👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Pas si mauvais cet Alien Covenant. Bien-sûr il y a des redites : l'androïde déviant, un personnage féminin secondaire qui passe au premier plan, l'expulsion dans l'espace, les nids et le mode de reproduction de l'alien, la perfection malsaine inhumaine.

Mais, sur ce dernier point et sur le premier précisément, il y a quelques approfondissements; dans Alien Le huitième passager, l'androïde déviant agissait par serviabilité (ce que nous appellerions aujourd'hui professionnalisme). Dans Covenant, il est l'élève ambitieux de ceux dont la fascination morbide pour les productions nées d'un complexe divin les mènent à vouloir remodeler les humains si ce n'est l'anéantissement de civilisations.
Ainsi, il est d'une génération d'androïdes plus créative, plus autonome, que celle de l'androïde qui fut joué par Ian Holm.
A ce titre, la rencontre entre l'androïde David et son double nouvelle génération Walter, est intéressante. Ce dernier incarne à nouveau la serviabilité mais cette fois elle est tournée vers les humains au lieu de l'entreprise. David, en revanche, éduqué dans le rejet de la révérence envers la lecture biologique-évolutionniste du monde, place ses ambitions de maîtrise et de création au dessus de toute serviabilité. Ce nouveau clivage entre service et domination, coopération avec et suprématie sur la matière, humanisme et démiurgie, donne un nouveau souffle à la saga Alien.
Au fond j'apprécie ce qui, je pense, rejoint une dénonciation de l'immiscion des ambitions d'esthète dans la survie humaine. Tout le discours qui vise à assimiler l'homme à une oeuvre, supposant alors la question d'un créateur dont il faut trouver l'identité, ou les images (souvent employées dans le langage monothéiste) du sculpteur sculptant son chef d'oeuvre, de l'artisan réalisant la table parfaite, la surface lisse et pure, renvoient à cette dissolution de l'humanité dans l'art que l'on trouvait retranscrite dans le travail de Giger. En somme, il y a donc dans Covenant un retour aux sources de la saga mais qui s'opère d'avantage sur le plan du récit plutôt que sur celui de la réalisation ou de l'esthétique.

Je mets trois étoiles pour la réalisation, trois pour l'approfondissement.

Greenbat85
6
Écrit par

il y a 1 an

Alien: Covenant
Sergent_Pepper
5

Asperge le mytho

Le dédale nous égare : Ridley Scott, en retournant à ses premiers amours, ne nous en facilite pas nécessairement l’accès : retour du monstre, suite de son prequel, quête des origines, récit fondateur...

Lire la critique

il y a 5 ans

113 j'aime

27

Alien: Covenant
MatthieuS
5

Un projet qui aurait mieux fait d’être tué dans l’œuf

Alien Covenant est donc la continuité de Prometheus, film réalisé et produit par Ridley Scott en 2012. Cette suite, du nom d’Alien Covenant, est le dessin d’un projet. Ce projet est de rendre cette...

Lire la critique

il y a 5 ans

88 j'aime

33

Alien: Covenant
Behind_the_Mask
7

Mother fucker ?

Dis-moi, cher abonné, te souviens-tu ce que tu faisais en 2012, plus précisément le 30 mai ? Ah ah, j'étais sûr que tu allais dire ça. Allez, je te donne un indice pour te remettre en situation. Tu...

Lire la critique

il y a 5 ans

82 j'aime

22

Tigre et Dragon 2
Greenbat85
7

Critique de Tigre et Dragon 2 par Greenbat85

"Personne ne possède cette épée, c'est elle qui nous possède" Il est sorti! Du moins, a été diffusé le 26 février en exclu sur la chaîne de streaming Netflix.. La suite du célèbre film d'arts...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

1

BioShock: The Collection
Greenbat85
9

Critique de BioShock: The Collection par Greenbat85

Juste magnifique ! On a jamais vu dans un jeu pareille déconstruction de la notion d'utopie et du discours du salut et des idoles, pourtant sans simplisme ni pessimisme aveugle. Amenée d'une façon...

Lire la critique

il y a 4 ans

4 j'aime

Sur le globe d'argent
Greenbat85
8

Condition du spectateur moderne

Sur le globe d'argent, film de science-fiction polonais réalisé par Andreij Zulawski, petit neveu de l'écrivain dont est ici adapté le livre, entend se servir de l'imagination d'une colonisation...

Lire la critique

il y a plus d’un an

3 j'aime

5