Affiche Ascenseur pour l'échafaud

Critiques de Ascenseur pour l'échafaud

Film de (1958)

"Tu t'es perdu dans cette nuit, Julien"

Le début du film est tout simplement époustouflant. Un dialogue d'amoureux au téléphone, une première image en gros plan sur Jeanne Moreau (première image à laquelle répondra la dernière du film, mais ça on ne le sait pas encore) et un incroyable travelling arrière qui enfermera Maurice Ronet dans un décor urbain. Voilà déjà du talent ! Et ce n'est pas fini. La scène du meurtre est... Lire l'avis à propos de Ascenseur pour l'échafaud

59 3
Avatar SanFelice
8
SanFelice ·

Critique de Ascenseur pour l'échafaud par Gérard_Rocher

Simon Carala est un industriel parisien très fortuné marié à la très séduisante Florence, toutefois celle-ci entretient une liaison amoureuse avec l'un des collaborateurs de Simon: Julien Tavernier, ancien parachutiste dans l'armée française. Julien et Florence décident d'un commun accord de tuer Simon Carala. Ce samedi soir tout se passe comme prévu mais un grain de sable va tout changer... Lire la critique de Ascenseur pour l'échafaud

52 12
Avatar Gérard_Rocher
8
Gérard_Rocher ·

Un crime presque parfait

Ouverture du film Un homme et une femme échangent des mots d’amour, filmés en close-up. Ils s'aiment et semblent tous deux combiner quelque chose, mais dans quel but ? "Il le faut" murmure la femme. Nous n’en saurons pas davantage de cet échange. Plongés dans le Paris des années cinquante, on y suit Julien (Maurice Ronet) malencontreusement coincé dans... Lire l'avis à propos de Ascenseur pour l'échafaud

18 4
Avatar Demire
8
Demire ·

Critique de Ascenseur pour l'échafaud par Mickaël Barbato

Alors que les premières minutes laissent présager un polar plutôt solide, la débandade est rude. Autant Malle fait preuve d'un certain talent pour ce premier film, autant la distribution, plus particulièrement Georges Poujouly et Yori Bertin, laisse grandement à désirer (mis à part Moreau et Ventura, comme à leur habitude). Alors que ce jeune couple, qui devient bien vite l'intérêt numéro un du... Lire l'avis à propos de Ascenseur pour l'échafaud

32 2
Avatar Mickaël Barbato
5
Mickaël Barbato ·

Kind Of Black, l'art du jazz polar...

J’avoue avoir regardé ce film, après moult hésitations, principalement pour la bande originale signée Miles Davis, que j’avais écoutée un nombre infini de fois et que je voulais voir collée sur une pellicule. Je voue un culte absolu à Miles Davis qui me fait chavirer à chaque écoute, quel que soit son album, même si Kind Of Blue provoque chez moi une palette d’émotions qui peuvent aller de la... Lire la critique de Ascenseur pour l'échafaud

24 7
Avatar Jambalaya
9
Jambalaya ·

Critique de Ascenseur pour l'échafaud par Truman-

Petit film noir a la Française de la fin des années 50 avec une aussi bonne réalisation qu'une aussi bonne bande son aux airs de jazz . La réalisation nous offre un magnifique noir et blanc aux cadrages et aux plans minutieux, la bande son aussi envoutante renforce le rythme posé et hypnotisant . Ascenseur pour l'échafaud respire dès son premier plan suivit du générique la classe des années 50,... Lire l'avis à propos de Ascenseur pour l'échafaud

19 2
Avatar Truman-
8
Truman- ·

Quoi de neuf en France ?

Le film noir, ou polar, est bien souvent assimilé au cinéma américain, notamment à travers un réalisateur comme Howard Hawks. Louis Malle, réalisateur, s'y attelle ici. Résultat des courses ? Commençons par les défauts. Quelques longueurs parsèment le récit à quelques endroits, gênant quelque peu l'immersion. On va lui pardonner, disons que c'est un défaut récalcitrant dans le cinéma français... Lire l'avis à propos de Ascenseur pour l'échafaud

17 2
Avatar ChocBonham
7
ChocBonham ·

Un premier film presque parfait

Seuls les très grands films ne vieillissent pas et Ascenseur pour l'échafaud, tourné en 1957 et sorti en janvier 1958, pourrait être un film des années 2000. Techniquement, il n'a pas du tout vieilli. Les images en noir et blanc de Henri Decaë sont superbes (quel directeur de photographie, bon sang !). Jeanne Moreau et Maurice Ronet sont au top de leur forme. C'est la 3ème fois que... Lire la critique de Ascenseur pour l'échafaud

7 1
Avatar Fleming
8
Fleming ·

T'avais qu'à prendre les escaliers Tavernier !

Ascenseur pour l'échafaud, c'est quand même un titre sublime en plus d'un titre qui claque ! Louis Malle conclut la scène d'ouverture de son film par : "Mais ce n'est pas très courageux l'amour." Tout commence donc très bien pour ce qui malheureusement sera l'une des très rares bonnes répliques de ce polar. Le meurtre initial de son patron par Julien... Lire la critique de Ascenseur pour l'échafaud

7 5
Avatar RimbaudWarrior
6
RimbaudWarrior ·

Pourquoi tant de sceptiques ?

Je finis ce film à l'instant, et je vais voir les critiques et tout ce que je lis c'est "La superbe BO de Miles Davis". Attendez, c'est tout ce qui vous a marqués ? Ce film est extraordinaire, les images sont magnifiques, le scénario est rythmé, les personnages attachants, et j'ai perdu la moitié de mes cheveux rien qu'en vivant avec Julien la scène où il s'accroche au câble de l'ascenseur.... Lire la critique de Ascenseur pour l'échafaud

7 3
Avatar Daigo05
10
Daigo05 ·