Couverture Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1

Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1

(2012)
12345678910
Quand ?
7.8
  1. 0
  2. 1
  3. 0
  4. 4
  5. 14
  6. 34
  7. 95
  8. 217
  9. 95
  10. 25
  • 485
  • 53
  • 285
  • 8

Tardi transpose en bande dessinée les carnets de son propre père, rédigés des années durant sur des cahiers d’écolier, où celui-ci tient par le menu la chronique de sa jeunesse, en grande partie centrée sur ses années de guerre et de captivité en Allemagne. Après avoir énormément travaillé sur la...

Match des critiques
les meilleurs avis
Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1
VS
Révélation tardi-ve

Jacques Tardi est connu pour la série BD des aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec. Son œuvre a souvent tourné autour de la guerre de 14-18. Ici, il aborde la deuxième guerre mondiale d’une manière très personnelle. En effet, il illustre les souvenirs de son père René avec qui le dialogue n’a jamais été facile. Mais René Tardi a réagi à la sollicitation de son fils qui lui demandait de laisser une trace de ses souvenirs de cette difficile période. René Tardi a ainsi consigné dans des...

18 4
6 743 178

En effet, je n’ai pas aimé cet album qu’il est difficile de totalement appréhendé vu qu’il constitue la première partie d’un récit dont la fin reste à publier. Bien que le dessin soit toujours parfait d’expressivité et de naturalisme, l’auteur semble n’avoir pas trouvé la formule narrative qui aurait convenu à son histoire. En effet, nous suivons le récit de René Tardi expliquant son expérience de la guerre et des camps à son jeune fils apparaissant régulièrement dans l’image. Ce procédé... Lire la critique de Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1

6

Critiques : avis d'internautes (20)

Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Ma BD de l'année 2012 !

(...) A la manière des sombres récits de Céline ou d’Alphonse Boudard, dont on retrouve ici le sens de l’anecdote et du détail sordide, avec cette forme si particulière d’humour noir, de rage et de désespoir entremêlés, Tardi observe la guerre par le petit bout de la lorgnette, dans tout ce qu’elle a de plus banal et de plus horrible à la fois, faisant de son père un de ces anti-héros... Lire l'avis à propos de Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1

5
Avatar Ben Ric
10
Ben Ric ·
La nécessité

Entre Céline (cette haine vivifiante contre la société, la bêtise et la guerre qui grince à chaque page), Primo Levi (toutes proportions gardées, le témoignage du père de Tardi fait écho au calvaire de Primo...) et Spiegelman (comprendre ce qu'a vécu son père pour pouvoir enfin se réconcilier, ou non, avec lui...), Tardi se... Lire l'avis à propos de Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1

5
Avatar Eric Pokespagne
7
Eric Pokespagne ·
Découverte
Critique de Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag... par Embuscades

Lire Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B sans penser au célèbre Maus d'Art Spiegelman est impossible. Tout comme Art Spiegelman, Jacques Tardi a recueilli le témoignage de son père et a mis en images ses souvenirs de la seconde guerre mondiale. L'un (René Tardi) a été prisonnier de guerre et l'autre (Vladek Spiegelman) interné en camp de concentration. De ces deux figures... Lire l'avis à propos de Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1

4
Avatar Embuscades
8
Embuscades ·
Critique de Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag... par Dough

Original sur la forme : comment dynamiser un long souvenir raconté sous la forme d'un monologue ? En intégrant l'interlocuteur - à savoir, Tardi lui-même - au sein des dessins, accompagnant son père dans la tourmente d'abord des champs de bataille puis des camps. Le monologue se transforme alors en dialogue, où les remarques du fils, qui surviennent çà et là, brisent un rythme imposé par le... Lire l'avis à propos de Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1

2
Avatar Dough
8
Dough ·
Critique de Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag... par aldanjack

Une BD provenant du récit personnel de père de l'auteur qui a passé 4 ans et demi en temps qu'officier PG (prisonnier de guerre) au stalag 2b. C'est touchant, honnête dans la retranscription. L'horreur n'est pas celle des camps d'extermination, mais la violence, la faim, la maladie, la mort sont bien présentes. Dans ce récit, les prisonniers se permettent souvent de se moquer de leur... Lire la critique de Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1

Avatar aldanjack
9
aldanjack ·
Toutes les critiques de la BD Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, tome 1 (20)
Vous pourriez également aimer...