Beau et sans lendemain.

Avis sur Amin

Avatar Sabine_Kotzu
Critique publiée par le

Amin, sénégalais, et Gabrielle, française, se rencontrent, s'ouvrent l'un à l'autre dans une curiosité bienveillante et s'aiment un court instant. Une intrigue simple, resserrée dans l'espace-temps, inaboutie parce que l'aboutissement aurait été invraisemblable. Un moment suspendu, presque miraculeux, qui permet au spectateur, le temps du film, d'entrevoir la part de consentement et de liberté que s'accordent deux êtres dans l'impossibilité même de leur couple.
Amin est un ouvrier venu en France pour travailler dans le Bâtiment ; Gabrielle, une infirmière récemment séparée d'un mari qui la malmène. Retenu pour finir seul le chantier d'une petite maison de banlieue, celle de Gabrielle, Amin, pourtant taciturne et méfiant, se laisse peu à peu toucher par la gentillesse de Gabrielle. Leurs deux solitudes, leurs deux souffrances vont mutuellement s'accorder un moment de répit et de douceur désintéressée dans une société brutale où s'acharnent les esprits étroits.
Un petit film lumineux bien que sans lendemain, sobre et juste. Un regard éloigné de toute caricature et très humain, qui ouvre une brève lucarne de compréhension. Leurs deux têtes collées sur l'oreiller, leurs peaux rapprochées dans un désir à l'évidence simple, Amin et Gabrielle se confient, se rassurent, se racontent leurs vies respectives, sans rien attendre d'autre qu'un réconfort légitime.
Amin, l'invisible exténué des chantiers, père et soutien ignoré d'une famille restée au Sénégal, est révélé sous la main artisane et sensible du réalisateur, qui affirme une nouvelle fois son attachement aux minorités issues de l'immigration. On découvre d'ailleurs au passage quelques autres destinées contraintes à l'exil parmi les compagnons de travail d'Amin, et une tangible et belle famille lors d'un bref retour d'Amin au pays - tout cet envers du décor qu'on n'envisage jamais vraiment.
Philippe Faucon est ce réalisateur qui me fait aimer un certain cinéma français, naturaliste et discrètement politique. J'avais été très touchée par son "Fatima". Moustapha Mbengue et Emmanuelle Devos sont parfaits.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 174 fois
3 apprécient

Autres actions de Sabine_Kotzu Amin