👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

On ne doit pas tirer sur une ambulance, et encore moins sur un corbillard. Il y a longtemps qu'Astérix est mort, avec Goscinny bien sûr (... il ne se portait plus très bien d'ailleurs même avant !), et l'accumulation de têtes de gondoles (qui réduisent encore la visibilité de bandes dessinées bien plus intéressantes...) et de records de vente ne lui rendra pas la vie.

Cette "Fille de Vercingétorix" n'est sans doute pas pire que les précédents efforts de résurrection menés par Ferri et Conrad, nombre de fidèles lecteurs semblent en convenir. Pour quelqu'un comme moi qui repasse par là en dilettante, l'effondrement scénaristique (quel scénario ?) et graphique (un bon quart des cases - surtout les plus petites - demande de gros efforts pour être déchiffrées...) est terrifiant. Du coup, on essaie de se rattraper avec quelques bons mots et un humour potache qui hésite entre fidélité à l'esprit Goscinny et relative modernisation, mais on a finalement assez peu de choses consistantes à se mettre sous la dent.

Personnellement, j'ai apprécié la perspective originale sur les "fondamentaux" de la série (le "vieux système sanglier - menhir - potion") apportée par les adolescents, en particulier dans la scène de la carrière, suggérant qu'en poussant un peu plus loin le principe des anachronismes qui a toujours sous-tendu l'humour dans Astérix, il est possible d'injecter un point de vue contemporain qui rende à nouveau la série pertinente.

Bien sûr, l'idéal quand on a affaire à une telle institution serait un traitement distancié, peut-être même véritablement post-moderne. Et, bien sûr, Goscinny, s'il avait vécu plus longtemps, aurait été l'auteur parfait pour une telle approche : souvenons-nous de ce que Hergé avait réussi à faire avec son Tintin dans "au Tibet" et "les Bijoux de la Castafiore", et rêvons à ce que Astérix aurait pu devenir si ses auteurs avaient eu plus d'audace...

Le succès commercial qui semble une fois de plus garanti à "la Fille de Vercingétorix" ne laisse malheureusement présager aucune amélioration à la recette actuelle : il ne s'agit certainement pas ici d'une potion magique, mais l'obésité nous menace tous néanmoins.

[Critique écrite en 2019]

EricDebarnot
4
Écrit par

il y a 2 ans

32 j'aime

La Fille de Vercingétorix - Astérix, tome 38
EricDebarnot
4

Corbillard, adolescence et obésité.

On ne doit pas tirer sur une ambulance, et encore moins sur un corbillard. Il y a longtemps qu'Astérix est mort, avec Goscinny bien sûr (... il ne se portait plus très bien d'ailleurs même avant !),...

Lire la critique

il y a 2 ans

32 j'aime

La Fille de Vercingétorix - Astérix, tome 38
Lordlyonor
8

L'adolescence est le seul temps où l'on ait appris quelque chose.

Citation de ce bon vieux Marcel Proust Critique un peu plus courte que d'habitude parce qu'entres celles faites cette semaine et celle qui attend demain j'avais besoin de me reposer devant une bonne...

Lire la critique

il y a 2 ans

15 j'aime

7

La Fille de Vercingétorix - Astérix, tome 38
Frenhofer
7

TheVoiceKix

Il aura inquiété, angoissé, énervé, fait polémiquer, cet album d'Astérix ! Et pour cause ! Rien qu'au titre, il suintait cet esprit MeToo qui gangrène les fictions actuelles tout autant sinon plus...

Lire la critique

il y a 2 ans

15 j'aime

19

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

Lire la critique

il y a 5 ans

193 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

178 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

Lire la critique

il y a 2 ans

162 j'aime

22