Quand les notes sont l'héroïne...

Avis sur L'Enfer, le silence - Blacksad, tome 4

Avatar Apostille
Critique publiée par le

Ce quatrième opus, plus longtemps attendu que ses prédécesseurs, se dénote par son immersion dans la Nouvelle-Orléans.
Notre détective félin se voit engagé dans une enquête une fois de plus bien glauque où rien n'est tout blanc (sauf la drogue) ou tout noir... sauf la musique !

La musique jazz, qui n'est pourtant pas ma tasse de thé, se voit offrir là une magnifique ode à ses artistes, à ses lieux, à ses ambiances nocturnes.
Comme dans les autres albums, les couleurs sont bluffantes et l'utilisation de la lumière (je pense à une scène de toute beauté à l'ombre d'un arbre, à l'ambiance obscure des "lounges", au traitement du carnaval...) s'avère d'une rare maîtrise. L'expression extraordinaire des personnages et leurs mimiques tantôt menaçantes, tantôt grotesques renforcent la narration d'une histoire qui, en dépit d'un manque d'enjeux universels, comme dans les deux derniers tomes, s'avère tout à fait prenante.

Un seul espoir subsiste : que les auteurs aient encore des histoires à raconter à propos de ce singulier détective.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 360 fois
8 apprécient

Autres actions de Apostille L'Enfer, le silence - Blacksad, tome 4