Dis-moi, cher abonné, te souviens-tu ce que tu faisais en 2012, plus précisément le 30 mai ? Ah ah, j'étais sûr que tu allais dire ça. Allez, je te donne un indice pour te remettre en situation. Tu devais certainement être dans une salle de cinéma dont tu allais sortir, vers 16H10 / 16H15, ça dépend si le projectionniste était en retard. Ca y est, tu te souviens ?


Donc, si, à cette heure fatidique, tu étais en train de pleurer toutes les larmes de ton corps devant la fin de Prometheus, ou si encore, fou de rage, t'avais arraché un siège pour repartir avec ou le foutre sur la gueule de ton exploitant (façon Bossnigger qui, je suis sûr, parlera encore une fois de zumba), laisse tomber l'affaire, car je pense que ce sera mieux pour ta santé mentale.


Car Alien : Covenant est avant tout une suite de tout le funeste que Prometheus doit représenter pour toi.


Et je me demande bien, dans ce cas, ce que je pourrai écrire pour te donner une quelconque envie de voir ce que sans doute tu détesteras. Et je suis bien embêté parce que moi, je n'ai pas pleuré toutes les larmes de mon corps ce jour là. Même si, et tu as diablement raison sur ce point, on était à des années lumières d'Alien. Mon âme de bourrin te dira qu'on était encore plus loin d'Aliens : Le Retour, mais ce sentiment m'est tout personnel, désolé de cet aparté.


C'est encore une fois le cas avec Alien : Covenant qui, s'il emprunte les atours de la suite prométhéenne, se présente cependant bien plus sous les atours d'un pot pourri des meilleurs instants de toute la saga, revisités, délocalisés, parfois totalement réinterprétés façon slasher. De l'attaque de face hugger (Alien) à la confrontation dans l'infirmerie (Le Retour), de fragments de poursuite en vue subjective (Alien 3) à un nouveau musée des horreurs (Resurrection), presque tout est là. Ne manque plus qu'un monstrueux gunfight apocalyptique à la Cameron et le menu serait complet. Le tout dans l'imagerie de Prometheus, générant à nouveaux quelques superbes plans ultra graphiques et saisissants témoignant toujours de l'oeil d'esthète de Ridley Scott.


Côté thématique, Alien : Covenant ne change pas trop son fusil d'épaule. S'il y est toujours question de création, le dernier né bifurque vers l'idée d'évolution, de processus cyclique et d'éradication de l'espèce humaine avant qu'elle même puisse se reproduire. Ce n'est pas un hasard, en effet, que beaucoup de membres d'équipage soient mariés entre eux. Tout cela dans une atmosphère qui pourrait se rapprocher de celle de l'Île du Docteur Moreau, tout en dessinant un arbre généalogique funeste et perverti. Car il y sera aussi question de l'image du père, bien sûr.


L'action que le réalisateur met en scène, elle aussi, s'avèrera hybride. Ne vous attendez pas à une orgie monstre, parce que finalement, les aliens, on ne les voit pas trop à l'écran. Tout le contraire d'Aliens Le Retour, quoi. Non, les débordements seront à noter du côté gore de l'entreprise, assez généreux et ultra graphique. De sorte que le spectacle s'avère assez plaisant et fait passer les deux heures du métrage comme un souffle et sans aucun ennui. A l'image de l'exploration de cette nouvelle planète, baignée dans un silence de mort inquiétant seulement troublé par le souffle du vent.


Alors Behind, pourquoi seulement ce 7 alors que visiblement, t'as bien kiffé ?


Oui, en effet, j'ai bien aimé ce Alien : Covenant. Et je pense même qu'il mériterait un 7,5, tant il est noir, parfois désespéré. Mais il est aussi un peu décalé dans certains de ses aspects, parfois maladroit. Si Ridley Scott semble par exemple vouloir introduire un personnage via un univers gothique lorgnant du côté de Dracula, il n'évite cependant pas que le spectateur, surpris, pense l'espace d'une seconde... Qu'un morceau d'Assassin's Creed a été égaré dans la copie de Covenant. De la même manière, le réalisateur semble parfois vouloir prendre les attentes de son audience à contre-pied... Pour mieux convoquer un élément précis d'un épisode précédent.


Mais ces quelques défauts ne sont que simples avatars devant LE talon d'Achille du film, constitué par un casting hallucinant de no-name au charisme tout simplement absent et parfois décrits dans leurs actes comme totalement naïfs, voire franchement teubés. On est à des kilomètres de ce que Sigourney Weaver incarnait et de son image passée dans l'inconscient collectif. On est très loin de l'équipage d'Alien, dont la caractérisation était immédiate et les conflits expliqués que par quelques lignes de dialogues ou des sous-entendus. Ici, Scott ne les définit que par le biais unique de l'image forte liée à la perte, rien de plus. Ridley s'étant sans doute rendu compte que l'audience 2017, pour rester devant un écran, doit être assistée constamment par l'image, fut-elle aussi inutile que forte.


Mais c'est aussi l'occasion d'ouvrir un boulevard à la figure classique de l'androïde chère à la saga, Covenant le propulsant au coeur de son système nerveux en en faisant un personnage magique d'ambiguïté, monstre de froideur mais finalement envahi d'émotions terriblement humaines, et décrit dans un relation finale qui tombe sous le sens.


C'est ainsi qu'Alien : Covenant, aussi imparfait soit-il, constitue un objet attachant et pétri de qualité formelles faisant dire que malgré ses quatre-vingts printemps, Ridley Scott demeure un sacré mother fucker.


Behind_the_Mask, en plein cancer du colon.

Behind_the_Mask
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Une année au cinéma : 2017

Le 11 mai 2017

82 j'aime

22 commentaires

Alien: Covenant
Sergent_Pepper
5

Asperge le mytho

Le dédale nous égare : Ridley Scott, en retournant à ses premiers amours, ne nous en facilite pas nécessairement l’accès : retour du monstre, suite de son prequel, quête des origines, récit fondateur...

Lire la critique

il y a 5 ans

114 j'aime

27

Alien: Covenant
MatthieuS
5

Un projet qui aurait mieux fait d’être tué dans l’œuf

Alien Covenant est donc la continuité de Prometheus, film réalisé et produit par Ridley Scott en 2012. Cette suite, du nom d’Alien Covenant, est le dessin d’un projet. Ce projet est de rendre cette...

Lire la critique

il y a 5 ans

88 j'aime

34

Alien: Covenant
Behind_the_Mask
7

Mother fucker ?

Dis-moi, cher abonné, te souviens-tu ce que tu faisais en 2012, plus précisément le 30 mai ? Ah ah, j'étais sûr que tu allais dire ça. Allez, je te donne un indice pour te remettre en situation. Tu...

Lire la critique

il y a 5 ans

82 j'aime

22

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un...

Lire la critique

il y a 4 ans

198 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez...

Lire la critique

il y a 4 ans

185 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8
Logan

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

Lire la critique

il y a 5 ans

171 j'aime

23