L'amertume d'une déception aussi grande que l'attente d'un tel album.

Avis sur Amarillo - Blacksad, tome 5

Avatar LynxBleu
Critique publiée par le

Après le polar noir, le blanc polaire, le rouge communiste et le bleu mystique, John Blacksad revient pour une cinquième aventure arborant cette fois-ci une couleur jaune solaire. Entamé en 2000, cette BD déjà culte s'était fait remarquer par un premier album brillant reprenant les codes du polar des années 50 bien pessimiste en y adjoignant un anthropomorphisme graphiquement impressionnant. Procédé pourtant vu maintes fois (Canardo, Maus, Moi Renart, Robin des bois, Argaï...), jamais BD n'avait atteint une telle qualité de symbiose entre traits animaliers et émotions humaines.

Ainsi, on a lu un premier album posant les bases d'un univers, aussi efficace que peu original scénaristiquement, mais au graphisme éblouissant et ô combien prometteur pour les albums à venir.

Promesses largement tenues avec un deuxième album qui reste à ce jour mon album de BD préféré, avec en plus une originalité bien rendue dans les caricatures faites de l'Histoire avec un Klu Klux Klan polaire génialement imaginé et retranscrit.

Troisième album, première déception : on reste sur la caricature historique avec cette fois-ci la chasse au sorcières et la peur de la bombe atomique. Deux pans de l'histoire des USA bien vus mais hélas maladroitement agencés dans un récit au final trop complexe pour être correctement traité en un seul album. Le bas blesse, mais restent quand même le dessin et les couleurs, et des personnages toujours aussi excellents (le coq, le hibou, le dalmatien...). Dont mon préféré de la série, graphiquement parlant : le gavial tueur à gages, glacial et terrifiant.

Quatrième album, de bonne facture : l'auteur renoue avec un scénario moins complexe et plus noir et pessimiste, avec comme nouveauté un montage non-chronologique qui ajoute un sympathique coté énigmatique à l'oeuvre. Le dessinateur en revanche se laisse parfois trop aller et alterne des planches somptueuses à d'autres beaucoup plus grossièrement exécutées. De même pour le dessin, de qualité inégale (l'hippo, les Lachapelle père et fils, le coq haineux ou Sebastian sont excellents, tandis que la guenon, l'âne ou le chat ange-gardien paraissent moins appliqués). Globalement un bon cru cependant.

Enfin... Amarillo, le cinquième tôme, très attendu. Qui, hélas, s'est avéré assez décevant. On retrouve trop souvent le bâclage graphique occasionnel dans le quatrième tome, et l'histoire est lassante car partant dans tous les sens, malgré quelques bonnes choses (la route 66, le cirque, la pulsion artistique, la beat generation...). Et comme dans le tôme 4, certains persos sont excellents : Neal, Chad, Eva, le koala, le flamant rose... tandis que d'autres manquent de charisme : le bison, les moutons motards, l'ours borgne...

Sur un plan plus psychologique, la déception vient de... Blacksad lui même ! D'une car ses pensées désabusées et percutantes ne nous sont plus communiquées, et d'autre part son comportement nous fait oublier le redoutable félin dur-à-cuire pour un brave idéaliste naïf aux réactions par moment aberrantes (le coup de poing au perroquet, son attitude vis-à-vis de Chad suite à l'accident de Neal...). J'éviterais par ailleurs de trop m'étendre aussi sur le retour incongru du duo des agents du FBI coyote et puma, eux aussi déjà vus dans Âme rouge où ils campaient un duo plutôt plaisant, ici aussi maladroitement amené que mal exploité...

Habitué à tellement mieux par Juanjo et Diaz Canales, et d'autant plus déçu par cette cinquième aventure, je n'attendrais pas aussi impatiemment la prochaine. Avec de la chance, je l'apprécierait peut-être d'autant plus ainsi...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 763 fois
11 apprécient

LynxBleu a ajouté cette bd à 1 liste Amarillo - Blacksad, tome 5

Autres actions de LynxBleu Amarillo - Blacksad, tome 5