👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

À travers les étoiles et les difficultés

James Gray fait comprendre dans sa vertigineuse séquence d’introduction ce à quoi le spectateur va être confronter avec son Ad Astra : un voyage initiatique intimiste à travers les yeux d’un anti-héros en proie à la solitude face à la froideur et l’immensité de l’espace.

Roy McBride doit essayer tant bien que mal de retrouver son père qu’il ne connaît pas pour arrêter la surcharge électrique qui détruit peu à peu le monde. Roy est seul, complètement seul. Il essaie de remettre la faute sur son père qui l’a abandonné alors qu’il n’était qu’un jeune adulte, mais pourtant rien n’y fait, l’astronaute ne se sent pas à sa place.

Roy (incarné par un Brad Pitt au sommet de sa carrière) se déteste encore plus que le système qu’il entend haïr, qui se sert de lui comme un pantin pour faire le sale boulot. James Gray montre que la société a évolué (colonisation de la Lune et de Mars, nouvelles technologies...) mais que l’égoïsme de l’homme continue toujours de le consumer. Conquérir d’autres planètes n’a fait qu’extrapoler les problèmes déjà bien présents sur Terre (surconsommation, guerre, pauvreté...) et isoler encore plus l’Homme.

Rare sont les protagonistes de films à gros budget hollywoodiens à ne pas être des « yes man » parfaits et irréprochables. Avoir donné un budget aussi imposant pour un film d’auteur ambitieux comme celui-ci est assez rassurant pour le futur de l’industrie, même si celui-ci n’aura pas été rentable par rapport à son coût de production.

Le choix ambitieux mais risqué de suivre un protagoniste avec ses pensées renforce l’isolement dans lequel il s’est lui-même cloîtré. Un protagoniste qui s’embarque dans une quête aux allures mythologiques, qui emprunte de ça et là aux plus grands classiques du cinéma. L’hommage à 2001 : L’odyssée de l’espace est aussi bien visuel que thématique. La séquence avec le primate, largement assumée comme un hommage, n’est pas dénuée de sens. Le singe représente la bestialité de l’être humain, par le prisme d’un animal que nous avons été et que nous sommes toujours en quelque sorte. Ces thématiques sont toujours aussi actuelles 50 ans après et font froid dans le dos.

La quête de Roy pour rejoindre son père est sans doute inspiré par Apocalypse Now de Coppola qu’on pourra comparer à l’obsession qu’a Willard pour le colonel Kurtz. Adulé par certains, exécré par d’autre, le père de Roy tient ici une figure presque divine puisqu’il pourrait décider du sort de l’humanité.

La puissance émotionnelle qui se dégage de certaines séquences est impressionnante, toujours justifiée par le cadre réaliste du film. La direction artistique d’Ad Astra est à couper le souffle, en passant par les environnements désertiques de Mars jusqu’à la monotonie de la Lune ou la froideur de Neptune, c’est un véritable bonheur pour la rétine qui a justifié le déplacement pour les salles en 2019.

On pourrait penser que le film serait plutôt bavard mais James Gray sait parfaitement enchaîner les monologues ou dialogues au profit de longues séquences (toujours moins longues que dans 2001 ceci étant dit) permettant d’admirer l’immensité du vide spatial.

Cependant, quelques enchaînements dans le scénario peuvent paraître un peu facile, probablement la faute à un découpage de certaines séquences pour ne pas trop allonger la durée du film, ce qui est bien dommage.

Ad Astra va bien au-delà qu’un simple film d’espace et propose une profonde réflexion sur la place de l’être humain et sur la solitude avec un voyage qui ira jusqu’aux confins de l’univers.

Dems
8
Écrit par

il y a 9 mois

1 j'aime

Ad Astra
lhommegrenouille
5
Ad Astra

Fade Astra

Et en voilà un de plus. Un auteur supplémentaire qui se risque à explorer l’espace… L’air de rien, en se lançant sur cette voie, James Gray se glisse dans le sillage de grands noms du cinéma tels que...

Lire la critique

il y a 2 ans

188 j'aime

11

Ad Astra
Behind_the_Mask
9
Ad Astra

L'espace d'un instant

Il faut se rappeler l'image finale de The Lost City of Z : celle de cette femme qui franchit symboliquement une porte ouverte sur la jungle pour se lancer à la recherche de son mari disparu. Ce motif...

Lire la critique

il y a 2 ans

170 j'aime

24

Ad Astra
Moizi
9
Ad Astra

« Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie. »

Film absolument sublime, sans nul doute le meilleur Gray que j'ai pu voir et l'un des meilleurs films se déroulant dans l'espace. J'ai été totalement bluffé, je me doutais bien que le véritable sujet...

Lire la critique

il y a 2 ans

108 j'aime

15

Le Dernier Voyage
Dems
7

Voyage dans la Lune (Rouge)

Annoncé à peine quelques jours avant sa sortie salle, (et donc la réouverture des cinémas) Le Dernier Voyage de Romain Quirot avait surpris et en même temps fasciné de par son affiche aux couleurs...

Lire la critique

il y a 1 an

9 j'aime

1

Loki
Dems
8
Loki

Loki l’avait prédis ?

Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, la fin tonitruante des deux derniers films Avengers marquait l’achèvement du Marvel Cinematic Universe. Et je dois être honnête, à part quelques films pour qui j’ai de...

Lire la critique

il y a 10 mois

4 j'aime

1

Titane
Dems
9
Titane

Alexia au dos d’argent

Après son excellent Grave, la réalisatrice Julia Ducournau avait généré une grande attente de la part des cinéphiles et cinéphages. Sa bande-annonce cryptique, cadencée à la musique She’s not There...

Lire la critique

il y a 10 mois

4 j'aime