👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est un fantôme qui erre dans les rues, dans la nuit de Cincinatti. Sa démarche est lourde, sa silhouette épaisse. Il est hirsute, le regard parfois vide. Agité de traumas, comme l'image qui se tétanise le temps d'un flash au montage chirurgical, qui hésite entre le souvenir et le fantasme.

La première scène, fabuleuse, résonne comme une véritable note d'intention côté technique, tant son découpage est minutieux, tant ses instantanés restent en mémoire.

A l'image de son héros, A Beautiful Day va droit au but, le temps d'une intrigue dégraissée jusqu'à l'os. A l'image de son héros, A Beautiful Day se montrera brutal si nécessaire, comme chez Park Chan-wook. Mais loin de l'ultra, proche de la recherche et de la composition, rejetant sa violence brute plus d'une fois hors champ. Ou privilégiant un plan fixe fort ou irrigué d'une poésie macabre.

Elle explosera à la face du spectateur comme par surprise, dans un éclat aussi tranchant et effilé que la lame d'un scalpel. Tandis l'errance urbaine se fait plus atmosphérique, plus lancinante, sur une superbe composition musicale, entre Vangelis et Howard Shore, qui prend le pouls, de plus en plus intense, des démons de son vigilante.

Sensoriel par excellence, au delà de son aspect thriller, dont l'atmosphère se dérègle parfois et se heurte, virant au film de vengeance, A Beautiful Day s'attache aux basques de Joaquin Phoenix pour mettre en scène, littéralement, la mort de l'enfance. Dans des images, qui ne seront jamais clairement expliquées, d'une constante force brute qui s'attardent sur un visage, sur un sac plastique qui semble battre, ou des cadavres qui se découpent dans l'ombre.

Les yeux de Joaquin sont constamment brouillés de spasmes. Il trouve en celle qu'il doit sauver comme un reflet dans le miroir. Ils sont coupés de leurs racines, mais les traumas demeurent. Jusqu'à cette visite comme dans une maison de poupées qui sera vécue, via la thématique du mal et de sa manifestation, comme une libération, ou une impuissance.

L'enfance rageuse, maintenant mélancolique et privée de repères, erre sans but. Et dans une séquence finale fulgurante, plus que The Death of Childhood, est formulé un véritable Death Wish dans l'indifférence générale.


Comme s'il s'agissait d'un fantôme.

Comme s'il n'avait jamais vraiment été là...

Behind_the_Mask, qui, à l'instar de Thor, fait une fixette sur les marteaux.

Behind_the_Mask
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Une scène, un film et Une année au cinéma : 2017

il y a 4 ans

64 j'aime

14 commentaires

A Beautiful Day
Velvetman
8

Camé et Léon

Il existe ces films qui vous happent physiquement, qui détiennent au fil des minutes une emprise machiavélique sur votre regard par rapport à l’image. A Beautiful Day fait partie de cette...

Lire la critique

il y a 4 ans

100 j'aime

4

A Beautiful Day
Behind_the_Mask
8

The Death of Childhood

C'est un fantôme qui erre dans les rues, dans la nuit de Cincinatti. Sa démarche est lourde, sa silhouette épaisse. Il est hirsute, le regard parfois vide. Agité de traumas, comme l'image qui se...

Lire la critique

il y a 4 ans

64 j'aime

14

A Beautiful Day
Clode
7

Un sourire

Joe aime les marteaux. Les marteaux noirs en acier, avec écrit dessus "Made in Usa" en petites lettres blanches. Dans sa main, les marteaux paraissent petits. Les marteaux sont gros, aussi gros qu’un...

Lire la critique

il y a 4 ans

49 j'aime

4

Avengers : Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un...

Lire la critique

il y a 4 ans

197 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez...

Lire la critique

il y a 4 ans

184 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8
Logan

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

Lire la critique

il y a 5 ans

171 j'aime

23