Affiche 9 semaines 1/2

Critiques de 9 semaines 1/2

Film de (1986)

  • 1
  • 2

2 jours, ça aurait été suffisant, en fait.

9 semaines ½, c'était un soi disant monument de sensualité, dont j'avais toujours entendu parler comme d'un chef d'œuvre subversif. Soit. La subversion j'aime bien. La sensualité au cinéma, aussi. Je glissai donc le DVD, pleine d'une confiance et d'une espérance légitimes, dans le lecteur. J'ai eu énormément de mal avec l'esthétique, pour commencer. Ben oui : les années 80, sorti des années 80,... Lire l'avis à propos de 9 semaines 1/2

9 1
Avatar Spark
4
Spark ·

You can leave your hat On...

Ce film est juste une oeuvre à part dans le monde du cinéma. Outre une bande son juste géniale de bout en bout, il a le plaisir malsain de jouer avec le spectateur comme John joue avec Elisabeth. La tendance de soumission qui gagne peu à peu le personnage féminin au plus elle s'éprend du grand mickey "j'avais une belle gueule avant" Rourke et au plus le spectateur la voit tomber dans une spirale... Lire l'avis à propos de 9 semaines 1/2

6 1
Avatar Musashi
7
Musashi ·

Contempler le vide intersidéral et mourir

Je précise que j'ai été obligé de regarder ce "film", parce que je dois faire une rétrospective des films de 1986 (hors films français).. Parfois ça peut avoir du bon, on peut être amené à découvrir des pépites que l'on n'aurait jamais songé matter un jour.. Quelques belles découvertes à ce jour : "Veuve mais pas trop" de Jonathan Demme, "Milagro" de Robert Redford, "Cobra Verde" de Werner... Lire l'avis à propos de 9 semaines 1/2

12
Avatar KingRabbit
1
KingRabbit ·

Clichés de pub

"9 semaines 1/2" bénéficie d'une incroyable réputation sexy et sulfureuse, que l'on peut facilement résumer à des scènes de sexe soft filmées à la lumière du réfrigérateur entrouvert, et à une remarquable interprétation par Joe Cocker de la super-malsaine chanson de Randy Newman, "You can keep your hat on". Sorti de ça, il est... Lire l'avis à propos de 9 semaines 1/2

2 3
Avatar Eric Pokespagne
3
Eric Pokespagne ·

Je suis une femme

Je suis une femme. Je suis un objet sexuel qui s'ignore. Je ne sais pas me mettre en valeur. Je ne connais pas le plaisir. Je ne connais pas mon corps. Je ne vis que dans l'attente de l'homme. J'ignore jusqu'au sens du mot initiative. Je suis une femme. Je ne peux pas vivre sans homme. Je n'ai aucun droit sur lui. Je commets une faute si je tente de le connaître. Je me sens obligée d’obéir à... Lire l'avis à propos de 9 semaines 1/2

25 8
Avatar Noménale
4
Noménale ·

Oui le titre est juste, on a l'impression que film dure aussi longtemps.

Bon sang, qu'est-ce que c'est chiant. Il fallait que je commence comme ça. Je n'ai pas 36 choses à dire mais c'est le point le plus important. Donc, tout d'abord c'est chiant. Ensuite, Mickey Rourke n'était certes pas encore un mutant, mais son personnage est plutôt flippant très tôt dans le film, quand on voit son attitude lors de certaines scènes. Oui "son personnage" évidemment je... Lire la critique de 9 semaines 1/2

2
Avatar The Reg
3
The Reg ·

Avant Christian Grey, il y avait John Gray

Si on fait abstraction de l'ambiance eighties, du scénario simpliste, des longueurs parfois abyssales, et des profils psychologiques clichés (oui ça fait beaucoup...), ce film raconte simplement l'initiation d'une femme aux relations S/M. Certes, on ne voit rien... Bien sûr, il s'agit plus de soumission que de masochisme... L'histoire est enrobée de romantisme clinquant, mais le fond est là,... Lire la critique de 9 semaines 1/2

3
Avatar eya_loann
7
eya_loann ·

Critique de 9 semaines 1/2 par Alligator

J'ai le sentiment avec le recul que ce film a fait grand bruit à l'époque parce qu'il renouvellait le genre ou plutôt démocratisait le genre érotique en le stylisant et en en montrant moins d'une certaine manière. Le sujet de la relation s-m aussi était de plus en plus affranchi des tabous sociaux et pouvait accéder à une vitrine artistique sans trop de problèmes. C'était nouveau. Les deux... Lire la critique de 9 semaines 1/2

3 1
Avatar Alligator
5
Alligator ·

La seule chose qu'il y a de sulfureux dans ce film soi-disant sulfureux c'est l'ennui qu'il procure

Mise à part ce que j'ai envie d'appeler ironiquement un "accident de parcours" avec le très bon "L'Échelle de Jacob", Adrian Lyne n'a fait que cumuler les films les plus vides, les plus tape-à-l’œil, les plus inintéressants parmi le cinéma américain des années 80 et 90. Dans cette catégorie, je demande "9 semaines ½". Pour moi, ce film se résumait jusqu'ici à la séquence où Kim Basinger fait... Lire l'avis à propos de 9 semaines 1/2

4
Avatar Plume231
1
Plume231 ·

L'étreinte dans sous la pluie dans la ruelle glauque

Curieux choix de titrer le film de telle façon qu'on sait quand tout cela va se terminer. Les surréalistes auraient sans doute aimé le film, car c'est bien d'amour fou qu'il s'agit, Kim étant complétement dominée par Rourke : on reste à la limite de la contrainte, il ne l'oblige jamais vraiment, mais ne se dévoilera jamais complètement, ce qui fait qu'on se demande quelle sera la goutte d'eau... Lire l'avis à propos de 9 semaines 1/2

Avatar estonius
8
estonius ·
  • 1
  • 2