser un pied devant l'autre en un léger déhanchement.
Un peu frimeur.
Un peu félin.
Funambule.

Le regard est assuré. Son sourire est timide. Charmeur.

Personnage libre et léger, angélique et antique. Il sait qu'il est capable de tout donner sans retour et sans limites par amour de la vie.

D'abord, il marche.
Capable de lourdeur, il est un peu maladroit et parfois gauche. Il sait qu'il peut tomber de haut.
De basculer dans le vide
Funambule.

Son regard est celui d'un enfant qui rêve encore aux indiens.

Personnage timide et grave, démoniaque et moderne. Il sait qu'il est capable de tout donner sans retour et sans limites.
Par amour de la mort.

Ensuite, il voit.
Oedipe extra-lucide, il voit loin avant d'être aveuglé par les lumières des flash et de finir grand brûlé par les feux de la rampe.
Pour l'instant il voit son destin dans les voies de Los Angeles.
Cul-de-sac.
Cul-sec.

Il n'est plus seul. Ils sont quatre et se font appeler The Doors.

C'est sur la scène du Whisky-a-go-go que le groupe va forger sa réputation.
La rumeur se propage comme une trainée de poudre, tout Los Angeles se presse de voir le show.

Ce soir-là, ils sont tous défoncés et le chanteur bien plus que les autres. Les effets du LSD se prolongent et prolongent la chanson The End. Ils ne sont plus tout à fait présents.
Quand le chanteur déclame dans une improvisation vaguement freudienne :

"Father/Yes son/
I want to kill you/
Mother/
I want to fuck you"

Cela déplaira au Whisky, le groupe est renvoyé.
Il signe dans la foulée un premier disque éponyme avec Elektra.

L'album est à l'image du groupe : un amalgame de brics et de brocs, de rêves et de délires narcotiques sublimés par une tendance à une liberté obséquieuse qui les confine à tout jamais dans la légende du rock.

La musique des Doors se reconnait entre mille. Du plus ouvragé à l'improvisation, ils sont alors entourés d'une aura et diffusent comme un encensoir des mélodies rythmées, de la spontanéité, des parfums et des mystères.
Chaque chanson recèle son secret et son énigme, ce qui amènera le public, et Jim Morrisson lui-même, à croire qu'il s'agit de poésies
Les textes sont surtout surprenants, le style est novateur, mystique. L'esprit colle parfaitement à cette nouvelle ère, une façon de voir le rock différent. C'est sûrement en cela que le groupe participe à la contre-culture.

Ce premier disque n'est pas le plus abouti, il est le plus instinctif. des arrangements minimalistes, des mélodies entraînantes. Un rock atmosphérique : lignes de basse entêtantes et petits éclats d'orgues comme autant de particules de cristal, une guitare nerveuse à l'accent espagnol, une batterie légére aux sonorités jazzy et la voix fascinante du chanteur à la fois récitant et crooner.

Dans ce disque tout est fait pour fonctionner, les chansons sont courtes, taillées pour le succès radiophonique. Le premier titre (1- Breack on throught) aurait pu être de celles-là. En invitant l'auditeur à prendre son pied par l'usage de Lysergsäurediethylamid, le titre sera censuré.

Le succès viendra de la lumière et du feu (6- Light my fire). Une composition de Kriegger, véritable hymne des Doors aux soli de guitare et de clavier flamboyants, qui les conduira sur les sentiers de la gloire.
Morrisson n'aura plus qu'à faire son numéro.

Et le numéro, c'est 11.

(11- The End ), 11 minutes. La chanson ne tient qu'à un fil, on le sait dès le départ.
Une atmosphère inquiétante qui retombe doucement sur nous comme un lourd brouillard. Sommes-nous à ce point défoncés ?
Une furie soudaine et mal contrôlée, nous tire de la torpeur. 11 minutes d'improvisation totale, où les musiciens découvrent en même temps que nous les détours et recoins possibles du texte, sous la direction possédée de Jim Morrisson.

Les Doors ne sont rien sans Morrisson et Morrisson pas moins sans les Doors.
Quelques soient les hauteurs à laquelle le chanteur pouvait s'élancer, il savait que Kriegger, Manzareck et Densmore seraient là pour le rattraper.
Après, c'est une question de choix.

D'abord, il marche.
Si tout est une question de démarche alors la sienne traduit littéralement la démarche de l'artiste.

Une marche funèbre.
Ramblinrose
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Les 2 ou 3 bricoles qui m'empêchent de cuisiner

Créée

le 23 déc. 2011

Critique lue 1.9K fois

45 j'aime

4 commentaires

Ramblinrose

Écrit par

Critique lue 1.9K fois

45
4

D'autres avis sur The Doors

The Doors
Hypérion
9

This is the beginning, my only friend...

The Doors, by "The Doors", premier album studio du groupe mythique, enregistré en une semaine à peine, concentré de tubes et d'une puissance incantatoire encore intacte à chaque écoute. Si à...

le 20 déc. 2011

76 j'aime

6

The Doors
guyness
10

Deprima Song (whisky bar)

Elle avait le visage morne et éteint de la femelle qui n'envisage une étincelle de vie que pour tenter de séduire un mâle, le temps d'une étreinte triste dans le but fonctionnel d'une reproduction...

le 14 mai 2017

62 j'aime

9

The Doors
Ramblinrose
10

AU DEBUT, LA FIN

D'abord, il marche. Un maniérisme chaloupé qui l'oblige à poser un pied devant l'autre en un léger déhanchement. Un peu frimeur. Un peu félin. Funambule. Le regard est assuré. Son sourire est...

le 23 déc. 2011

45 j'aime

4

Du même critique

Electric Ladyland
Ramblinrose
10

A CHACUN SON MOZART

Au début...Voilà ce que je connaissais de Jimi Hendrix : une guitare brûlée, "Hey Joe" et l'hymne américain à Woodstock. Et puis c'est tout. Ce qui reviens à dire : RIENDes personnes bien...

le 23 déc. 2011

69 j'aime

15

L'Attrape-Cœurs
Ramblinrose
10

L'Attrape Coeur - L'Attrape Ame

Monsieur Salinger Merci Monsieur d'avoir écrit ce livre. Vous dire pourquoi, j'en suis bien incapable. Ai-je pleuré ? oui. Ai-je ri ? oui. Vous ai-je haïs ? oui. Et vous ai-je aimé ? oh oui,...

le 26 oct. 2010

57 j'aime

3

Histoire de Melody Nelson
Ramblinrose
10

"MELODY NELSON, C'EST MOI"

C'est décidé, vieille canaille, à mon tour de chroniquer les disques qui ont marqué mon éducation musicale. Je me la suis construite à la force... de quoi d'ailleurs ? Oui, oui, j'entends ici les...

le 23 déc. 2011

51 j'aime

10