Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

The Alan Parsons Project entame la décennie 80 avec ce que je considère comme leur album le plus aboutit: "The turn of a friendly card". Ici, le thème qui a inspiré Alan Parsons et Eric Woolfson, c'est les jeux d'argent et les casinos (pas étonnant quand on sait que les 2 hommes sont passés par Monaco durant la production du disque). Il s'agit également du premier album dans lequel Eric Woolfson commence à chanter.


Après un "Eve" inégal, cet album est une véritable pépite. Il n'y a aucun titre à jeter. Tout commence avec les trompettes qui introduisent une ambiance médiévale sur "May be a price to pay". Cette ambiance médiévale restera présente dans tout le morceau (et même dans tout l'album) à laquelle on a insufflé un esprit rock que la voix rocailleuse de Elmer Gantry habille à la perfection.
Même si le groupe a déjà connu des succès par le passé, ils n'en ont jamais connu un tel que "Games people play" à l'époque. Cette chanson fera un tabac en discothèque avec son introduction au synthé, sa batterie et sa guitare qui installent une ambiance dansante que le chant de Lenny Zakatek transcende complètement. Sans compter le solo de guitare en plein milieu, ce morceau donne la pêche!
On retrouve alors son calme en se laissant bercer par la voix de Eric Woolfson sur "Time", une des meilleures ballades de toute la discographie du groupe, si ce n'est la meilleure. Le piano ainsi que le tempo lent de la batterie apportant une touche de douceur qu'enrobe le clavecin. Un régal.
Lenny Zakatek revient sur "I don't wanna go home", morceau mi-rock mi-pop qui est certainement le moins bon morceau du disque si l'on tient compte de sa qualité dans son ensemble. De ce fait, il est très très bon également, mais il s'agit surement du moins mémorable.
Le morceau qui suit est un instrumental, "The gold bug" est sublime dans son genre. Commençant avec des sifflements installant une ambiance western, il démarre véritablement après quelques notes de basse et quelques percussions pour dévoiler un superbe son au synthé que le saxophone habille magistralement. Les chœurs viennent enfin donner une nouvelle dimension au morceau. Pour ma part, je ne peux pas m'empêcher de penser que ce morceau aurait été parfait dans Final Fantasy VII, pour le Wall Market.
Enfin, l'album se termine avec un morceau de plus de 16 minutes découpé en 5 parties distinctes. La première partie, "The turn of the friendly card" est magistrale avec ses sonorités moyenâgeuses et le chant de Chris Rainbow. Suivi par "Snake eyes" toujours chanté par Chris Rainbow qui est déjà plus pop et qui reste bien en tête. La troisième partie est l'instrumental "The ace of sword" imprégné des arrangements somptueux d'Andrew Powell. "Nothing left to lose" commence comme une très agréable ballade entonnée par Eric Woolfson avant de partir dans un solo endiablé à la guitare reprenant les accords de la deuxième partie. Enfin, l'album se termine avec une seconde partie à "The turn of a friendly card" qui se termine dans une débauche fantastique d'orchestral.


Bref, cet album est un must. Je ne saurais que trop le conseiller, tout respire le travail d'orfèvre dans le domaine rock symphonique, progressif et pop. A écouter absolument.

TheNetoFox
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Top 10 Albums et Les albums qui ont changé votre vie

Créée

le 1 oct. 2014

Critique lue 1.8K fois

14 j'aime

1 commentaire

TheNetoFox

Écrit par

Critique lue 1.8K fois

14
1

D'autres avis sur The Turn of a Friendly Card

The Turn of a Friendly Card
hellraiser
10

Critique de The Turn of a Friendly Card par hellraiser

En 1980, The Alan Parsons Project enregistre ce qui sera l'album le plus apprecie ddes fans du groupe : The Turn Of A Friendly Card. Ici, Eric Woolfson et Alan Parsons ont pour theme les jeux (de...

le 29 janv. 2018

4 j'aime

The Turn of a Friendly Card
mariodelpais
10

Critique de The Turn of a Friendly Card par mariodelpais

J ai mis 10 sur 10 car c est pour moi leur meilleur album. Tout y est, melodies, instrumental, interpretes, orchestration d Andrew Powell, et le son aussi d Alan Parson. Album concept tres bien...

le 22 mars 2024

Du même critique

Eye in the Sky
TheNetoFox
8

LE succès commercial

Après l'excellent "The turn of a friendly card", le groupe attend 2 ans avant de sortir un nouvel album, qui deviendra leur plus grand succès, "Eye in the sky". Avec ce disque, The Alan Parsons...

le 1 oct. 2014

15 j'aime

The Turn of a Friendly Card
TheNetoFox
10

Jackpot

The Alan Parsons Project entame la décennie 80 avec ce que je considère comme leur album le plus aboutit: "The turn of a friendly card". Ici, le thème qui a inspiré Alan Parsons et Eric Woolfson,...

le 1 oct. 2014

14 j'aime

1

Pyramid
TheNetoFox
9

Du haut de ces pyramides...

Pour ce troisième album, on prend les mêmes et on recommence, mis à part pour les chanteurs. De nouvelles voix apparaissent, une ancienne revient et deux de ceux ayant officié sur "I Robot" sont...

le 29 sept. 2014

12 j'aime

2