Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Heureux retour aux sources

Avis sur L'Homme qui tua Lucky Luke - Lucky Luke vu par......

Avatar Step de Boisse
Critique publiée par le

La parodie est la forme d'humour qui utilise le cadre, les personnages, le style et le fonctionnement d'une œuvre ou institution pour s'en moquer. Elle pratique l'inversion et l'exagération de caractéristiques du parodié. Morris crée en 1947 Lucky Luke, une parodie du Far West. Il sera rejoint en 1955 par René Goscinny. Rantanplan est le double stupide de Rintintin, la cavalerie est en retard, les croque-morts sont des rapaces, les banquiers gras et vénaux, les Indiens plus raisonnables que ces fous de visages-pales. Les Chinois tiennent des laveries, les Mexicains dorment et le Français coiffe. Ne sont épargnés que Lucky Luke et quelques rares figures d’autorité, tel le Président ou un juge intègre. Peut-on parodier une parodie ? Oui. Avec Trinita (1971), Enzo Barboni pastiche Sergio Leone qui, lui même caricaturait John Ford ou Howard Hawks. La contrefaçon, l’ironie ou le cynisme caractérisent notre société. Quelques esprits chagrins s’en désolent, Alain Finkielkraut en est le héraut. Est-il possible d’inverser le cours de l’histoire, de revenir à la source ?

Oui. Matthieu Bonhomme l’a fait. Pour les soixante-dix printemps de Lucky Luke, il nous propose un héros solitaire au classicisme assumé, cousin des personnages immortalisés par John Wayne, James Stewart ou Gary Cooper. Luke a vieilli, il tire toujours juste, mais est-il aussi rapide que sa légende le prétend ? Pas sur. Sa main ne tremble-t-elle pas ? Les rivaux potentiels guettent l’usure du fameux tireur. Bonhomme parvient à conserver une filiation avec la ligne claire de Morris, ses aplats de couleur jaunes, verts, bruns ou bleu, ses mouvements de foule, tout en gagnant en réalisme, les visages s’affinent et les silhouettes s’allongent.

Bonhomme ne se contente plus de bien dessiner, il scénarise. L’album débute par l’assassinat de Luke. Luke enquête sur l’attaque d’une diligence. Le shérif de Froggy Town ne brille guère par son courage, la rumeur accuse les Indiens. Si Jolly Jumper a perdu en sagacité, Luke pourra s’appuyer sur Doc Wenesday, un pistolero tuberculeux. L’histoire tient du polar le plus noir, il mettra à jour une sinistre histoire de violences familiales. Le Far West s’assombrit, mais la légende court toujours.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 743 fois
28 apprécient · 1 n'apprécie pas

Step de Boisse a ajouté cette bd à 4 listes L'Homme qui tua Lucky Luke - Lucky Luke vu par..., tome 1

Autres actions de Step de Boisse L'Homme qui tua Lucky Luke - Lucky Luke vu par..., tome 1