👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

BlackSad - Quelque part entre les ombres, c'est avant tout un dessin absolument superbe. Cadrage, expressions, mouvements, détails foisonnants. Une réussite. Surtout, la patte graphique sert parfaitement une ambiance « film noir » qui transpire de chaque planche. L'incarnation de tel ou tel personnage par un animal n'est jamais due au hasard, on s'amuse des répliques jouant sur l'anthropomorphisme de cette faune peuplant une ville nord américaine des années 50.

Ensuite, niveau histoire (je ne parle que du premier tome), c'est court et sans surprises. Pas de rebondissements ou de retournements de situations impromptus. On est presque dans une caricature d'histoire de détective privé avec une narration en « voix off » omniprésente un brin trop grandiloquente à mon goût (bien que cela participe pleinement à l'immersion). Je suis sorti de ma première lecture presque déçu. Trop rapide, trop classique. La seconde lecture fut plus bien savoureuse, permettant de profiter d'une galerie de personnages tous bien campés, du gorille au berger allemand en passant par le rat....

Au final, BlackSad - Quelque part entre les ombres se lit une fois pour éventer son scénario qu'on jugera de prime abord trop classique, prévisible. Puis on le relira pour apprécier son atmosphère si particulière qui lui confère ce statut déjà culte dans l'univers du neuvième art.

Allez, tome 2 maintenant.

il y a 10 ans

60 j'aime

20 commentaires

Quelque part entre les ombres - Blacksad, tome 1
Noa
8

Marry me Blacksad !

Le chat qui a du chien, le plus chouette, le plus attachant, le plus badass, le plus mrrraw de tout les détectives privés ! L'esthétique est superbe, les parallèles historiques sont très -très- bien...

Lire la critique

il y a 12 ans

27 j'aime

1

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

449 j'aime

80

Le vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 8 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57