👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un nombre de mots raisonnable...

Parce qu'il clôt sa carrière déjà, évidemment. Le deuil est terrible à porter. Passé la ravissement, on ne peut sortir de la salle de projection que le cœur serré. Cette sensation oppressante persiste un long moment. On se cache ce malaise en se plongeant immédiatement dans l'analyse du film, en s'esbaudissant sur la beauté graphique de la pellicule, en s'éternisant sur la psychologie des personnages... Malgré tout perdure, lestée au fond de la gorge, une boule de chagrin amère...

Et pourtant Le vent se lève, il faut tenter de vivre a de quoi pousser à la réflexion. Plutôt qu'un impossible feu d'artifice où Miyazaki aurait tenté de condenser et surpasser la magie d'un Totoro, l'épique d'un Mononoké ou d'un Nausicaa, la mélancolie charmante d'un Chihiro, le vénérable réalisateur du studio Ghibli s'attaque à un registre inédit, celui de la biographie romancée.

Défrichant un champ fourmillant de possibilités, Miyazaki dresse le portrait d'un personnage jamais vu, même en arrière plan dans l'oeuvre du maître : un héros ambigu. Animé des meilleures intentions, dévoré par sa passion et l'emploi de son génie au point de blesser son entourage... Constamment la cigarette au bec... Le parallèle est trop évident pour être fortuit. Miyazaki a perçu dans ce fameux Jirō Horikoshi, inventeur du chasseur zéro, un reflet déformé de lui même. Ainsi, si le propos du film s'articule autour des réussites et échecs d'un ingénieur aéronautique, il s'achève sur un sentiment - plus qu'un propos - aux accents testamentaires propre au réalisateur. Il n'y a rien de forcé ou de grandiloquent dans ce constat. Miyazaki jette un regard lucide sur son parcours d'artiste et l'impact que ça a pu avoir sur sa vie dans son ensemble.

Cependant, ne vous y trompez pas, au delà de tout ce que l'ont peut lire entre les images, Le vent se lève, il faut tenter de vivre reste un film dont la virtuosité d'animation ne cesse de surprendre et d'émerveiller. Miyazaki, comme personne, maîtrise le continent du ciel. Sa caméra s'agrippe aux bourrasques, aux tempêtes, aux zéphyrs et autres cousins venteux pour mieux accompagner ses pirouettes aériennes. Il parvient à faire de l'azur un espace aussi poétique qu'intimidant, habité de nuages striés de couleurs impossibles ; magnifié d'avions gargantuesques ou lilliputiens sur un fond de pureté calme... Et quand ce royaume des cieux surplombe en un plan des paysages terrestres débordant de détails, grouillant de vie, on cesse de respirer quelques secondes, le temps de se remettre du tableau proposé, déjà disparu.

Avec Le vent se lève, il faut tenter de vivre, Miyazaki semble vouloir tout montrer, tout aborder, frôlant le fouillis, le rythme haché. Il évoque un Japon s'industrialisant, maltraité par le militarisme de ses élites ; les ravages de la nature à l'échelle d'une ville, d'une personne ; et s'il aménage des moments de sérénité où le spectateur vient se réfugier, c'est pour mieux l'en déloger, illustrant les cahots de l'implacable cours de l'existence... Au final, la démonstration vient saisir aux tripes le spectateur lors d'une scène finale qui titillera bien des glandes lacrymales...

Puisqu'il faut se résoudre à considérer ce film comme le dernier de Hayao Miyazaki, autant apprécier au mieux la portée de son message. La réflexion d'un homme à son crépuscule éblouissant, centrée sur la signification profonde de l'existence, ce qui la motive, la transcende, la ternit, l'accomplit...

Du fond du cœur tout penaud, merci monsieur Hayao Miyazaki.

Dédicace à l'infortunée @enilua, absente de la salle.

Hypérion
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Films critiqués notés 9, Un Miyazaki - Un haïku, L'univers unifié Hayao Miyazaki et Les meilleurs films d'Hayao Miyazaki

il y a 8 ans

409 j'aime

34 commentaires

Le vent se lève
marcusquick
5

Le vent se lève (mais il ne m'a pas emporté!)

J'aurais voulu aimer ce film et pouvoir en dire du bien, mais je dois l'avouer, cette fois ci - et c'est bien la seule - je me suis vraiment ennuyé devant un film de Miyazaki. L'animation, toujours...

Lire la critique

il y a 8 ans

157 j'aime

17

Le vent se lève
Fritz_the_Cat
8

Les Ailes du désir

Contrairement à ce que laisse penser sa filmographie, Hayao Miyazaki est un homme qui a les pieds sur terre. Cinéaste intransigeant avec lui-même autant qu'avec ses troupes (voir le sort réservé au...

Lire la critique

il y a 8 ans

119 j'aime

41

Le vent se lève
Torpenn
6

Le zéro et l'infini

Aller voir le dernier Miyazaki en salle est depuis longtemps déjà un rituel précieux que la pénurie en dessins animés rend d’autant plus indispensable. Amateur forcené de petits gribouillis qui...

Lire la critique

il y a 8 ans

109 j'aime

16

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

449 j'aime

80

Le vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 8 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57