Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte
Bande-annonce
Affiche A Most Violent Year

A Most Violent Year

(2014)
12345678910
Quand ?
6.8
  1. 15
  2. 30
  3. 99
  4. 252
  5. 630
  6. 1631
  7. 2751
  8. 1785
  9. 388
  10. 74
  • 7.7K
  • 427
  • 3.7K

New York, 1981. Un immigré tente de faire fortune grâce au pétrole mais il se heurte à la violence, à la corruption et à la dépravation de l'époque.

Casting : acteurs principauxA Most Violent Year

Casting complet du film A Most Violent Year
Match des critiques
les meilleurs avis
A Most Violent Year
VS
"Mr-Fucking-American-Dream"

Pour commencer son film par le travelling d'un homme accomplissant son rituel matinal du jogging, baigné par la musique même que diffuse son casque dans ses oreilles, il faut être sûr de son coup. Il n'y a peut-être pas pire entrée en matière. Ou disons pas moins originale. Beaucoup d'autres l'ont fait. J.C. parviendra-t-il à sortir du lot? Évidemment que oui, regardez la note. J.C. Chandor c'est pour l'instant trois films, trois univers différents, trois réussites, dont deux grands films, et...

48 12
Avatar Quintin Leneveu
5
Quintin Leneveu
Critique de A Most Violent Year par Quintin Leneveu

Un an après la claque "All is Lost", JC Chandor débarque sur nos écrans avec un film radicalement différent, un film de gangster (expression limité mais malheureusement adapté) dans la pure veine d'un James Gray. En effet, si l'on constate bien une chose dans le cinéma indé américain actuel, c'est cette inclinaison trop présente vers le cinéma si particulier de James Gray. Ce film ci ne fait pas exception et émule, avec plus ou moins de talent, le style de Gray. Seulement, là où ce dernier... Lire l'avis à propos de A Most Violent Year

15

PostsA Most Violent Year

Critiques : avis d'internautes (177)
A Most Violent Year
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Neige donc tant vécu que pour cette infamie ?

Depuis aussi longtemps qu’il s’est organisé en communauté, une des activités les plus universelles (dans l’espace et dans le temps) de l’homme du peuple consiste à conspuer celui qui le dirige pour son degré supposé de corruption. Le plus souvent, à raison. Cette attitude compulsive (et toujours tragiquement d’actualité) s’affranchit presque à chaque fois de deux ou trois éléments factuels,... Lire la critique de A Most Violent Year

74 24
Avatar guyness
8
guyness ·
Premiers pas sans la mafia.

Le sentiment d’entrer dans un film puissamment classique nous happe dès les premières secondes de A most violent year. La photographie, la reconstitution du New York de l’aube des 80’s lorgne avec légitimité du côté de Lumet et distille ce grain jaunâtre dont il avait le secret. Tout au long du film, cette maitrise va se déployer, notamment dans un travail particulièrement méticuleux sur la... Lire l'avis à propos de A Most Violent Year

115 28
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·
Inner city blues.

Chandor est un cinéaste qui a émergé tellement vite et de façon si impressionnante qu’on en vient à douter d’un tel panache, qui fait le pari de tenir la dragée haute aux grands films classiques autant qu’il se révèle être un client imparable dans la mise en espace et le choix de partis pris vraiment osés. Redford seul sur son bateau à la dérive dans All is lost ne disait pas un mot. Le film... Lire la critique de A Most Violent Year

3
Avatar JanosValuska
8
JanosValuska ·
Découverte
Le Parrain 4

En clone d’Al Pacino, constant et plutôt convaincant, dans ses poses, dans son port, dans ses intonations, dans ses airs et même dans son pardessus jaune (dont on peut se demander s’il le garde la nuit), Oscar Isaac / Abel Morales arpente son domaine, couve ses employés, offre un cours de marketing à ses communicants VRP (là on lorgne vers le Loup de Wall Street), et, dans une scène qui... Lire la critique de A Most Violent Year

23 15
Avatar pphf
7
pphf ·
"Stare at them"

“Stare at them. Stare at them longer than you should” : voilà le conseil que donne Abel Morales (Oscar Isaac) à ses nouveaux employés lorsqu’il les charge d’aller prospecter des clients. Self-made man à la tête d’une compagnie de fioul domestique, Abel dispose d’une éthique et de valeurs particulières. Bien plus que la violence du titre, ce sont ces valeurs qui sont au centre du film. De quoi... Lire la critique de A Most Violent Year

16 3
Avatar Bensi
6
Bensi ·
Toutes les critiques du film A Most Violent Year (177)
Bande-annonce
A Most Violent Year
Vous pourriez également aimer...