👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate par Alligator

Très excité par le sujet et intrigué par le succès aux Emmy Awards, j’avais hâte de découvrir cette série. Malheureusement, je suis très déçu par la mise en scène et par la scénarisation. Assez rapidement une certaine irritation m’a gagné, me mettant même au supplice sur les derniers épisodes.

L’art dystopique est compliqué. Par définition, cette audace conceptuelle à créer un monde irréel pose le problème de la crédibilité, dans le propos comme dans la description, mais ici, le souci de réalisme ne semble pas la priorité absolue. Le trait est volontiers grossier à plusieurs reprises, surtout sur le plan politique, si bien qu’il est difficile d’y croire.
Je me suis efforcé de faire abstraction des incohérences, des incongruités de cette société fachoïde et ultra religieuse (mais que ce fut dur!) pour essayer tout de même de goûter la parabole qu’on nous propose. En fait, je crois bien que la lassitude prend trop le dessus. A la fin, je n’en pouvais plus et maudissais le parti pris ampoulé de la mise en scène, avec ses ralentis casse-bonbons, cette musique trop présente, cette esthétisation outrancière et ces si nombreuses scènes inutiles car redondantes.

Toutefois, hors de question pour moi de sacrifier par déception le travail formidable de certains acteurs et même l’intensité de quelques scènes marquantes. Elisabeth Moss est très impressionnante, ce qui n’est plus une surprise depuis Mad Men. Elle parvient à rendre son personnage assez intéressant et très juste, vivant.

Alors qu’il y en a quelques-uns pour lesquels on aurait bien du mal à les trouver palpables. Joseph Fiennes par exemple n’est qu’ambiguïté se dit-on au départ, mais au cours de la saison, il s’avère très plat, assez informe même, peut-être creux si je veux être méchant, en tout cas très décevant. Yvonne Strahovski joue sur deux plans, l’un violent, l’autre dépressif. Là encore, le personnage est prometteur mais finalement très ordinaire, dans sa linéarité ennuyeuse. Max Minghella a sans doute le personnage le plus mal loti : électro-cardiogramme sous zéro, impassible, chiant. Aussi Elisabeth Moss constitue-t-elle un îlot de vie dans un monde mortifère.

Dommage que le scénario par ses flashbacks ne parvienne pas à rendre cet état réaliste. En fait, ces retours en arrière n’apportent pas suffisamment de matière pour y croire. Dommage également que les scénarii répètent toujours le même discours à longueur d’épisode. Dans la dernière partie de la saison, la série enclenche la seconde et apporte enfin des informations nouvelles et les événements redeviennent intéressants à suivre. Il y a toutefois un manque d’équilibre général. M’étonnerait que je tente la suite l’année prochaine.

Alligator
5
Écrit par

il y a 4 ans

53 j'aime

16 commentaires

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Armadeon
3

Big Brother is Misogyne

The Handmaid's Tale, la nouvelle série à la mode adaptée du roman éponyme de Margaret Atwood, cherche à dépeindre une société totalitaire où les femmes ne seraient relayées qu'au rang de...

Lire la critique

il y a 4 ans

96 j'aime

20

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Wlade
1

Reductio ad Hitlerum

Je voulais simplement me contenter de noter sévèrement Handmaid's Tale mais après avoir lu de nombreuses critiques SC dithyrambiques, avec lesquelles je suis en désaccord complet, j'essaie ici de...

Lire la critique

il y a 4 ans

83 j'aime

70

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Ann_ONyme
8

Stupeur et tremblements

Adaptée du roman La servante écarlate (1985) de Margaret Atwood, cette dystopie a de quoi faire froid dans le dos : dans un futur que l'on imagine plus ou moins proche, les Etats-Unis se sont...

Lire la critique

il y a 5 ans

71 j'aime

7

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Alligator
5

Critique de The Handmaid's Tale : La Servante écarlate par Alligator

Très excité par le sujet et intrigué par le succès aux Emmy Awards, j’avais hâte de découvrir cette série. Malheureusement, je suis très déçu par la mise en scène et par la scénarisation. Assez...

Lire la critique

il y a 4 ans

53 j'aime

16

Holy Motors
Alligator
3
Holy Motors

Critique de Holy Motors par Alligator

août 2012: "Holly motors fuck!", ai-je envie de dire en sortant de la salle. Curieux : quand j'en suis sorti j'ai trouvé la rue dans la pénombre, sans un seul lampadaire réconfortant, un peu comme...

Lire la critique

il y a 9 ans

52 j'aime

16

Sharp Objects
Alligator
9

Critique de Sharp Objects par Alligator

En règle générale, les œuvres se nourrissant ou bâtissant toute leur démonstration sur le pathos, l’enlisement, la plainte gémissante des protagonistes me les brisent menues. Il faut un sacré talent...

Lire la critique

il y a 4 ans

42 j'aime