Marv, bonne grosse brutasse machiste, un peu bas du front et aimant la country (Johnny Cash ou Hank William, donc il a tout de même bon goût.....), passe la nuit avec une "femme dans toute sa perfection, une déesse". Au petit matin, il reste un cadavre et le hurlement des sirènes de police qui se rapproche. Qui en voulait à Goldie? A-t'on voulu le piéger lui? Dans tous les cas la vengeance sera terrible.

De ce point de départ tragique nous allons suivre Marv dans sa quête de réponses et l'accompagner dans les méandres de la ville du péché, s'enfonçant toujours plus bas dans l'horreur et la violence. Nous allons remonter la piste avec lui rencontrant des personnages tous plus abjectes les uns que les autres. Et comme le garçon, force de la nature, est loin d'être un poète autant dire que ça va saigner ("Mon truc à moi c'est de tuer alors je vais pas m'en priver").

Premier volume de la série éponyme, Sin City nous montre une ville plus que décadente, glauque, à la botte d'une seule famille qui contrôle la police et dont le principal attrait touristique est la prostitution. Une ville où les seules lueurs perçant les ténèbres ne semblent ne pouvoir que provenir des femmes (Goldie, Wendy, Lucille, Gail.....), ces dernières se devant tout de même être aussi fortes, si ce n'est plus, que les mecs pour pouvoir survivre dans ce marasme. Bref, amis de la joie, compagnons de l'humour et de la gaieté, passez votre chemin.

Cette noirceur est renforcée par le sublime trait de Frank Miller en....... noir et blanc bien sûr. Cette façon qu'il a de représenter la ville, qui est au final un personnage à part entière, en général et les visages et les femmes en particulier est magistrale. Le découpage de ses pages donnent du rythme à son scénario tout en laissant certaine plage de repos histoire que l'on puisse reprendre son souffle (généralement une femme so sexy pleine page).

Un scénario béton, un découpage qui ne l'est pas moins, un dessin génial (même si il en rebutera certainement un petit nombre), avec Sin City on tape dans le haut du panier.
Sin City, tome 1
Kab
8

Critique de Sin City, tome 1 par Kab

De part sa narration cinématographique, son sens du dialogue dur mais jamais trop vulgaire et la noirceur de son œuvre, Miller à réussi à s'allier une majorité du public adulte, mais aussi des fans...

il y a 12 ans

22 j'aime

2

Sin City, tome 1
Kowalski
8

Noir c'est noir

Marv, bonne grosse brutasse machiste, un peu bas du front et aimant la country (Johnny Cash ou Hank William, donc il a tout de même bon goût.....), passe la nuit avec une "femme dans toute sa...

il y a 10 ans

14 j'aime

Sin City, tome 1
EricDebarnot
9

Balle dum dum

La balle dum-dum de "Sin City" m'a atteint avec un certain retard. La lecture de "A Dame to Kill For" en Portugais (du Portugal) m'avait impressionné à l'époque, mais pas tout-à-fait bouleversé...

il y a 7 ans

4 j'aime

Charlie Hebdo
Kowalski
10

Vous allez finir par vous aimer les uns les autres, bordel de merde!

Les avis c'est comme les trous du cul, tout le monde en a un! Et un fois n'est pas coutume, je sors de ma réserve habituelle sur tout sujet concernant l'actualité politique et la marche du monde...

il y a 7 ans

137 j'aime

62

L'Inspecteur Harry
Kowalski
8

Scorpio , Harry, même combat?!

Le voilà donc, l'objet du délit! Ce film qui, bien aidé par la plume redoutable de la journaliste Pauline Kael, fait passer Eastwood de héros de l'ouest à jeune con violent, réac et même carrément...

il y a 9 ans

77 j'aime

15

Pusher II - Du sang sur les mains
Kowalski
9

Tuer le père!

Deuxième volet de la trilogie, "Du sang sur les mains" arrive à se hisser au niveau de Pusher, ce qui n'était pas une mince affaire. Ce coup-ci, on suit Tony (oui oui, celui qui avait...

il y a 10 ans

77 j'aime

16