Violence faite à la mémoire

Avis sur Violent Cases

Avatar Gauche-à-Droite
Critique publiée par le

La collaboration entre Neil Gaiman et Dave McKean a produit quelques pépites réjouissantes, comme ce "Violent Cases" dans lequel McKean parvient miraculeusement à tempérer son penchant pour la surcharge graphique (Ce qui donne déjà des planches bien remplies).

Gaiman brode un scénario dense sur la trame d'un souvenir d'enfance: La rencontre fortuite d'un vieil ostéopathe, qui eut pour client un certain Al Capone.
L'histoire et sa mise en page jouent donc sur le caractère parcellaire de la mémoire, et sur l'évocation des impressions fugaces de l'enfance.
Une aubaine pour McKean, qui multiplie cadrages, découpages et effets de composition pour donner au récit une profondeur métaphorique et un style formel cohérent.

Une bonne histoire, racontée avec les bons outils de la bande dessinée.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 221 fois
6 apprécient

Autres actions de Gauche-à-Droite Violent Cases