Avatar Baptiste Salvan

Critiques de Baptiste Salvan

Versus
  Suivre
Bande-annonce
6.5

50 nuances de noir

[...] À côté de son intrigue éparpillée façon puzzle, dont on se demande si les scénaristes sauraient la raconter dans ses moindres détails, The World of Kanako dégage une force inouïe par ses changements soudains de registres et son esthétisation de la violence qui le place dans la ligne directe du cinéma de Tarantino. [...] Retrouvez ma chronique complète sur Fais Pas Genre! : Lire la critique de The World of Kanako

1
Avatar Baptiste Salvan
7
Baptiste Salvan ·
Bande-annonce
7.5

On va jouer à un jeu...

Un couple, Ann et Georg, et leur enfant, Schorschi, sont en route vers leur résidence secondaire au bord de l’eau pour y passer l’été. À leur arrivée, deux jeunes gens vont s’introduire chez eux, d’abord de façon très polie pour demander des œufs. Mais, petit à petit, leur présence se fait de plus en plus oppressante, et débouche sur une escalade qui semble sans fin de violence gratuite.... Lire la critique de Funny Games

Avatar Baptiste Salvan
8
Baptiste Salvan ·
Bande-annonce
8.0

Critique de Forrest Gump par Baptiste Salvan

Les bons sentiments ne font jamais de bons films. Lire la critique de Forrest Gump

Avatar Baptiste Salvan
5
Baptiste Salvan ·
Bande-annonce
5.7

À vouloir devenir minimaliste, on en dépouille le cinéma même.

À vouloir devenir minimaliste, on en dépouille le cinéma même. Manoel de Oliveira a 103 ans, il est vieux, sûrement fatigué, et son film est à son image. Cette adaptation d'une pièce de théâtre se base sur le hors-champ systématique qui devient vite agaçant et sur le jeu des acteurs qui, ma foi, ne sont pas bien convaincants (Jeanne Moreau est bien en-deçà de ses prestations antérieures et... Lire la critique de Gebo et l'Ombre

Avatar Baptiste Salvan
4
Baptiste Salvan ·
Bande-annonce
5.6

Une bonne surprise...

Moi qui n'étai pas trop fan des deux premiers (le numéro 2 était une vaste plaisanterie, dû à un temps relativement court et une intrigue cousue de fil blanc), me voilà surpris dans le bon sens par ce troisième opus. Le scénario écrit par Etan Cohen (pas confondre avec le frère qui s'écrit avec un h !) est à la hauteur des attentes et relie bien les 3 films. On aurait aimé cependant plus... Lire l'avis à propos de Men in Black 3

3
Avatar Baptiste Salvan
7
Baptiste Salvan ·
Écouter
8.3

Critique de Schindler’s List (OST) par Baptiste Salvan

De toute façon, comment mettre moins de 8/10 à John Williams ? Des thèmes toujours aussi simples et pourtant très touchants, une orchestration digne des plus grands compositeurs d'antan, il n'y a donc plus de doute : John Williams est le dernier des grands compositeurs du XXe siècle ! Lire la critique de Schindler’s List (OST)

2
Avatar Baptiste Salvan
9
Baptiste Salvan ·
6.9

Critique de Le court des grands par Baptiste Salvan

L'idée mérite 10/10 : le coffret est très bien fait avec 12 court-métrages des plus grands (ou du moins des plus célèbres) réalisateurs encore en vie. George Lucas, Ridley Scott, Robert Zemeckis, Lars von Trier, Terry Gilliam, Paul Verhoeven, Luc Besson, Emir Kusturica, Stephen Frears, Jane Campion, Roman Polanski et Tony Scott sont réunis pour leur premier pas dans le 7ème art, avec en prime... Lire l'avis à propos de Le court des grands

3
Avatar Baptiste Salvan
7
Baptiste Salvan ·
Bande-annonce
7.8

Les cendres du temps....

Dès les premières minutes, on se rend compte que In the Mood for Love n'est pas un film comme les autres. Synopsis de trois lignes (Thierry Jousse dira dans les Cahiers du cinéma : " Un homme et une femme, voisins de paliers, trompés chacun par leur conjoint respectif vivent une relation platonique, sous le signe de la rêverie et de la frustration avant de se séparer définitivement"), mise en... Lire l'avis à propos de In the Mood for Love

6 4
Avatar Baptiste Salvan
8
Baptiste Salvan ·
-

Je préfère l'incinération à l'enterrement et les deux à un week-end avec Catherine Esther.

Cette série, il faut la savourer sans scrupule. Primo, parce que les épisodes sont courts mais avec un degré de méchanceté et de plaisir de s'amuser aux dépends des autres tellement énorme. Secundo, parce Catherine Esther (l'héroïne) se permet de rendre réel tous nos instincts primaires et animales refoulés en nous. Quelle jouissance la plus extrême peut-on tirer d'un acte, si ce n'est de nuire... Lire la critique de Plaisir de Nuire, Joie de Décevoir

2
Avatar Baptiste Salvan
8
Baptiste Salvan ·
Bande-annonce
6.5

Je déteste l'assurance méprisante de ceux qui savent à quel moment applaudir pendant les concerts

Perle du cinéma français, une harmonie mystérieuse se dégage du Concert, oeuvre touchante et pleine de vie. Un chaleureuse fable où la musique transcende le film : c'est brouillon, grotesque, lyrique ; Radu Mihaileanu dirige de sa baguette toute un orchestre de couleurs avec en soliste Mélanie Laurent. Et si le texte reste au départ simple et épurée, la technique et la virtuosité du réalisateur... Lire l'avis à propos de Le Concert

2
Avatar Baptiste Salvan
9
Baptiste Salvan ·