2046
7.3
2046

Film de Wong Kar-Wai (2004)

Vite dégouté par ce film qui se voudrait aussi élégant qu'il est surfait, et sombre dans une sorte de maniérisme contemplatif stérile : ses excès d'un nombrilisme certes assumé - joli parfois, long surtout - n'ont pas réussi à m'arracher à l'impression désagréable d'être plongé, avec une fascination presque publicitaire c'est à dire quasi-nulle, dans ce que pourrait être une pub Chanel diluée en longueur, étalant sans cesse dans une orgie d'effets et de raffinement son message précieusement narcissique et creux. L'étiquette trop collante de la marque LG, malvenue et omniprésente, aura peut-être achevé de me conforter dans cette nauséeuse sensation de réclame trop racoleuse...

Car là où In The Mood for Love alliait esthétisme et profondeur, 2046 ne m'a laissé, à regret, qu'une impression de beau défilé de mode à tendance "porno-chic qui se regarde et qui pose" (je vais me faire huer...) où de petites résidentes d'un hôtel aussi belles que pauvres, cendrillons modernes pourrait-on lire (tant la marée unanime qui accompagne cette œuvre ne tarit pas de baveuses éloges...), attendent le prince charmant - qui, moderne lui aussi, est un chaud lapin à moustache. Cette virulence serait-elle un peu malhonnête? Peut-être, sûrement même... La beauté visuelle, le thème, à la fois romantique et nocturne, urbain, donne vraiment de très beaux passages ; Wong Kar Wai filme l'intérieur, surtout, avec une subtilité étonnante. Mais cela ne suffit pas pour faire un bon film et ma malhonnêteté est à l'image de la suffisance qu'il m'inspire et de la réputation qu'on en fait : ce flot d'éloges est-il vraiment à la hauteur de cette œuvre?

Pour y être entré sans à prioris et plein de bonne volonté (les deux thèmes du film me sont chers), je n'ai trouvé que de la déception et de la platitude mêlée d'enrobage joli peut-être, surfait surtout. Les bonnes idées dans le découpage de la trame temporelle, même s'il est un brin trop brouillon parfois, ne semblent servir l'histoire que de manière secondaire, comme un prétexte. La belle image, toute simple, que l'on trouvait déjà dans In The Mood for Love (le thème du secret) est ici exploitée à fond, malmenée, usée jusqu'à la trame sans grande réussite. Enfin quant au côté SF un peu romantico-niais de l'histoire inventée par notre écrivain volage, cela aurait pu donner quelque chose... Mais ses "androïdes à émotions différées" servent une fois de plus de prétexte pour filmer de belles pleureuses endimanchées avec des kits-mains libres.
Zaul
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Ville et nuit, ambiances nocturnes

Créée

le 13 août 2011

Critique lue 1.9K fois

23 j'aime

9 commentaires

Zaul

Écrit par

Critique lue 1.9K fois

23
9

D'autres avis sur 2046

2046
Anonymus
10

Critique de 2046 par Anonymus

Je ne conserve qu'un souvenir incertain des critiques que les journalistes de Cannes avaient faites de ce film lors de sa projection au festival, en 2004. Quelque chose de pleurnichard et au limite...

le 10 févr. 2012

69 j'aime

5

2046
Velvetman
9

La confusion des sentiments

Wong Kar Wai reprend là où il s’en était arrêté avec In the mood for love. Comme si cette œuvre continuait à le hanter. 2046 s’apparente à une suite sans en être réellement une ; où réapparaît le...

le 2 juin 2016

41 j'aime

11

2046
Zaul
4

Critique de 2046 par Zaul

Vite dégouté par ce film qui se voudrait aussi élégant qu'il est surfait, et sombre dans une sorte de maniérisme contemplatif stérile : ses excès d'un nombrilisme certes assumé - joli parfois, long...

Par

le 13 août 2011

23 j'aime

9

Du même critique

Voyage au bout de la nuit
Zaul
10

Autopsie syntaxique

Il m'a fatigué le Céline, et même vraiment mis le moral dans les chaussettes. J'avais toujours eu un peu de mal à entrer dedans, à m'y mettre : j'ai cette fois pris les choses en main et je me le...

Par

le 2 avr. 2012

122 j'aime

15

Sans soleil
Zaul
10

Un visage et une voix

Sans soleil est un objet visuel étonnant, aussi simple que complexe, une grande toile où des pistes semblent lancées dans tous les sens, des réflexions, des ponts multiples entre thématiques, lieux...

Par

le 26 août 2011

79 j'aime

2

Endtroducing.....
Zaul
10

Critique de Endtroducing..... par Zaul

"Endtroducing.....", titre judicieux pour un album qui désigne son objet en même temps qu'il le termine : fin et commencement, début et pourtant en même temps fin d'une époque. Prétentieux peut-être...

Par

le 20 déc. 2011

67 j'aime

6