Voici, du moins sur le premier volume que je critique, un manga qui tombe à point nommé, à savoir la défense des auteurs à l'orée du numérique. L'histoire est vue du point de vue de Nanami, une lycéenne qui, pour son stage d'entreprise, va travailler pour une société consultante dans les médias, et dirigée par un type génial, mais complètement barré nommé Jingoro Yamada.
Ils vont avoir comme mission de redresser la carrière d'un manga nommé ...Misokichi Suzuki (!) qui veut prendre un autre tournant et publier en auto-édition ses mangas sur Internet, car c'est un auteur qui a peu de succès avec ses livres, mais qui pense qu'en numérique, il y a une carte à jouer.


La mise en abime est très intéressante dans le sens où Miso Suzuki, dans la vraie vie, est un auteur qui a pris très tôt de l'avènement du numérique dans le secteur du manga, notamment via l'arrivée des tablettes et notamment Kindle et ça nous montre qu'il est très difficile de faire son trou dans ce secteur. En effet, le manga papier a une place gigantesque au Japon, mais peu à peu le numérique commence à s'installer, et même si la part pour l'auteur augmente, les préjugés sont encore là.


Le manga a un ton qui peut faire sourire notamment à cause de Jingoro Yamada, qui est un type très intelligent, mais qui parait par moments limite fou, à dormir par terre nu dans sa société, qui mémorise en deux temps trois mouvements des pages de livres en les mémorisant comme si il prenait une photo.
Mais ça reste très instructif, et si les chiffres avancés dans le livre sont réels, le passage au numérique se vit comme un nouvel Eldorado pour les plus jeunes auteurs. Ils peuvent ainsi s'auto-éditer, donc ne plus dépendre de la coulpe des éditeurs japonais, donc proposer leurs propres sujets, et enfin toucher plus d'argent, même si les sommes engrangées actuellement semblent ridicules.


Mais c'est quelque chose qui se lit dans les pages de ce premier volume, qui est en quelque sorte auto-conclusif, à savoir que l'avenir de l'édition se construit peut-être maintenant.
Comme je le disais, l'auteur énonce beaucoup d'informations, avec pas mal de termes techniques, et surtout les marques sont très souvent citées, dont Amazon, qui a l'air d'être le but à atteindre si on veut toucher le maximum de lecteurs en tant qu'indépendant. Mais ça n'est jamais lourd, et grâce à l'humour de Jingoro Yamada, on passe un très bon moment, et ça m'a bien renseigné sur le manga numérique et la raison pour laquelle tant de sorties se font désormais par ce biais, même si c'est encore en simultané avec le papier.

Boubakar
7
Écrit par

Le 19 avril 2016

Bienvenue chez Protect
T3kr0m
8

Approche du numérique sur le marché japonais

Bienvenue chez Protect est un titre qui m'avait tapé dans l’œil pour une raison que je ne saurais donner. Bref, après une bonne affaire j'ai pu récupérer l'intégrale des 3 tomes que j'ai lu assez...

il y a 6 ans

Bienvenue chez Protect
Lupin_the_third
8

Sérieux mais pas chiant !

Sorti des presses d’Akata, Bienvenue chez Protect est le nouveau Seinen de l’éditeur. Que nous réserve ce titre publié par cet éditeur habitué des choix audacieux ? Ce qui frappe d’abord lors de la...

il y a 6 ans

Bienvenue chez Protect
Memento-Mori
7

Jeu Video, ton univers impitoyable

Ce second tome s'interesse cette fois-ci au jeu vidéo, et à ses nouvelles difficultés. L'auteur s'interesse ici à divers supports et types de jeux, ceux qui ont ouvert la voie (sur console), il fait...

il y a 6 ans

Total recall
Boubakar
7
Total recall

Arnold Strong.

Longtemps attendues, les mémoires de Arnold Schwarzenegger laissent au bout du compte un sentiment mitigé. Sa vie nous est narrée, de son enfance dans un village modeste en Autriche, en passant par...

il y a 10 ans

44 j'aime

3

Dragon Ball Z : Battle of Gods
Boubakar
3

God save Goku.

Ce nouveau film est situé après la victoire contre Majin Buu, et peu avant la naissance de Pan (la précision a son importance), et met en scène le dieu de la destruction, Bils (proche de bière, en...

il y a 9 ans

42 j'aime

11

De rouille et d'os
Boubakar
9

La rencontre entre la destruction et la reconstruction.

Comme souvent, je vais voir un film en en sachant le moins possible (d'ailleurs, je n'ai pas vu la bande-annonce), tout au plus, je savais qu'il était question d'amputation, et c'est tout. Et ce que...

il y a 11 ans

40 j'aime

1