👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Quand on apprend que le dessinateur Guarnido, qui nous livre dans le même temps l'une des sagas de polar BD la mieux foutue de cette décennie, a travaillé en tant qu'animateur chez Disney, on ne peut que lâcher un sourire en coin. Parce que l'univers d'animaux anthropomorphes fleurant bon le polar noir et l'Amérique des années 50 est effectivement très "Disneyéen" dans ses faciès qui arpentent ses cases. C'est en cela que beaucoup apprécie Blacksad, grâce à un travail d'ambiance extrêmement bien foutue, où chaque case est remplies de pléthore de détails sublimés par la peinture et où chaque visage débordent d'expression et délivre une foule d'informations en à peine un coup d'œil. Si l'on ajoute à cela cet amour inconsidéré pour la culture polar/policier qui émane de chaque case, couplée à un montage cinématographique rythmé qui fait que l'on dévore un tome en à peine vingt minutes, on se rend compte d'à quel point cette saga est une référence indispensable à tout amoureux de bande dessinée. À eux deux, le scénariste Canales et Guarnido dépoussière les plus grands maux de l'Amérique, allant du racisme jusqu'à la chasse aux communistes, de la peur de l'arme atomique jusqu'à la corruption judiciaire, et dépeignent un portrait fort peu flatteur mais Ô combien réel.

Pour ce premier opus, l'introduction du personnage de Blacksad se fait simple et sans fioriture, exposée en une volée de cases et permettant de vite appréhender cet univers de polar noir années 50. Si son cliché de flic torturé et bourreau des cœurs peut prêter à souffler du nez, couplé à ses interventions "narrateur" où l'on perçoit vite son côté poète du dimanche, c'est pourtant avec un grand intérêt que l'on suit cette première affaire de meurtre mêlée à son passé. Ici, la grande thématique est celle de la corruption faite par les puissants, véritables intouchables de la justice, lâchant des regards méprisants sur la plèbe qui vagabondent dans les rues tortueuses d'un New-York en proie à cette justice corrompue. Mais pour autant, et c'est une chose que l'on comprendra vite avec Blacksad, c'est qu'il est au dessus des intouchables.

Aetherys
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Ma Bibliothèque (BD/Mangas/Comics)

il y a 9 mois

Quelque part entre les ombres - Blacksad, tome 1
Noa
8

Marry me Blacksad !

Le chat qui a du chien, le plus chouette, le plus attachant, le plus badass, le plus mrrraw de tout les détectives privés ! L'esthétique est superbe, les parallèles historiques sont très -très- bien...

Lire la critique

il y a 12 ans

27 j'aime

1

Zemmour contre l'histoire
Aetherys
8

L'Histoire est une arme

L'instrumentalisation de l'Histoire à des fins politiques, ça ne date pas d'hier. Les historiens polémistes de tout bord, les récupérations de citations de personnalités publiques de source...

Lire la critique

il y a 4 mois

13 j'aime

10

Dune
Aetherys
9
Dune

Mon Arrakis, Ma Dune...

Le projet d'adapter le planet-opéra Dune n'est clairement pas une sinécure, et elle s'est vite relevée être, au fil des tentatives, une œuvre certes dense et au potentiel énorme, mais à l'aspect...

Lire la critique

il y a 8 mois

10 j'aime

7

The Batman
Aetherys
4
The Batman

Batman "too dark for you"?

Je me rappelle encore quand ont commencé à pleuvoir les annonces sur ce nouveau film Batman, énième redite des aventure de la chauve-souris pas très sympa du quartier, semblant s'incorporer dans le...

Lire la critique

il y a 2 mois

9 j'aime

10