blondedenuit

Femme
de vos éclaireurs la suit :
Versus
  Suivre
Je ne suis pas blonde.
"Si je chassais mes démons, je perdrais aussi mes anges" .T Williams.

Répartition des notes

  1. 1
  2. 7
  3. 35
  4. 72
  5. 182
  6. 300
  7. 478
  8. 658
  9. 224
  10. 21

Comparez votre collection avec blondedenuit

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de blondedenuit
Sondages de blondedenuit
Critiques de blondedenuit

Dernières critiques

7.6
Critique de Le Chardonneret par blondedenuit

Le Chardonneret, c'est l'unique tableau en circulation du peintre flamand Carel Fabritius mort dans l'explosion de la poudrière de Delft. Un oiseau minuscule, à la patte enchaînée. Impossible de voler. Impossible de mourir. Voilà qui pourrait être la source du roman de 800 pages Dona Tartt. Théo, 13 ans, perd sa mère dans l'explosion du Metropolitan à New York.Et à la demande d'un homme en... Lire la critique de Le Chardonneret

Avatar blondedenuit
8
blondedenuit ·
6.2
Critique de Les Fantômes de Manhattan par blondedenuit

Annie O'Neill est seule, elle a trente ans. Sa mère est morte, elle n'a aucun souvenir de son père, parti un soir alors qu'elle avait huit ans.Elle possède une petite librairie à Manhattan, un appartement, elle est la voisine de palier de Jack Sullivan, ancien journaliste, ancien baroudeur et alcoolique qui lui sert de nounou, de père, d'ami et de confident. Son destin bascule le jour où un... Lire la critique de Les Fantômes de Manhattan

2 2
Avatar blondedenuit
6
blondedenuit ·
Mentions J'aime de blondedenuit

Activité récente

Statuts d'humeurs

Split (2016) Ni profondeur, ni subtilité, malgré les efforts de James Mc Avoy. Un rendez-vous raté.
Les Chemins de la haute ville (1959) A voir pour comprendre à quel point Simone Signoret méritait cet Oscar de la meilleure actrice. Un rôle de femme blessée dans lequel elle est bouleversante et belle et grande.
Mademoiselle (1966) A voir absolument.
La Maison Bonnadieu (1951) Un cynisme élégant.