Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Si Placebo s'avérait un premier essai prometteur, Without You I'm Nothing est une véritable réussite. En matière de rock alternatif, on ne pouvait espérer meilleur album en cette fin des années 90. On peut d'ailleurs le classer parmi les indispensables du genre, d'autant qu'une réelle identité s'en dégage. Le titre éponyme porte bien l'ensemble : des vers sincères, une guitare distordue, batterie et basse accompagnant le tout, sans fioriture.
Pure Morning est un morceau d'ouverture quasi-parfait. Le chant est idéalement placé, et le "main riff" fait de ce titre un des standards du groupe. Dans le registre des standards, on peut aussi ranger Every You Every Me, l'un des tubes phares de Molko & consorts, ayant notamment servi à la BO de Sexe Intentions. Brick Shithouse, Scared Of Girls, Allergic et l'instrumental Evil Dildo (piste cachée) sont plus agressifs, mais on y retrouve l'identité de Placebo : des textes ambigus entonnés par une voix nasillarde, sur fond d'urgence. Mais le trio britannique montre aussi sa capacité à créer de superbes mélodies, notamment à travers Burger Queen, Ask For Answers et My Sweet Prince, trois petites perles. You Don't Care About Us peut paraître de trop à la première écoute, mais à force d'aiguiser son oreille sur celle-ci, on se rend compte qu'elle a sa place dans cet opus, grâce à son riff saccadé et son sentiment de frustration qui se veut omniprésent. Summer's Gone, balade pop, est agréable, mais c'est peut-être cette dernière, qui finalement, se montre en deça des autres chansons.


   Pour son deuxième essai, Placebo a donc livré son meilleur album   jusqu'à ce jour. L'émotion et l'arrogance s'y mêlent, effectivement,    avec un réel brio. Les structures, simplistes mais efficaces,    caractérisant la musique du groupe, repousseront certainement les    amateurs de technique.
Aurélien_Attard
9

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les albums indispensables

Créée

le 30 janv. 2016

Critique lue 474 fois

Critique lue 474 fois

D'autres avis sur Without You I’m Nothing

Without You I’m Nothing
Johnny_Boy
10

Critique de Without You I’m Nothing par Johnny_Boy

Un 10 pour la nostalgie, un 10 parce que cet album m'a retourné dans tous les sens et m'a foutu une baffe dans ma gueule d'ado, un 10 parce que c'est certainement l'album qui m'a plus marqué dans ma...

le 23 mai 2013

12 j'aime

1

Without You I’m Nothing
Pseek
10

Dysthymie

Je me suis dit qu'aujourd'hui était le bon jour pour écrire sur un album que je n'ai jamais cessé d'écouter depuis dix ans. J'ai toujours une petite chanson du deuxième album de Placebo quelque part...

le 16 nov. 2012

9 j'aime

Without You I’m Nothing
Angie_Eklespri
9

In yo face !

Quand on écoute cet album, on se rend compte du fossé qu’il y a entre ce Placebo là, et ce qu’ils font maintenant. Un son très propre, nettoyé de toute impureté, en même temps des riffs sales, des...

le 1 sept. 2014

5 j'aime

Du même critique

Brutalism
Aurélien_Attard
8

Brut : sauvage, primitif et sans ornements

Brutalism, voilà un nom qui attire l'oeil. En matière d'architecture, le brutalisme est un courant né dans les années 1950, se caractérisant par le côté brut du béton utilisé pour construire les...

le 14 juil. 2018

5 j'aime

Without You I’m Nothing
Aurélien_Attard
9

Le joyau de Placebo

Si Placebo s'avérait un premier essai prometteur, Without You I'm Nothing est une véritable réussite. En matière de rock alternatif, on ne pouvait espérer meilleur album en cette fin des années...

le 30 janv. 2016