Joli petit film. Petit c'est à dire sans prétention, mais bien fait, avec de belles prestations d'actrices pour les trois adolescentes, avec une mise en scène délicate, avec une esthétique raffinée sans m'as-tu-vu non plus. Le film aborde des problèmes graves tel que le mariage forcé, l'anorexie mais ne les intègre pas dans le pathos, peut-être parce que ce ne sont pas des éléments centraux dans la vie de ces jeunes filles mais plutôt des prétextes pour la fugue et l'initiation douloureuse à l'investissement dans le monde adulte. Délicat, frais et sans fausse note, le film est soutenu par un jeu d'actrices plus que convaincant. Même Adriana Karembeu joue bien (il est vrai que son rôle n'a rien de difficile)... au pire pour ce film l'on pourrait regretter la nymphomanie de ce personnage qui décridibise un peu l'histoire du couple Karembeu/Jugnot paradoxalement.
Alligator
7
Écrit par

Créée

le 24 déc. 2012

Critique lue 445 fois

Alligator

Écrit par

Critique lue 445 fois

D'autres avis sur 3 petites filles

3 petites filles
Friedrike
8

Une bonne surprise

Au premier abord j'ai pensé que j'aurai affaire à un de ces stupides films sur des ados incomprises et insupportables à souhait. Ne parlons même pas du casting, ma 1ère pensée a été: "C'est un navet...

le 24 oct. 2010

1

Du même critique

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Alligator
5

Critique de The Handmaid's Tale : La Servante écarlate par Alligator

Très excité par le sujet et intrigué par le succès aux Emmy Awards, j’avais hâte de découvrir cette série. Malheureusement, je suis très déçu par la mise en scène et par la scénarisation. Assez...

le 22 nov. 2017

54 j'aime

16

Holy Motors
Alligator
3

Critique de Holy Motors par Alligator

août 2012: "Holly motors fuck!", ai-je envie de dire en sortant de la salle. Curieux : quand j'en suis sorti j'ai trouvé la rue dans la pénombre, sans un seul lampadaire réconfortant, un peu comme...

le 20 avr. 2013

53 j'aime

16

Sharp Objects
Alligator
9

Critique de Sharp Objects par Alligator

En règle générale, les œuvres se nourrissant ou bâtissant toute leur démonstration sur le pathos, l’enlisement, la plainte gémissante des protagonistes me les brisent menues. Il faut un sacré talent...

le 4 sept. 2018

50 j'aime